Repas de famille par Emma01

Je vais vous raconter une anecdote de ma soeur comme si c’est elle qui
écrivait. Ma soeur Sylvie et moi sommes très complices. En fait, elle est ma
demi-soeur par mon beau-père et mon aînée de deux ans. Elle m’a fait
découvrir les délices du plaisir solitaire et de la bisexualité (Si cela
vous intéresse, je pourrais le raconter plus tard).
Depuis trois ans, Sylvie (29 ans) est mariée à Franck (31 ans) et elle a eu
de la chance car ils pratiquent entre autre l’échangisme.

Le récit de Sylvie

Ce que je vais vous conter c’est passé il y a six mois au cours d’un repas
familial avec), Franck, moi-même, Georges (l’oncle de Franck, 52 ans), Léa
(la tante et marraine de Franck, 48 ans), Paul (notre ex-beau-père, eh oui
ma mère s’est mariée quatre fois avec des hommes ayant déjà des enfants,
quelle famille ! 56 ans) et Sandrine (la copine de Paul, que je considère
comme ma tante, 58 ans).

Ce repas était très arrosé et au dessert, il s’est fait sentir le besoin de
ranger la table pour continuer. L’atmosphère était joviale.

Franck et moi débarrassions en faisant des allers-retours à la cuisine.Quand
à un moment, Franck s’est trouvé à la cuisine, en train de laver quelques
verres. Sandrine et Léa, désobéissantes ont aidé à la manoeuvre. Sandrine
apporta un plat à Franck. Celui-ci venait de finir sa petite vaisselle et
s’est retourné pensant que c’était sa femme qui lui tendait un plat. Dans
son mouvement, il posa fermement une main sur les fesses de ma tante. Une
seconde fut suffisante pour qu’il sente le string et la fermeté des fesses
de Sandrine. Cependant, Léa venait d’arriver et dans un grand sourire
déclara assez fort::

- Une femme de notre génération en jupe te fait cet effet là ?

Nous dans la pièce principale avons entendu mais nous n’avions pas compris
l’allusion jusqu’à l’arrivé de Franck tout rouge. J’interroge les arrivants:

- Que s’est il passé chéri ?

Et Léa raconta la scène qu’elle avait vu :

- Je suis choquée, j’ai vu mon neveu en train de peloter les fesses de
Sandrine qui, la pauvre, ne pouvait se défendre car elle avait un plat entre
les mains. »

Sandrine n’était pas d’accord avec cette version, elle me demanda si elle
pouvait rejouer la scène.

- Bien sûr, voilà un peu de piment !

Georges, Paul et moi allons nous asseoir sur le canapé et la table sert de
lieu de reconstitution. Franck est dos à nous, à sa droite Sandrine pose les
mains sur la table et se cambre d’une façon plus que suggestive. Léa demande
à Franck de refaire son geste « honteux ». L’ambiance s’électrise. Les parfums
de nourriture exaltent nos sens. Franck effectue une rotation en partant
vers la gauche (donc ne voit pas qui est à sa droite) et sa main fait un
délicat vol et se pose sur le bas du dos de Sandrine.

- Ah Non ! » s’écrient Léa et Sandrine, « Ce n’était pas là où était ta main !

Léa prend la main de son neveu et la pose sur les fesses de Sandrine mais en
la faisant glisser sur le bas des fesses. Franck recommence à rougir et moi,
je suis toute émue. Ma tante est une grande coquine, il y a déjà des
histoires avec elle mais je ne les raconterai pas ici (en fait nous l’avons
rencontrée dans un club échangiste où mon ex-papa avait l’habitude d’aller).
Quant à la belle-famille, je sais aussi qu’elle est très portée sur le sexe.
Je m’attends au pire…

Franck maintien sa main sur la « croupe » de tata qui ajoute:

- En plus, il l’a caressé de haut en bas !

Léa effectue le mouvement avec la main de son neveu. Celui-ci laisse
apparaître une bosse à son pantalon, je vois aussi que les seniors
s’enfoncent un peu plus dans le canapé, leur respiration se ralentissant.
Sandrine demande :

- Pour mieux voir le drame, ne devrais-je pas ôter ma jupe ?

Georges et Paul d’une voix :

- Oh oui, il faut tout analyser ».

Léa aide délicatement Sandrine en relevant la jupe au niveau de sa taille.
Le string est blanc et très tendu. Les fesses de ma tante me font envie,
j’espère avoir les mêmes à son âge.

Imaginez la scène. Vous êtes sur un sofa, bien installée. A vos côtés, deux
seniors sont calés de façon à cacher une certaine protubérance. Leur visage
est radieux, leurs yeux sont étincelants.
Leurs mains sur leur hanche ne demande qu’une chose. En face de vous à moins
d’un mètre, une femme appuyée avec ses deux bras sur la table cambre son
corps pour vous offrir une vue sans compromis sur son string tendu. A ses
côtés une seconde femme agenouillée, sa main droite sur les fesses de la
première et sa main gauche qui fait un léger mouvement vers son entre
cuisse. Et pour finir, mon mari rouge d’émotion se tiens droit comme un i
avec une protubérance non cachée…

A cet instant tout a basculé d’un coup.

La tante de Franck a levé sa main gauche vers la protubérance de son filleul
qui dans la seconde suivante laisse sortir son sexe. De la main droite, Léa
a écarté le string de Sandrine. Puis, elle pose sa bouche entre les fesses
de ma tantine tout en branlant son neveu qui se met à haleter.

Moi, au même instant, j’ai posé mes mains sur chacune des bosses de mes
« compagnons de sofa »
Le sexe droit, j’ai commencé à les branler devant le spectacle.
Léa alterne ses caresses et ses baisers du sexe de Sandrine à celui de
Franck, qui se laisse aller à ses pulsions en masturbant le con de sa
marraine.

Moi aussi je me mets à sucer ces queues qui ont bien vécues. Georges me
déshabille pendant que je suis concentrée en train d’avaler profondément le
sexe de Paul, qui de ses mains caressent mes cheveux.

L’odeur de son sexe est forte mais plaisante.

Une fois nue, je sens des mains parcourir mon corps, presser mes seins, mes
hanches puis mon sexe. Ensuite, une langue s’immisce. Je frissonne et
mouille à foison. Paul me laisse lécher ses boules et ôte son pantalon pour
que je lèche son anus.

Franck, nu, a posé son sexe à l’entrée de celui de ma tata et Léa a commencé
à enfoncer celui-ci.
Il commence par de doux va et vient et le corps de ma tante se détend. La
marraine de Franck caresse les fesses de celui-ci tout en se
masturbant.Georges lèche avec avidité ma fente et mon anus comme je lèche
celui de mon ex-beau-père.

Puis je sens un « objet » plus volumineux s’introduire en moi… mmmm oui.Il
fait des va-et-vient rapides en collant son corps au mien ce qui enfonce ma
gorge sur le sexe de Paul.
Je branle plus vite Paul et m’accordant au va-et-vient de Georges. Puis il
s’arrête:

- Chevauche ton oncle, petite !

Je me lève, ils finissent de se dévêtir et je viens m’asseoir sur mon oncle,
mon sexe bien lubrifié.
Je m’empale sur sa queue, offrant mes fesses à Georges qui joue avec mon
anus. Il pose son sexe à l’entrée de ma rose. Et doucement entre au plus
profond de moi. Une fois tous les trois calés, les va-et-vient reprennent.

Mmmm, J’entends nos râles de plaisirs et jette un œil du côté de mon
mari.Ils ont changé de position. Léa et Sandrine sont l’une sur l’autre sur
la table à s’embrasser, presser leurs seins et masturber leur mont de
vénus.Franck fais des va-et-vient dans le sexe de ma tantine et pénètre
l’anus à sa marraine (sans difficulté) à tour de rôle. Eux aussi sont très
expressifs. Mais je me reconcentre sur mes hommes qui vont bientôt m’amener
à la jouissance s’ils continuent ainsi. Georges aime mon anus, il est doux.
Paul décide de changer de place et se lève, il nous laisse ainsi et se
dirige vers la table.

- Georges, assis toi dans le sofa, je veux te chevaucher. » lui dis-je
- A condition que je reste dans ton petit trou ma grande » répondit il dans
un souffle.

Il s’assoie, prépare son sexe, je viens au dessus de celui-ci, mon dos à la
vue de Georges. Il guide mes hanches à me positionner sur son sexe puis, une
main entre mes cuisses, je me saisie de son membre pour l’introduire à
nouveau dans mon anus. Ahhh quelle sensation… en plus de mon corps, mes
yeux peuvent observer le spectacle. Georges m’enserre dans ses bras pour
caresser, presser mes seins. Mais il peut aussi titiller ma chatte, mon
clito.

Le spectacle qui s’offre à moi est tout aussi jouissif.

Ma tantine est sur le dos allongée sur la table. Franck pénètre son anus
avec brusquerie. Léa est à leurs côtés, elle masturbe l’anus de son filleul.
Paul approche d’elle, l’embrasse goulûment. Il se place derrière Franck, lui
écarte les fesses et pose son membre. Léa enfonce ce dernier doucement.
Franck gémis sous le coup mais il se cambre.

Mon oncle fait des va-et-vient doux ce qui permet à Franck de reprendre les
siens dans ma tante.
Je suis au bord de la jouissance mais je veux continuer. Léa s’est approchée
de nous, s’agenouille entre mes cuisses et lèche mon antre. Un long râle de
plaisir émane de ma gorge, mon corps de crispe. Je sens la queue de Georges
elle aussi se tendre. Et il jouie dans mon cul. Je reçois trois longs jets
dans mon corps. Celui-ci se détend. La langue continue de jouer sur mon
clito, le mordille. Léa active sa masturbation.

Je me lève.

En face, Franck sort sa queue de l’anus de ma tante pour jouir à grand flot
sur son ventre. Je voie mon oncle se crisper dans le cul à Franck. Il sort
son membre et intime par l’ordre et le geste à Franck de s’agenouiller. A
peine celui-ci s’exécute-t-il qu’il reçoit une longue giclée sur son visage.
Il ouvre grand sa bouche et viens avaler le sexe de mon oncle sans une
hésitation.

La pièce est emplie de nos odeurs, les fumets de nourriture sont remplacés
par des senteurs violentes, sexuelles.

Ma tante se lève et se tient debout à côté de son mari. Franck quitte la
bite à mon oncle pour nettoyer le ventre qu’il a salit. A ce moment, je vois
mon oncle se tendre de nouveau, le sexe ramolli en direction du ventre de sa
femme.

Il se décontracte et un flot d’urine coule sur le ventre de ma tante et fini
dans la bouche de Franck.

Cette odeur me fait frémir. J’attrape les cheveux de Léa et pose son visage
sur mon anus, je pousse et le sperme de Georges commence à sortir :

- Nettoie moi avec ta langue et tes doigts !.

Léa lèche et me doigte pour sortir le maximum de semence, puis elle se
recule un peu et je lui lâche ma fontaine dorée. Mmm. Je me sens défaillir
tellement c’est bon. Georges me retiens et m’embrasse, avec sa main, il
dirige mon jet dans la bouche de sa femme.

Je suis toute fatiguée, il m’allonge sur le canapé et Léa vient s’allonger
sur moi. Elle m’embrasse.
Je regarde ma famille et je pense à la chance que j’ai. Georges et Paul se
font nettoyer par ma tante. Franck déambule vers moi, lui aussi a aimé. Il
s’assoie à mes côtés et caresse le corps de sa marraine.

La nuit ne fait que commencer mais cette émotion m’a épuisée. Je m’endors
pour un léger repos.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>