Comment mes désirs sexuels ont changés au cours des années par sandratvtg

Comment mes désirs sexuels ont changés au cours des années par sandratvtg

Avec le temps, comme beaucoup d’hommes, je suis devenu un brin pervers à la recherche de sensations fortes et d’un érotisme plus cérébral.

Des désirs nouveaux se sont imposés à moi au fil des ans.

Je dois me rendre à l’évidence : baiser ne me suffit plus.

J’ai alors relancé ma libido en découvrant l’épilation, les petites culottes et la lingerie qui m’ont fait découvrir de nouvelles jouissances.

Quand je sens la ficelle de mon string me rentrer dans les fesses, je prends conscience que je suis devenue une vraie salope dans l’intimité.

J’aime le porter haut sur mes hanches pour mettre en valeur mes cuisses fuselées. (voir mes photos sur mes blogs)

A la moindre excitation cérébrale, du liquide séminal coule de ma verge en imprégnant ma lingerie d’auréoles blanchâtres.

Cela ne me suffit pas et comme beaucoup d’hommes après la quarantaine, j’adore m’exhiber en femme sur le web.

Je les aime tellement que je veux leur ressembler en portant tous les symboles de la féminité.

Le sexe encagé, je mets des dessous féminins pour être dominé, féminisé et violé par une dominatrice.

Cette relation de soumis s’est installée peu à peu dans mon inconscient avec le temps.

De plus, un désir irrésistible me pousse à vouloir me servir de mon cul comme d’un vagin et à utiliser ma queue comme un clito.

Comme les femmes qui contractent leur vagin pour jouir, j’éprouve le même plaisir à mobiliser mes sphincters.

Il est dommage qu’elles soient choquées par ces changements sans chercher à découvrir tout le potentiel sexuel qui s’offre à elles dans ces nouveaux jeux de rôles. (jeux lesbien, soumission et domination, inversion des rôles, viol…)

J’ai fort heureusement croisé le chemin d’une domina qui aime me transformer en femelle passive.

Souvent, elle utilise un plug urétral qui stimule ma prostate par voie interne en l’associant à son gode qui la presse par voie anale.

Elle me fait vivre ma féminité en me pénétrant avec ses nombreux jouets qu’elle manie habilement.

Puis, elle m’affole complétement les sens en me violant avec son énorme gode ceinture avant de me fister sans retenue.

Après quelques va et vient, ma chatte s’est lubrifié naturellement en se transformant en un désir béant.

Elle pousse alors son bras dans mon fourreau anal tout en me massant la prostate jusqu’à ce qu’un épais flot de sperme s’écoule de ma verge.

Elle m’arrache des gémissements de plaisir en me faisant jouir simultanément de la queue et du cul.

A d’autres moments, elle utilise son gode gonflable pour m’assouplir l’anneau en augmentant progressivement le diamètre à 4, 5, 6 et 7 cm.

Me sachant addict à la sodomie, elle sait qu’elle doit utiliser de gros calibres pour me faire jouir.

Souvent, la veille d’un fist, je me prépare en portant une culotte garnie d’un gode interne de 5 cm de diamètre pour qu’il me dilate l’anneau pendant la nuit.

Le matin, la chatte humide de désir, je brûle d’envie d’être prise.

Souhaitant vivre ce moment en femme, je me suis épilée, maquillée et coiffée d’une perruque bouclée blonde.

J’adore sentir le poids de mes seins siliconés qui remplissent les bonnets 105/D de ma guêpière.

Mes bas sont accrochés à quatre paires de jarretelles et je porte une culotte fendue qui découvre entièrement mon œillet aux yeux de ma domina.

Elle commence par m’ouvrir la chatte avec son spéculum cylindrique XO.
Lorsque mon anneau devient plus souple, elle tourne rapidement la molette pour atteindre d’emblée les 5 cm de diamètre.

Je ressens un plaisir intense lorsqu’elle continue à m’écarter les chairs, millimètre par millimètre.

- Actuellement, tu es dilatée à 7 cm.
- C’est le diamètre d’une bouteille de bordeaux, me dit-t-elle en me masturbant efficacement.

Quelques instants plus tard, lorsqu’elle voit mon visage marqué par la douleur, elle s’arrête en s’exclamant :

- Maintenant, c’est l’équivalent d’une bouteille de champagne que tu as dans les fesses, me dit-t-elle en plaçant un miroir entre mes cuisses pour que je puisse contempler ma chatte dilatée à l’extrême par son spéculum.

Elle le laisse en place pendant qu’elle se prépare pour la suite.

Elle enfile sur ses bras ses gants en latex en les lubrifiant soigneusement avec du crisco.

C’est une graisse végétale efficace et bon marché à l’inverse du j jube qui est plus cher et que l’on trouve difficilement dans le commerce.

Avec une lueur perverse dans le regard, elle s’approche de moi en levant les mains en l’air comme un chirurgien qui s’apprête à officier.

Elle m’allonge sur le dos et place deux coussins sous mes fesses en m’écartant les cuisses pour pouvoir me prendre sous tous les angles.

Elle m’a aussi bandé les yeux pour que je me concentre mieux sur sa main gantée de latex qui me fouille les chairs.

J’ai l’étrange impression d’être ouverte en deux quand elle m’empale sur son bras en me fouillant le ventre.

Je prends conscience que mon plaisir anal est devenu au fil du temps tant sur un plan physique que psychologique de plus en plus fort au point que je ne peux plus m’en passer.

Quand je pense qu’il y a encore quelques années, je me demandais comment on pouvait avoir du plaisir et jouir de cette manière…

J’ai la respiration coupée lorsque la main de ma perverse dominatrice franchit la courbure de mon intestin en m’enfonçant son bras jusqu’au coude.

Je sens mes chairs s’écarter lors de son passage.

Quelques minutes plus tard, en voyant mon anus se contracter, elle sait que je vais bientôt jouir.

Elle s’arrête aussitôt de me masturber pour me prendre dans sa bouche en tournant lentement son poing fermé dans mes entrailles jusqu’à ce que je me vide dans des râles de plaisir.

Comme cela se produit dans l’orgasme anal ma sève s’écoule lentement et en continu dans sa gorge.

Ma verge reste immobile et flasque mais mon plaisir est cependant plus intense et prolongé que lors d’une éjaculation classique qui fuse en jets rapides et saccadés.

Ses yeux rivés dans les miens, mon amie garde un long moment son bras enfoncé en moi car elle sait que j’éprouve un sentiment de plénitude à rester embrochée de la sorte.

Peu après, j’enlève mon bandeau pour regarder son bras plongé dans la fourche de mes cuisses.

Excité par ce spectacle, je le saisis à deux mains en l’enfonçant jusqu’aux tréfonds de mes entrailles.

- Tu es vraiment insatiable, me dit-t-elle en souriant.

Dites moi si au cours des années vos désirs sexuels ont changés.

Sandratvtg@yahoo.fr

 

Ce contenu a été publié dans Confessions, Histoires, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>