La danseuse par la Baronne De Baye

 

La danseuse par la Baronne De Baye

 

La danseuse

Le vent pleure en glissant sur les fleurs vagabondes,
Le vent chante en glissant dans tes longs cheveux roux ;
Tu vas, sans relever ton front lourd de courroux…
Tes sandales de cuir font craquer les noix blondes.

L’automne a secoué ses feuilles sur les ondes
Tu vas, par le chemin mystérieux et doux i
Où jadis tu dansais, le péplos aux genoux,
Sous les rythmes vibrants de mes cymbales rondes…

Hellé ! reviens t’asseoir à mon foyer discret ;
J’ai dérobé pour toi…, gardes-en le secret !
Un petit miroir d’or et des colliers d’opales…

Je tairai mon amour afin de t’apaiser…
Des anneaux merveilleux cercleront tes doigts pâles
Et tu me donneras tes pieds pour les baiser !

du recueil « L’âme brûlante » (1905)

La Baronne De Baye, née Marie Béatrice Oppenheim (1859-1928) a publié plusieurs recueils de poèmes dont certains d’un érotisme subtil.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La danseuse par la Baronne De Baye

  1. sapristi dit :

    Très beau texte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>