Gourmandises 9 – Les fantasmes de Marie, du rêve à la réalité… qui-sait ? par Jerema

 

Trop exténuée par cette longue journée où j’ai dû œuvrer sur mes dossiers jusqu’à point d’heure, j’ai dormi d’une traite de onze heures à six heures ce matin. Ma journée d’hier a été merveilleuse, mais je ne peux m’empêcher de craindre les excès de cette faiblesse qui m’incite à explorer des interdits qu’une femme mariée se devrait de repousser.

C’est ma première pensée et j’ai soudain l’amère impression de ne vivre que pour cela : assouvir cette soif d’amour charnel, me donner corps et âme, sans ambages, et de me perdre dans les dédales sans fin de la volupté.

J’ai honte, me sens affreusement coupable et, paradoxalement, cette culpabilité semble attiser un désir sournois, ambigu et omniprésent. J’ai le  » diable  » en moi ne puis-je m’empêcher de penser : je souris à cette idée et l’image du père Jean-François jouissant dans ma bouche en m’admonestant me fait frissonner.

Je saute du lit quelques minutes après que mon mari se soit levé, je me drape dans mon peignoir de bains et file faire pipi.

La bonne et chaude odeur du café frais titille mes narines et chasse de mon esprit les images de mon égarement. Je me régale à l’avance des tartines de pain grillé, beurrées et lestées d’une épaisse couche de miel, humm…

– Bonjour mon chéri, j’ai faim !
– Bonjour, tu me fais un bisou et je te sers ton café et te fais tes tartines.

Je lui dépose un petit baiser sur les lèvres et lui confirme :

– Marché conclus lui dis-je en m’asseyant face à lui.

J’arrive au bureau avec mes dossiers sous le bras. J’eus beau me concentrer sur ma tâche, me lire et me relire, je ne peux m’empêcher de craindre un oubli quelconque, une imprécision voire un élément essentiel au pire. Avais-je vraiment les idées claires ? Des images torrides dansaient régulièrement devant mes yeux et j’eus quelque difficulté à rester concentrée sur mon travail.

Quoi qu’il en soit, il est trop tard à présent, mon chef Adrien est sur mes talons et m’interpelle déjà.

– Ah Marie, je vous attendais ! Alors, on en est où ? Tout est ok ? Je l’espère pour vous…

Non, il ne va pas recommencer avec ces sous-entendus suspects. Je lui tends l’épaisse chemise rouge contenant les propositions tarifaires dédiées à d’importants prospects.

– Tenez ! J’espère que je n’ai rien oublié et que nos offres sauront les convaincre.

René déboule, salue Adrien, me donne deux bises franches et appuyées. Il se campe, s’intercale entre nous deux, et rompt la connivence naissante entre mon chef et moi. Cette pointe de jalousie soudaine me laisse perplexe et dubitative. Je conviens qu’il est temps de reprendre les choses en mains et de recadrer cet amant trop pressant.

Adrien détend l’atmosphère et nous invite à aller boire un café, nous acquiesçons.

– Bon, René, je valide le travail de Marie, le synthétise et je vous refile le bébé : après, c’est à vous de jouer et de concrétiser nos avantages concurrentiels qui doivent vous permettre de rafler la mise. Vous savez que l’on n’a pas droit à l’erreur et qu’en haut lieu les prévisions de résultats de l’entreprise pour cette année sont étroitement liées à ces contrats.

Il avale une gorgée de café et d’un ton grave il conclut :

– En clair, échec interdit ! Sinon des têtes vont tomber.

Quelle mise en condition, je n’aime pas cette pression qui outre qu’elle soit difficile à supporter jette en permanence le doute sur les compétences de tout un chacun.

René, promu un temps responsable d’une agence en difficulté n’avait pas souhaité continuer dans cette voie et a réintégré le pôle commercial. Il excelle dans l’action, en vendeur aguerri il sait performer quand il le faut et se montre redoutable quand la situation l’exige. Il ne lâche rien, décortique les objections, les traite les unes après les autres, jusqu’à ce que les décideurs harcelés et convaincus par l’extrême professionnalité de notre société valident enfin nos propositions.

C’est un persévérant, un gagnant, un conquérant notre René : je ne peux m’empêcher de songer à la débauche d’énergie et autres facéties mises en place pour me séduire ; quel toupet et quel talent il a notre champion.

Et pourtant ce matin-là je l’ai senti nerveux, mal à l’aise lorsque nous nous sommes séparés. J’ai rejoint mon bureau avec le sentiment que quelque chose le tracassait et j’espérais, bien que surprise par cette pensée, que je ne n’étais point responsable de cette méforme évidente.

Je suis rattrapée par le travail, le téléphone n’arrête pas de sonner, le quotidien s’installe…il y a des jours ou cela m’exaspère.

Tiens ! Un mail de René. Que veut-il, qu’a-t-il déjà à me dire. Je l’ouvre :  » Marie, notre mission est d’une importance cruciale pour la société, j’aurai besoin de toute ton implication professionnelle et…personnelle. Nous déjeunons ensemble mercredi, réserve-moi ton après-midi « .

Je le relis une deuxième fois, le traite mentalement d’infâme mufle mon René et efface d’un clic rageur ce  » billet doux  » auquel je me sens obligée d’adhérer.

Je lui réponds, dans un vouvoiement provocateur :  » très cher, j’agirais avec cohérence et conviction mais ne croyez-pas vous exonérer de vos obligations, je serais très vigilante de ce côté-là « .

Ce pernicieux chantage va lui coûter cher à mon René. Bizarrement cette perspective me galvanise, je me projette et me devine en amante dominatrice et exigeante. D’accord, je vais t’aider mais tu seras à mes pieds, ne puis-je m’empêcher de penser.

Adrien a validé le résultat de mon travail et a donné feu vert à René pour mener à bien cette importante mission. Il m’a convoquée dans son bureau pour m’informer de sa décision et m’a chaleureusement remerciée, chose peu habituelle de sa part :

– Marie, vous avez fait du bon boulot, je suis conquis par votre professionnalisme…Au fait depuis combien de temps faites-vous partie de l’entreprise ? Douze à treize ans il me semble.
– Bientôt quatorze ! Ils me paraissent bien loin mes vingt ans, le temps passe si vite.
– Marie, puis-je vous inviter à déjeuner, on se connaît si peu, vous me parlerez mieux de vous, de vos attentes au sein de l’entreprise, de vos ambitions…

Je l’interromps :

– Adrien, je ne dis pas non, mais pas actuellement. Attendons de voir les résultats de notre challenge et si nous gagnons nous fêterons cette victoire.
– Vous me refusez ce que vous accordez à René, que dois-en penser ?
– Mais comment savez-vous çà ! Vous m’espionnez ? Oui, de temps à autre nous déjeunons ensemble avec René, mais voyez-vous il ne s’agit que de dîners professionnels et amicaux. De plus il pourrait être mon père et cela restreint toute quelconque présomption. Vous savez, René était déjà dans l’entreprise quand je l’ai intégrée pour passer mon B.T.S. en alternance, il me considère un peu comme sa fille. Et puis professionnellement on se connait si bien, je connais ces exigences et lui sait toujours qu’il peut me demander le maximum, jamais l’impossible ; nous sommes en osmose totale.

Là, je sens que je l’agace, il devient carrément jaloux et se maitrise avec difficulté.

– Bon, on verra cela plus tard, oubliez ce que je viens de vous dire et encore merci pour votre engagement.

La fin de semaine sera calme, je m’apprête à passer un weekend paisible, toute dévouée à mon mari et à mes gentils chérubins.

Lundi et mardi s’enchainent sans grande surprise si ce n’est l’absence inattendue de René qui a disparu, aurait-il oublié que l’on déjeune ensemble ce lendemain ? Je quitte mon bureau à 18 heures passé, pas de mail de sa part ni de coup de fil non plus. Je suis étonnée de son silence et (je me dois de l’admettre) singulièrement déçue. Un mois s’est écoulé, toute occupée à chérir mon nouvel élu j’ai ignoré les avances de René, les ai rejetées avec indifférence. Bien mal m’en a pris, je suis en manque : ses fantasmes, ses caprices, ses caresses sont devenus le sel et le piment de ma sexualité. Il m’aime de trop, m’idolâtre. Il consomme mon corps à l’envie, sans restriction, avec une gourmandise extrême. Il sait me câliner, me couvrir de mots doux et gentils, mais tout aussi me rudoyer, me salir de mots grivois qui me rendent confuse, béate de bonheur. Je me sens prête alors à lui offrir tout ce qu’il veut, à aller au bout du bout.

Les kilomètres défilent, absorbée dans mes pensées j’effectue le trajet de retour à mon domicile avec un vague à l’âme tenace.

Il est 19 heures 30, moment de passer à table, mon mari et mes deux tendrons disent mourir de faim. Nous dinons en silence engloutissant avec appétit un plat de lasagnes onctueux et croustillant, suivent Yaourts et fruits pour tout le monde.

Je débarrasse la table et vais à la salle de bains, je me déshabille, me démaquille et me drape dans mon peignoir.

Les enfants, comme tous les mardis, ont droit à une dérogation sur l’horaire de mise au lit et veillent un peu avec nous. Ils aiment se blottir contre moi sur le canapé et nous les laissons regarder leur série favorite quelques instants de plus.

Voilà, c’est une soirée comme tant d’autres, elle s’étire et me laisse meurtrie de fatigue. Il est bientôt 23 heures lorsque je plonge enfin dans la froideur de notre grand lit, chacun dans notre coin mon mari et moi. Je goûte avec bonheur à la fraicheur des draps qui m’enrobe, me transit et m’aide à m’endormir bien vite.

Je me réveille en sursaut, agacée par le  » blabla  » ennuyeux du radioréveil. (Je dormais profondément, rêvais que j’étais entre les bras de mes deux amants. Nos corps se mélangeaient et se livraient à d’étranges duels. Mes amoureux assiégeaient avec douceur mes orifices, s’enracinaient et se débattaient longuement. Ils me retournaient, s’échangeaient leurs jouets, à leur gré. Ils s’extasiaient sur la douceur et le moelleux de l’un, de la tonicité et la fermeté de l’autre et retardaient la montée de leur plaisir jusqu’à ce que j’explose dans un tourbillon de plaisir).

Cette résurgence matinale me comble de bonne humeur. Faire l’amour avec deux hommes vigoureux et libérés de tous préjugés, quel  » pied  » cela doit-être, me dis-je avec envie.

J’attendais ce mercredi avec une impatience teintée de doute et de perplexité, obnubilée par le choix que je me devais de faire entre mes deux fougueux amants. Choisir, oui mais lequel. Subitement j’entrevois que ce jour-là risque de me paraître bien ennuyeux, pour ne pas dire insupportable.

Je suis contrariée, je maudis ce  » cher collaborateur  » si exigeant, si rigoureux, si perfectionniste ; comment a-t-il pu ainsi m’oublier ? Les rôles s’inversent, c’est moi à présent qui souhaite ardemment cette rencontre, moi qui devais réfréner sans cesse ses ardeurs. Je veux encore croire que René m’appelle. Oui, il est encore apte à le faire ce matin, à me transmettre un mail, à m’envoyer un sms. Un espoir me gagne.

L’ignorance de Jean-François à mon égard m’attriste, j’espérais secrètement qu’il me contacterait ; bon, lui au pire il ne peut me fuir, il se doit d’écouter ces ouailles dans le secret de l’isoloir.

Je vais l’appeler, me prescrire une rencontre fortuite à la cure, au pire au confessionnal ; oui c’est acté je ne resterai pas inactive et frustrée.

Bon, il serait temps de me lever, de chasser ces idées pour l’instant et de me préparer si je ne veux pas être en retard au bureau. Ce n’est pas le moment, j’ai suffisamment de travail actuellement et je ne souhaite absolument pas sacrifier mes mercredis après-midi (comme me le suggérait mon chef Adrien il y a peu de temps).

Je déjeune sans appétit, prend une douche et m’habille. Je ne sais que mettre ; espérant forcer le destin je me décide pour une de mes plus belles parures, sexy à souhait, faite de dentelles délicates. Je m’enveloppe dans une guêpière noire qui épouse mes formes à merveille, elle me rehausse les seins, m’aplatit le ventre et souligne la cambrure de mes reins qui se perdent sur la rondeur de mes fesses choyées par une frêle culotte transparente. J’enfile une paire de bas ton chair, revêts un chemisier crème et me drape dans mon tailleur chocolat.

Mon mari, sur le point de partir, semble avoir oublié quelque chose dans notre chambre ; il gravit les escaliers quatre à quatre et ne peut masquer sa surprise en me voyant ainsi :

– Hé ma chérie ! Tu es d’une splendeur ce matin ! Ce tailleur te va à merveille, mais tu vas me rendre jaloux !
– Idiot lui rétorque-je, on dirait que tu me découvres, tu sais bien que porter de belles toilettes est un réel plaisir pour moi. Et puis n’est-ce pas le plus beau compliment que l’on puisse te faire que de flatter ta femme ?

Il acquiesce d’un ouais mitigé et s’enfuit en vitesse.

J’entends la porte claquer alors que je suis en train de me parfumer. Je descends à mon tour, allume mon portable, rien, pas de nouveau message. Je n’hésite pas un instant et compose le numéro de mon bienveillant curé. Il est à peine huit heures, les sonneries s’égrènent ; enfin il répond :

– Père Jean-François de la paroisse de la tour de Salvany, bonjour brave pécheur.

Je marque un temps, quelque peu surprise de cette annonce peu commune.

– Marie Bomptant… bonjour mon père ! Je ne vous réveille pas au moins ?

Sa voix se brise, comme s’il s’attendait à m’entendre et le redoutait.

– Les hommes de Dieu ne dorment guère longtemps ma sœur, ils prient souvent le matin de bonne heure. Que vous arrive-t-il ?
– Mon père, je dois vous voir sans faute aujourd’hui, comme l’autre jour à la cure, la même heure me conviendrait parfaitement, je suis en souffrance et vous seul saura apaiser cette dévorante passion.

Les mots jaillissent de ma bouche, l’implorent : mon sang bout à la réminiscence du grave sermon qu’il m’adressât il y a huit jours.

– Pensez-vous que ce soit raisonnable ma sœur, je crois bien que nous nous mettrions tous deux en disgrâce si nous persistions à vouloir nous guérir mutuellement, est-ce cela que vous voulez ?
– Mais nullement mon père, guérissez-moi ! Dieu est charitable et vous donnera, je n’en doute pas, toute sa gratitude. N’êtes-vous pas ici sur terre aussi pour soulager les souffrances d’autrui mon père ? Alors soignez-moi ! Je serai à 15 heures à la cure mon père, à tout à l’heure.

Je raccroche sans lui laisser le temps de répondre. J’attends quelques minutes, impatiente et tendue ; non, il ne me rappelle pas, trahi par sa déficience morale il se résout à goûter encore au fruit défendu. Une violente poussée d’adrénaline me submerge, je retrouve cette mystérieuse joie de vivre, d’exister, de se laisser porter dans une totale insouciance.

J’arrive au bureau avec cinq minutes de retard et là, les bras m’en tombent : Adrien, René et Sophie notre réceptionniste lampent tranquillement leur petit noir.

– Alors, on ne peut plus se lever ? Petite panne d’oreiller ? Allez approchez, je vous offre un café Marie ?

Je ne goûte guère à l’humour d’Adrien mais accuse le coup et leurs adresse un bonjour enjoué :

– Bonjour à tous ! Non merci pour le café et c’est promis  » Chef « , je récupère à midi !

Je me dirige vers mon bureau, furieuse contre René qui me semble très en verve, ravi apparemment de me voir.

J’allume mon ordi, ôte la veste de mon tailleur et m’assied sur mon siège pivotant. Je lorgne l’agenda du jour qui comme tous les mercredis est peu chargé. (J’essaie de ne pas entreprendre des tâches que je ne pourrais finir avant 12 heures ; suspendre un travail que je devrais reprendre le lendemain me donne toujours l’impression d’être en retard, je culpabilise alors de ne pas travailler l’après-midi). Ces jours-là j’ai toujours hâte d’être à midi, je savoure le temps qui se délite à l’approche de mes escapades amoureuses ; je repense sans cesse à toutes ces choses auxquelles je m’adonne sans retenue ; j’invente parfois de nouvelles intrigues qui nous entrainent dans le tourbillon d’exigences sans cesse renouvelées.

Mon téléphone s’éveille et me ramène à la réalité. C’est un appel intérieur, de René. Je décroche contre mon gré, et attends qu’il se manifeste.

– Marie, tu es seule, je peux te parler ?
– Je t’en prie, tu peux.
– J’ai tellement envie de toi, il me dure de te serrer dans mes bras. J’ai trouvé un hôtel-restau charmant, discret et à quelques encablures d’ici.

Il susurre :

– J’ai trop envie de te manger les fesses, de lécher ton minou et ton petit trou, puis tu me feras un gros pipi, je veux te boire…

Je l’interromps brutalement.

– Hé bien vois-tu, mon cher, ce ne sera pas possible : tu ne donnes pas de nouvelles depuis la fin de semaine passée, tu crois pouvoir gérer mon planning au dernier moment ? Désolée ! Mais j’ai un autre rendez-vous…un autre amant, plus jeune, plus beau et qui m’attend avec impatience cet après-midi.

Je voulais lui faire mal, c’est réussi. Il bredouille :

– Mais ce n’est pas possible, tu ne peux me faire cela, Marie tu plaisantes !

Je me suis levée, j’ai refermé doucement la porte de mon bureau et me suis réinstallée, confortablement.

– Non  » Monsieur « , j’ai rendez-vous à 15 heures avec un homme trop charmant et si puéril…Il me faut tout lui apprendre, je vais peut-être lui faire, à lui, ce que toi tu voulais, à moins que…
– A moins que quoi Marie, dis-moi !
– Peut-être pourrais-tu m’accompagner et participer à nos effusions, qui sait ! Etre cajolée par deux hommes en même temps, avoir deux bouches qui vous embrassent, quatre mains qui vous caressent, deux sexes qui vous pénètrent de concert, humm…

Je marque une pause.

– Oui ça j’aimerais beaucoup ! Et là pour te récompenser consentirais-je probablement à te donner ce à quoi tu aspires. Mais le pourrais-tu ?

Intarissable, libérée de toute inhibition je lui narre des choses inavouables, lui révèle mes fantasmes les plus secrets, fruits de ma relation avec Jean-François.

– Tu aimes que je te gode, il me semble. Tu le suceras puis il t’enculera, et tu le feras jouir dans ta bouche ! Tu verras comme il jouit bien. Tu le garderas entre tes lèvres, le tiendras en forme en le tétant puis ayant repris consistance il me sodomisera à mon tour, en levrette : alors tu t’allongeras sur le dos, te glisseras entre mes cuisses, tu me lècheras la chatte ; il devra se retenir et alterner ses errements entre ta bouche et mon anus dans lequel il se répandra une nouvelle fois. Et toi, mon esclave chéri tu me mangeras les fesses, tu lècheras le sperme dégoulinant de mon petit trou, tu l’embrasseras profondément et, ensuite, si tu t’es appliqué à bien nettoyer mon œillet meurtri je ferais pipi dans ta bouche…Oh, je suis toute excitée à cette idée, le ferais-tu mon René ? Te plierais-tu à mes caprices ? Mais as-tu le choix dorénavant ?
– Marie, tu divagues, tu n’es pas dans ton état normal ! Que t’arrive-t-il ? Dis-moi ! Te rends-tu compte de ce que tu es en train de me dire ? Mais t’es  » grave « …Eh ! Réponds-quelque chose !
– Je t’ai choqué mon chéri ? Mais c’est pourtant ce à quoi je rêve, ce que je voudrais faire avec Jean-François et toi. Oui, il s’appelle ainsi ton rival, il a trente ans, c’est un  » prêtre  » et je crois qu’il est fou de moi. Réfléchis bien à tout cela et pense à nous cet après-midi. Je me promets de le convertir au triolisme, ne se dit-il pas qu’une pléthore d’hommes de foi ont eu un passage homosexuel quasi naturel et obligatoire dans leur cursus universitaire ?
– Marie, tu plaisantes ? C’est quoi ce délire ! Un amant, un prêtre, une partouze avec un curé ! Tu divagues complètement ! Bon, arrêtons ce petit manège, l’hôtel-restaurant est le clos fleuri, tu le situes ? On se retrouvera sur le parking à 12 heures 30.
– René, je ne plaisante pas, j’ai rendez-vous avec le père Jean-François, le curé du canton, celui qui fera faire sa communion à Margot, il est mon amant depuis un mois. Tu sais, c’est si excitant de lui confesser ce que nous faisons toi et moi. Il veut tout savoir, dans les moindres détails. Lorsque la torture devient intolérable, il me supplie de lui faire ces choses à lui aussi, tout en implorant Dieu de son pardon. Je te raconterais tout ça, dans les moindres détails  » mon chéri « .

Je raccroche. Mon portable ronronne dans mon sac à mains, je le récupère et prend l’appel.

– Allo ! Ah ma sœur, Dieu merci ! Je suis désolé mais je ne peux vous recevoir à la cure cet après-midi, j’avais oublié que notre femme de ménage venait ce jour-là ; elle ne vient qu’une fois par mois, alors vous comprendrez que je ne peux reporter cet imprévu.

Un silence pesant s’installe. Pour une surprise, c’en est une. Je reste muette, à méditer. (Non je ne peux me déconsidérer et rappeler René, je ne vais pas m’abaisser de cette façon).

Jean-François se racle la gorge et me rappelle à la réalité :

– Ma sœur, si vous êtes en trop grande souffrance et souhaitez-vous confesser, je peux et me dois de vous écouter…à 15 heures au confessionnal si cela vous convient.

 » Le salaud » me dis-je, il veut bien se faire  » sucer « . Et bien soit, je le sucerai et lui arracherai son adhésion pour notre grande aventure à trois ; lui non plus n’aura pas le choix.

– Oh mon père, vous me réconfortez, j’ai tant de choses à vous dire. J’espère beaucoup de vous, à tout à l’heure !

Le clocher s’agite et résonne des trois coups de quinze heures, je me glisse à l’intérieur du confessionnal et m’agenouille sur le prieur en bois. Je me suis changée, j’ai enfilé un blouson sur mon chemisier et un jean épais. Je me sens toute drôle, engoncée dans ma guêpière et mes bas à jarretelles, mais plus à l’aise ainsi dans cet endroit, et non moins décidée à dévoyer mon rédempteur. En outre mes genoux apprécient le confort ouaté du tissu.

– Bonjour ma sœur, excusez mon oubli, j’ai la tête un peu en l’air en ce moment, mais n’ayez crainte je vous écoute d’une oreille attentive tout de même. Alors, souffrez-vous tant que cela ? Etes-vous toujours sous l’emprise de ces envies de luxure ?
– Mon père, cela empire ! Mais ne dit-on pas que la maladie résiste souvent à tout traitement, qu’elle redouble parfois d’intensité avant de finir tout de même par abdiquer. Je ne vous voie pas et je vous entends mal, ouvrez cet espèce d’hygiaphone, j’ai des confidences à vous dire, à vous chuchoter à l’oreille. Oui, approchez-vous mon père.

Il libère le verrou de sa glissière, le cadre grillagé pivote contre la paroi. Il se penche en avant, une faible lumière dessine les traits de son visage, esquisse un profil acéré au menton carré, au nez rectiligne, une mèche de cheveux rebelle barre son front. Mes lèvres affleurent son visage se figent au creux de son oreille :

– Vous aimeriez que je vous  » fasse du bien mon père  » ?
– Ma sœur, que dites-vous là ! Enfin ! Je suis là pour vous entendre et vous prêcher la bonne parole…
– Mon père, j’ai rêvé que nous faisions l’amour,  » vous, moi et mon amant « , tous les trois ensembles. C’était si bon…vous me serriez dans vos bras puissants, vous me pénétriez en même temps. Vous échangiez vos places voulant goûter à la moiteur de toutes mes chairs, vous vous disputiez sans cesse le droit de me faire gémir. Quand René me prenait par derrière vous le jalousiez et vice et versa. J’ai rêvé aussi qu’il vous suçait, qu’ensuite vous le sodomisiez et que vous jouissiez enfin dans sa bouche.

Je le branle (J’ai passé un bras de l’autre côté, ma main est remontée entre ses jambes, s’est défaite des entraves de son pantalon et de son slip), il ne dit rien, comme si cela devait se faire, inéluctablement. Il m’écoute attentivement, fait mine de protester. Je suspends ma caresse.

– Et vous mon père, n’aimeriez-vous pas me rendre heureuse ainsi ? Cela m’aiderait sans doute à chasser toutes ces viles pensées et à redevenir une épouse vertueuse. Au fait, vous ai-je déjà dis que mon René a des désirs, comment dire… des envies un peu  » bizarres « .

Mes doigts se referment sur sa barre d’acier ferme et brulante, je reprends ma branlette sur un rythme lent et régulier.

– Oh ma sœur que vous me faites du mal, mais j’aime tant que vous me torturiez ainsi !

Quelles envies manifeste votre amant ? Dites-moi tout cela. Ohhh ! Oui comme ça, continuez !

– C’est difficile à dire mon père, je n’ose pas.
– N’ayez crainte, Dieu peut tout entendre et ne vous jugera point mal si vous n’omettez de ne me confier chacun de vos moments d’égarements.

J’interromps le mouvement de ma main, je veux qu’il m’écoute attentivement. Je susurre en détachant tous les mots, distinctement, afin qu’ils s’impriment dans son cerveau.
– Il aime que je lui fasse pipi dessus, sur son visage et dans sa bouche…
– Mon Dieu, Marie, que me dites-vous là !
– Il aime boire mon urine ; il me demande de me retenir le plus longtemps possible et de le souiller de gros pipis, il adore cela mon père. Il dit que mon pipi est bon, qu’il aime se désaltérer ainsi à ma fontaine, qu’elle est la source de la vie, que de là sortent et naissent les bébés. Il dit aussi que mon pipi est du champagne et qu’il en raffole.

Je lui pétris les couilles avec précaution, remonte le long de sa verge tendue, la griffe délicatement, l’enveloppe.

– Il voudrait aussi que je…non ! Ça je ne peux vous le dire… Levez-vous mon père ! Approchez-vous, j’ai envie de vous prendre dans ma bouche. Mais d’abord, dites-moi que vous ferez tout ce que je vous demanderai, que vous m’obéirez jusqu’à vraiment m’aimer avec René, tous trois réunis. Promettez-moi de le faire, allez, jurez le !
– Marie que me réclamez-vous donc ! dit-il en brandissant sa queue à travers cette trouée inespérée. Vous êtes folle ? Que veut-il encore votre perfide amant ? Dites-moi donc tout cela !

Sa verge somptueuse et fière, gonflée d’un impétueux désir se dresse devant mes yeux. Une goutte de liquide séminal perle à la pointe du gland, elle roule le long du frein et s’estompe sur la hampe. Je l’empoigne, mes doigts l’emprisonnent, déroulent le prépuce le long de la colonne de chair et dénudent le beau champignon. Mes lèvres le frôlent, signifient leur présence, y déposent un baiser discret. Je le hume, lui souffle un air tiède et chatouilleux.

– C’est d’un tel excès, d’une telle outrance … Mon père promettez-moi d’exhausser mon vœu ! J’enfourne sa bite, la gloutonne quelques secondes, l’éjecte. Allez mon père dites-le !
– Marie comment pourrais-je faire ces choses ? Oh ! Votre bouche, quel ravissement, prenez-moi encore entre vos lèvres.
– Mon père, alors c’est oui ? Si vous consentez à ce que je continue je prends cela pour un tacite accord, il ne peut en être autrement, sinon renoncez, vous aussi à ce plaisir défendu.

Je le gobe, son pieu s’enfonce au fond de la gorge, petit à petit. Je le suce avec ferveur, joue de la langue et des lèvres ; je m’applique telle une artiste jouant avec son instrument, telle une virtuose concentrée sur sa partition, gagnée par l’appétence immodérée de le faire jouir dans ma bouche.

Je stoppe brutalement :

– René lui aussi aime que je suce. Il voudrait…Il me supplie de…Enfin, aidez-moi mon père, ne vous doutez-vous pas de ce qu’il désire ?

Je le reprends à nouveau, il se cogne contre mon palais, taquine ma luette, passe en force.

– Oh oui Marie ! Continuez ! Que veut-il de plus votre René… Non ! Ne me dites pas qu’il voudrait…Et vous Marie, pourriez-vous faire une telle chose ?

Je ne peux répondre, ses mains ont glissé derrière ma tête et me tiennent prisonnière. Sa queue a disparue dans les abimes de ma gorge, totalement, son ventre se frotte sur mon visage.

– Pensons-nous à la même chose Marie ? L’aviliriez-vous ainsi ? Oh, quelle indécence !

Il coite ma bouche en profondeur, tel un étalon fougueux et indomptable.

– Ah oui, j’aime ce que vous me faites là ! C’est si bon ! Veut-il que… Mon Dieu ! Non !… Que  » vous déféquiez  » sur lui, est-ce bien ce qu’il veut ? Oh, l’immonde personnage…

Je me dégage en force, il me tient si fermement que sa queue trempée de salive se redresse d’un coup, s’écrase entre son ventre et mon visage, me barre la face ; elle se frotte sur mes joues, sur mon front, joue à saute-mouton avec mon nez.

– Oui mon père…Dans sa…Il veut que je fasse cela dans sa bouche mon père, il ne pense plus qu’à ça, il en a tellement envie.
– Quelle horreur ! Et vous Marie, pourriez-vous vous livrer à de telles abjections ?

Il se frotte de plus belle, sa verge glisse sur mes lèvres, du frein jusqu’à ses testicules. De long en large, de haut en bas sa bite balaie mon visage au gré des furieux mouvements de ses mains qui secouent ma tête dans tous les sens. Il a franchi un seuil, celui à partir duquel notre esprit s’échappe, nos valeurs morales s’estompent. Les mots se forment dans notre bouche, fusent et expriment tout notre ressenti. Il m’apostrophe :

– Oh Marie, tu l’aimes ma bite, elle est bonne n’est-ce pas ! Tu vas me rendre fou, oui suces moi bien salope !
– Oui je l’aime votre queue, je veux que vous jouissiez dans ma bouche…pas tout de suite ! Retenez-vous …Je ressens votre opprobre mon père mais j’ai, moi aussi, envie de lui faire ça à mon René. Je le fais souvent la nuit dans mes rêves ;  » je sens sa bouche se lover entre mes fesses, je m’abandonne alors avec extase dans le réceptacle de ses lèvres soudées à mon anus. Mes doigts jouent dans ses cheveux, caressent sa tête avec tendresse, mon ventre se délivre lentement « . C’est à ce moment-là que je me réveille en sursaut, toute en frissons, mouillée de désir mon père « .
– Quelle fille maligne êtes-vous donc ma sœur ! Allez, guérissez-moi de ce mal que vous m’avez inoculé !
– C’est devenue une obsession mon père, et René le souhaite si ardemment. Il est amoureux fou de mes fesses, il aime trop chérir mon petit trou…
– Moi aussi je l’aime ton cul ! Ah je vais jouir !

Je le reprends dans ma bouche. Il s’agite avec une volonté que les prémisses du plaisir décuple. Il explose. Un orage brutal fouette ma gorge : de chaudes et onctueuses giclées gonflent mes joues et déferlent comme un torrent au fond de mon ventre.

– Tiens  » dévoyée  » ! Bois la liqueur de la fécondité ! L’offrande de mon corps est le remède de ton mal. Me répandre dans ta bouche pour te guérir de tes turpitudes sera votre pénitence, votre chemin de croix Marie ! A chaque fois, à petits pas, il vous guidera vers la lumière de Dieu tout puissant. Oh oui Marie ! Ayez confiance je vous aiderai à retrouver la sérénité, Dieu m’en garde !

Son phallus est pris de convulsions régulières, il vomit son plaisir en salves brèves et cadencées ; son plaisir dure, s’éternise. Une vision inattendue, saugrenue danse devant mes yeux clos :  » un pis de vache ou de chèvre, je ne sais, une mamelle que mes lèvres expertes traient crache des jets tièdes et laiteux », cette image pleine de fraicheur et de pureté m’amuse, me réconforte.

– Ah ! Comme c’est bon Marie ! Continues, suce-moi encore ! Ne t’arrêtes-pas ! Ô Mon Dieu sa langue est si douce, si agile…Quelle divine pécheresse m’avez-vous confiée à guérir !

Je pompe avec une joie perverse cette chaude et vivante colonne qui palpite fiévreusement dans mon fourreau buccal. Je la tète, la taris jusqu’à épuisement dans un concert de borborygmes feutrés. Elle dégonfle peu à peu, ramollit. Je la libère et dans une profonde inspiration je reprends connaissance, hébétée et heureuse :

– Oh mon père ! Quelle fougue, j’ai cru défaillir de tant d’abondance ! Mon Dieu que votre désir était fort, que votre jouissance était intense ! J’aime trop vous faire cela, ça m’excite mon père, je suis toute mouillée…Voyez comme vous devez vous sentir mieux à présent, l’âme en paix, l’esprit libéré, l’oreille attentive à l’écoute de vos pauvres mécréants. Vous pourrez alors les guider vers les sommets qui mènent à Dieu avec force et conviction.

Il est tout penaud mon Jean-François, muet comme une carpe. Il remonte son slip et son pantalon et s’assied lourdement sur son fauteuil avachi, il respire lentement, reprend conscience et se mets à prier :  » Mon Dieu, veuillez me guérir de ce mal qui me ronge, mais il ne saurait apparaître sans votre consentement. Je vous conjure de m’absoudre, de me donner la force et le courage dans ces moments de doute ; je résiste, en vain. Vous m’abandonnez et me livrez dans les bras de cette créature maléfique. Ô Mon Dieu pourquoi faites-vous cela  » ?

Je l’interromps dans son oraison :

– Ne culpabilisez-pas mon père, vous guérirez en me soignant, avec de la patience et de volonté. Ecoutez-moi, aimez-moi avec toutes mes exigences et mes folies amoureuses. Dès lors, lorsque je serais défaite de mes fantasmes obsessionnels, enfin vous retrouverez la foi en Dieu et la sérénité. Oh mon père, je suis impatiente de me retrouver entre vos bras et ceux de mon amant, dites-moi que vous le voulez aussi, s’il vous plait…
– Ma sœur, si ma rédemption passe par là, si votre guérison en dépend, si vous me libérez ensuite de votre emprise alors, oui, je vous accorderai ce passage obligé…Ô Mon Dieu, me pardonnerez-vous ce sacrilège ?
– Vous êtes merveilleux mon père, je sais que vous ferez de moi une femme fidèle et respectueuse. A très bientôt mon père, je vous rappellerai très vite je pense.

Je prends congé de mon Beau Jean-François, le corps alangui et des vertiges plein la tête ; il a dit oui, oui à cette improbable rencontre.
Mais, René, lui, vais-je réussir à le convaincre ?

A suivre.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Gourmandises 9 – Les fantasmes de Marie, du rêve à la réalité… qui-sait ? par Jerema

  1. pommaris dit :

    Oh, la, la, j’en ai juté de plaisir….à lire ce texte bien écrit !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *