Racolage balnéaire 1 – Jackie par Boris Vasslan

Cet été là, nous passions de paisibles vacances sur le littoral languedocien. Sans histoire. Il n’arrive jamais d’histoire en vacances. Et puis ! Voilà ! De graves problèmes familiaux au niveau de ma belle-famille. Mon épouse est obligée de rentrer précipitamment. Nous convenons, qu’ayant quelques trucs à régler sur place, je resterais jusqu’à la fin de la location. Quant aux enfants ils choisissent de rentrer avec leur mère !

La vie de célibataire a ses inconvénients mais aussi ses avantages. Et après avoir raccompagné tout ce petit monde à la Gare, je me précipite prendre mes affaires de plage et m’installe dans un coin ou je pourrais tranquillement profiter du spectacle et mater toutes ces belles femmes et toutes ces belles poitrines dénudées offertes à mes yeux.

Certaines sont magnifiques, une grande blonde un petit peu sur ma gauche à l’air d’être seule. L’envie de draguer me tenaille, mais je me retiens. Toujours mes vieux démons ! La vue d’une jolie femme m’émoustille ! Je suis un véritable obsédé du sexe, et suis très curieux et très large d’esprit en ce domaine. Un peu (oh ! juste un peu !) maso et toujours friand de découvertes. Mon épouse a un peu (beaucoup) de mal à me suivre dans mes folies. Qu’importe ! Je rencontre une ou deux fois par mois une charmante personne qui sans être réellement ma maîtresse, aime à partager mes fantasmes, et cela dans la plus grande décontraction.

C’est environ un quart d’heure plus tard que je remarquais ces deux étranges femmes qui déambulaient sur la plage, manifestement à la recherche de quelqu’un ou de quelque chose. La première est relativement grande, elle n’est vêtue que d’un petit slip noir muni de boucles dorées sur les cotés, le genre de machin plus tape à l’œil que pratique. Ses seins ne sont pas très gros, mais quand même agréables à regarder d’autant qu’ils sont pourvus de gros tétons bien sombres. Ses cheveux bruns sont coupés assez courts. Je ne vois pas d’ici si elle est maquillée d’autant qu’elle porte une grosse paire de lunettes, mais elle s’est néanmoins mise un rouge à lèvres véritablement rouge et vraiment très voyant. Son bronzage a l’air parfait et sent les séances d’U.V. Le genre de fille qui ne vient vraiment pas à la plage pour se baigner, ça m’amuse un peu. Sa copine est encore plus grande, elle est en deux pièces léopard, et paraît beaucoup plus potelée, probablement métissé, Elle est coiffée à la lionne, châtain clair avec des reflets blonds. Si seulement celle-ci pouvait se  » poser  » dans le coin que je puisse voir ses seins, si toutefois elle daigne les montrer… Elles sont maintenant un peu plus près de moi, elles s’arrêtent devant un type, mais la conversation s’engage à peine, elles repartent. J’espère que le hasard de leur déambulation va les rapprocher encore plus de ma place…

…Mais justement les voici devant moi ! Je n’en crois pas mes yeux ! Ces nanas sont terriblement excitantes. La brune me toise ! J’ai du mal à comprendre, j’esquisse un sourire, mais rien en retour.

- Vous êtes seul ?

Qu’est ce que ça peut lui foutre ? Et pourquoi cette question ? Je ne suis pas encore assez naïf pour croire qu’elles se sont arrêtées pour mon physique. Je suis loin d’être un play-boy et n’ai rien d’exceptionnel.

- Oui, je suis seul !
- Ça vous embête, si on se met à côté de vous ? Mais ne vous méprenez pas, c’est juste pour éloigner les dragueurs !

C’était donc cela ! Je suis malgré tout déçu de servir d’alibi, mais j’accepte.

- Je suis Jackie ! Me dit la brune. Et ma copine c’est Chloé.

Elle s’installe donc à mes cotés, Chloé est à peine assise qu’elle quitte son haut de maillot, libérant une poitrine magnifique, quoique probablement refaite !

- Vous faites quoi sur la plage ?

Bon, il va falloir que je fasse la conversation maintenant…

- Je nage un peu, je me repose !
- Vous ne matez pas, vous ?
- Si comme tout le monde !
- Ah ! Je me disais aussi ! Vous pourriez me mettre de la crème sur le dos !

Le classique absolu ! Le cliché de la plage ! Néanmoins je ne vais pas refuser, mais elles vont me rendre dingues ces nanas, je lui passe de la crème en la massant légèrement, elle a la peau douce, je suis en train de me taper une érection du tonnerre ! Et bien sûr elle s’en aperçoit…

- Ça te fait de l’effet ! On dirait ?

J’ignorais que la vision d’une érection était de nature à faciliter le tutoiement !

- Normal ? Non ?
- Tu peux en mettre un peu plus bas ?

Plus bas, c’est carrément ses fesses, j’hésite un peu, et puis j’y vais. Ma bite va éclater à ce régime là !

- Chloé tu devrais te mettre de la crème aussi !
- Bien sûr !

J’entends le son de sa voix pour la première fois, Elle a un accent que je n’identifie pas tout de suite… Je vais pour lui passer de la crème et j’attends donc qu’elle se retourne, mais elle ne le fait pas.

- Euh ! Vous voulez que je vous en mette ?
- Oui vas-y !
- D’accord, mais il faudrait vous tourner !
- Tu m’en mets d’abord sur le devant !
- Sur le devant ?

C’est Jackie qui vient à mon secours :

- N’ai pas peur de lui toucher les seins, en fait, elle adore se les faire tripoter.

Il y a des choses que je ne me fais pas dire deux fois, mais j’ai quand même l’impression de tomber petit à petit dans un curieux traquenard. Je lui masse la poitrine, excité comme pas possible. Cette poitrine est un peu trop ferme, elle a probablement été refaite. On dirait une poitrine de travelo. En y songeant, je regarde instinctivement vers le slip et j’aperçois un renflement suspect ! Je voudrais quand même être sûr ! Jackie intervient.

- Ben oui, c’est un travesti, qu’est ce que tu veux, personne n’est parfait ! Mais faut pas que ça t’empêche de continuer à faire ce que tu faisais…

Elle va me donner des ordres maintenant, n’importe quoi ! Il est temps d’arrêter ce cirque !

- Si vous me disiez à quoi vous jouer toutes les deux ?
- Ça te choque que ma copine soit une transsexuelle ?
- Ça ne répond pas à ma question !
- Réponds à la mienne et je te répondrais après !
- Non, ça ne me choque pas, et même que j’en ai rien à foutre…
- Non tu n’en as pas rien à foutre, ça t’excite !
- Vous allez me dire ce que vous manigancez, sinon je me tire ailleurs ?
- On cherche un gars qui soit un peu maso pour s’amuser un peu !
- Hein ?
- Alors tu veux t’amuser avec nous ?
- Et c’est combien ?
- C’est zéro euro ! Tu n’as rien compris, on n’est pas des putes, on est payé par une personne qui cherche des masos pour une soirée !
- Et qu’est ce qui vous fait dire que je suis maso ?
- Tu l’es non ?
- Un peu ! Mais comment…
- On est très fortes, mais on ne te le dira que si tu acceptes…

Je ne réponds pas, je ne sais pas quoi répondre !

- Je croyais t’avoir dit de continuer à masser les seins de ma copine !

C’est l’instant ou jamais, si j’accepte, je suis pris dans leur filet. Me rebiffer ! Refuser, il en est encore temps ! Un instant je ne bouge pas et mon regard croise celui de Jackie, un regard sensuel, un regard plein de promesses… Je craque, lui rend son sourire et reprend mon massage interrompu.

- Alors ?
- Alors c’est d’accord !
- Bon je t’explique ! Il s’agit d’un type bourré aux as, qui organise des soirées à tendances S.M. Son truc c’est d’avoir des gens qui viennent là pour la première fois. Ça se passe entre gens de bonne compagnie. A ton arrivée tu seras mis en cage, en attendant que l’on ait besoin de toi ! La séance peut durer toute la nuit. Le lendemain matin on te raccompagnera. D’autre part… d’autre part…

Et en disant cela elle sort une double feuille de son sac de plage.

- D’autre part, disais-je, il ne s’agit pas d’imposer à des gens des trucs qu’ils ne peuvent pas supporter. D’un autre côté, on ne va pas non plus faire une soirée avec des types qui piquent une crise à la première fessée. Donc tu vas remplir ce petit questionnaire, c’est une liste de pratiques, tu réponds à chaque fois si tu aime cela, si tu déteste, enfin tu remplis, quoi ?

Et elle me tend un stylo, je remplis son truc, il y a là dedans des trucs assez abracadabrants mais j’essaie de ne pas tricher, je le lui rends 5 minutes après. Elle le consulte, me demande deux ou trois précisions.

- OK ! C’est bon on t’embarque ! On fera un petit test dans un coin, il y toujours des types qui présume de leur fantasmes… Tu peux encore refuser, mais sinon, tu es notre esclave jusqu’à demain matin !

J’accepte, il me reste semble t-il une porte de sortie, si je change d’avis, j’ai toujours la possibilité de faire en sorte de rater ce fameux test ! Je demande à passer à la location avant pour déposer quelques affaires mais elles refusent, et m’embarquent donc en tenue de plage. Jackie conduit, elle m’a demandé de me placer à l’arrière et Chloé est à côté de moi. Nous allons vers l’arrière pays et nous traversons une espèce de forêt ou il n’y a pas un chat. Jackie engage la voiture dans une contre-allée et stoppe. On ouvre les portières, la chaleur devient insupportable, mais pour l’instant on ne descend pas.

- Bon ! On va faire le test ! Si c’est pas bon, ou si tu veux tout arrêter, on te redéposera au centre ville ! Sinon à partir de maintenant je suis ta maîtresse et tu me dois obéissance ! OK ?
- Ok !
- On dit « oui maîtresse ! »
- Oui maîtresse !
- Tu vas prendre la queue de Chloé et la sucer !
- Oui maîtresse !

Si elle s’imagine que c’est pour moi une corvée, elle se plante complètement. Au contraire, il y a si longtemps que je voulais concrétiser ce fantasme que je n’hésite pas un instant. Je soulève la jupette de Chloé pour atteindre le slip ! Je tâte, et je suis d’abord surpris de ne pas sentir en dessous la forme de sa verge. Je baisse donc le vêtement et m’aperçois qu’il a en fait enfermé son sexe dans une sorte de coquille en tissus, sans doute pour que cela soit moins voyant à la plage ! Rapidement je lui ôte ce machin et découvre une superbe queue. Je pensais naïvement que les travelos avaient tous des petites bites, mais celle ci est plus grosse que la mienne. J’effectue sur son membre quelques mouvements de masturbation qui le raidisse très vite. Je ne me lasse pas d’admirer ce bel engin tout bronzé terminé par un gland bien luisant et qui me met l’eau à la bouche. J’ouvre mes lèvres et m’approche. Ca y est pour la première fois de ma vie, je suce la queue d’un travelo, et j’en suis heureux.

- Bon je vois qu’il n’y a pas de problème de ce coté là !

Elle ne m’a pas dit d’arrêter, donc je continue, essayant de profiter au maximum de ces courts instants privilégiés. Mais Jackie ne me laisse pas continuer et me tire en arrière par les cheveux !

- Sortez tous les deux ! Je ne vais pas t’attacher, mais on va faire comme si ! Tu t’enroules à cet arbre, tu baisses ton slip et tu ne bouges plus. On va te faire rougir le cul !
- Je fais ce qu’elle m’a dit, Jackie s’est saisie d’une cravache et s’amuse à en fouetter l’air, et tout d’un coup un premier coup atterrit sur mes fesses
- Aie !

Le coup est assez fort pour un premier, il m’a bien cinglé les fesses. C’est un vrai test, si elle continue plus fort j’e décide de tout arrêter avant qu’il ne soit trop tard !

- Aie !

Celui-là est légèrement plus fort ! Mais ça reste supportable, je ne dis rien, je me déciderais au prochain

- Aie ! Non c’est trop fort !

Je m’apprêtais à quitter ma place et à dire que dans ces conditions, je ne continuerais pas, mais je n’en eus pas le temps, un quatrième coup vint me cingler les fesses, beaucoup plus ajusté. Je ne dis rien et corrigeais ma position autour de l’arbre un instant décalé.

Les cinq suivants se succédèrent rapidement avec la même force, me claquant joliment les fesses. Je commençais à prendre sérieusement goût à cette flagellation champêtre et me surpris à bander. Le 10e coup fut plus fort, mais je ne dis rien, je savais maintenant que Jackie savait magnifiquement doser ses coups et je repris ma position

- Parfait ! Dit-elle.

Je me souviens de ce sourire en coin quand elle m’a dit cela, un sourire plein de promesse. Cette fille était une ensorceleuse.

- Merci maîtresse
- Un dernier petit truc ! Met toi à genoux et ouvre la bouche.

J’obéis sans comprendre de suite ce qu’elle avait l’intention de me faire subir.

- Vas-y Chloé, arrose-le !

Chloé se plaça devant moi et ressorti sa bite ! Je pensais à ce moment là qu’elle allait m’arroser de son sperme, ce qui ne me disait pas grand chose, mais non, ce n’était pas cela, elle ne se masturbait pas, et tout d’un coup je réalisais, cette grande folle allait me pisser dessus !

- Ça ne va pas la tête ?
- Mais dit donc ! Toi ! Tu as bien répondu dans le questionnaire que tu n’avais rien contre l’uro !
- C’est vrai mais je pensais à des trucs avec des femmes !
- Ah ! Oui ! Tu es un petit vicelard, mais ça ne t’empêche pas d’avoir des inhibitions ! Alors écoute, ma puce ! Tu vas gentiment reprendre la position, et tu vas accepter gentiment de boire la bonne pisse qui va sortir de la grosse bite de Chloé… sinon tu vas perdre une belle occasion de t’amuser avec moi !
- Oui maîtresse !

J’ouvrais la bouche et me rapprochais de Chloé pour recueillir le jet tiède qui maintenant s’échappait à flot de sa queue. Il allait trop vite et j’étais obligé de m’arrêter pour déglutir. Quand il eut finit, je me léchais les lèvres avec la langue.

- C’est délicieux
- Bien sûr que c’est délicieux ! Allez ! On embarque, on a encore du boulot !

A suivre…
Boirs Vasslan © 2000
Vasslan@hotmail.com

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Racolage balnéaire 1 – Jackie par Boris Vasslan

  1. sapristi dit :

    Passionnant, et excitant

  2. Asa1515 dit :

    Original, bien écrit et terriblement pervers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>