Chaud, le peep-show ! par Jean-Sébastien Tiroir

Ma femme et les gosses sont partis une semaine en Normandie, bravant le mauvais temps. Cela ne me disait trop rien et il fut convenu que je ne les rejoindrais que les tous derniers jours. J’ai pu ainsi pour un temps, goûter les quelques joies du célibat occasionnel. Ainsi, ce mardi 22 août 2000, je décide de m’offrir une petite fin d’après-midi parisienne. Mes pas m’entraînent vers la rue Saint-Denis, et plus précisément vers cette célèbre officine où je m’excite un peu en visionnant quelques vidéos fort coquines. J’aime en quittant ces lieux loucher vers les demoiselles qui tentent de racoler les badauds vers les cabines dites spéciales. Mais rien d’affolant ce soir ! J’allais partir quand l’aboyeur de service annonce au micro :

- Exceptionnel ! Trois lesbiennes sur le plateau ! C’est exceptionnel !

Ça ne coûte rien d’aller voir ! Me dis-je, et j’attends patiemment qu’une des cabines du peep-show se libère.

Peep-show ? Ai-je dit ?

Et si avant toute chose on en parlait un peu du peep-show ?

Le principe : Vous entrez dans une cabine, et vous introduisez la somme demandée (actuellement 3 euros). Une glace sans tain s’actionne alors vous permettant de regarder ce qui se passe sans être vue. Vous avez donc accès à une scène en principe circulaire et tournante. Et vous pouvez alors assister aux déshabillages et aux trémoussements de jeunes filles plutôt bien faites (Il est bien loin le temps où n’évoluaient dans ce genre d’endroit que d’anorexiques limandes…) De façon relativement fréquente vous pouvez aussi voir les ébats de couples hétéros, sans simulation avec fellation et pénétration ! On a aussi parfois la chance de voir des lesbiennes ou du triolisme mais c’est quand même plus rare. Tout cela dure peu de temps (cela varie suivant les établissements) disons 3 minutes. Après il faut remettre des pièces… Certaines boutiques cherchant à fidéliser leur clientèle vendent des cartes à puces qui remplacent avantageusement la menue monnaie.

Jusque là rien à dire, le rapport qualité prix est somme toutes sans surprise.

Deuxième stade : la cabine spéciale : Après avoir évoluées sur la piste, les filles se baladent dans la partie  » libre service vidéo  » et vous proposent un petit moment en cabine spéciale. De quoi s’agit-il ? D’une cabine relativement spacieuse (une dizaine de m²) séparée en deux parties : une partie basse avec un fauteuil dans lequel vous vous installez après vous êtes mis  » à l’aise « . Une partie surélevée sur laquelle va évoluer la fille. Il n’y a aucune séparation physique entre les deux parties, mais des faisceaux infrarouges provoqueront des alarmes si d’aventure un client cessait d’être sage. Il y a également des caméras ! La fille va vous faire une prestation comme on dit, en fait un strip-tease et/ou une exhibition que vous allez pouvoir plus ou moins diriger. Vous êtes invité à vous masturber pendant ce temps là. Ca s’arrête avec votre éjaculation, et si ça ne vient pas la lumière se coupera de toute façon après 10 petites minutes !). Tout cela pour un tarif de base de 30 ou 40 euros….

Et jusque là ça va encore ! C’est un peu cher la branlette, mais bon on ne vit qu’une fois !

Troisième stade : et c’est là que ça se corse ! Et c’est là aussi que ça se diversifie parce que tout dépend des établissements !

De même que dans la prostitution, il y a deux attitudes  » commerciales  » carrément opposées :

La première attitude consiste à ne cibler que la clientèle de passage, en se disant qu’il y en aura toujours, que les bénéfices réalisés avec cette dernière sont loin d’être négligeables, et que de toute façon, il n’y a pas à se gêner à gruger le client. Tout ce qui lui arrive étant de sa faute, il n’avait qu’a être moins con !

La deuxième attitude consiste au contraire à fidéliser le client. Tout est fait pour qu’il soit content, pour qu’il revienne et aussi (pourquoi pas ?) qu’il en parle !

De toutes façons, dans la cabine spéciale, la fille va systématiquement vous proposer une prestation plus osée :
Dans les établissements corrects, elle n’insistera pas trop, dans les autres elle deviendra collante ! (Dans ces milieux-là le terme  » fauché  » reste une insulte !)

Mais la différence va encore plus loin : si vous doublez ou si vous triplez la mise dans une officine ou l’on pratique la fidélisation, la fille va surtout jouer sur le temps et prolonger ainsi son tête à tête avec vous. Les choses seront aussi un peu plus hard, et elle n’hésitera pas à sortir toute une batterie de godemichés et à se pratiquer avec des introductions y compris anales. On a le droit de trouver ça cher pour ce que c’est ! Mais il y a des amateurs…

Rendons nous maintenant dans cet établissement où le client n’est là que pour  » laisser son fric  » ! L’ami Jean Guillaume, venu de sa province profonde est dans sa cabine spéciale !

- Si tu remets un peu d’argent, je peux te faire plein de trucs !

Jean Guillaume hésite, il n’a pas envie de dépenser tout son argent de poche le premier jour.

- Tu sais, je pratique la fellation !

Notre Jean Guillaume devient cramoisi, sort quelques billets de son portefeuille, les tends à la demoiselle et savoure d’avance les délicieux moments qui ne vont pas tarder à arriver. La demoiselle sort alors un beau gode bien membré et se met à lécher goulûment… le morceau de plastique.

C’est absolument inattaquable ! Jamais au grand jamais, la fille n’a prétendu faire une fellation avec Jean Guillaume. C’est ce dernier qui a interprété ! (On apprend ce genre de truc dans les séminaires sur la communication ! Si ! Si !).

Jean Guillaume irait bien protester, mais à quoi bon, il ne fait pas le poids devant le videur stationné non loin de la caisse !

En conclusion le peep-show, pourquoi pas ? Mais suivez mes bons conseils :

1 – Limitez-vous au peep-show  » public « . Si vous êtes trop excité et que vous n’êtes pas certain de pouvoir résister au racolage de ces dames, n’hésitez pas à jouir dans la cabine, c’est aussi prévu pour ça !

2 – Souvenez-vous que les cabines spéciales sont très chères pour ce que c’est. Faites-le éventuellement, juste une fois pour voir. Sinon réservez cela aux soirs de coups de folie.

(Pendant assez longtemps, j’allais une fois par mois en cabine avec la même fille, (Samantha, je crois) il s’était créé entre-nous une certaine complicité, puis elle a disparu de la circulation. C’est vrai que cela peut avoir un petit côté fascinant de discuter de n’importe quoi avec une nana qui est là devant vous la chatte à l’air ! )
C’est aussi dans ce genre de cabines que j’ai rencontré deux actrices X (Marilyne Jess et Elodie Chérie) Elles étaient d’ailleurs très sympas, et puis surtout, c’était le seul moyen d’obtenir un autographe !

3 – Une fois dans la spéciale, quel que soit l’établissement, quelle que soit la fille, n’acceptez jamais de remettre de l’argent !

Une dernière précision pour ceux qui auraient encore quelques illusions :

- La législation française telle qu’elle existe au moment de la publication de ce texte conduirait à accuser les responsables de l’établissement de proxénétisme si des attouchements de types sexuels étaient pratiqués entre les filles et les clients.
-
- Aucun établissement ne courra ce risque !
- Aucun établissement ne permettra à une fille de leur faire courir ce risque !

Ceci dit personne ne peut vous empêcher si ça vous chante de prendre un rendez-vous à l’extérieur… mais ce n’est plus du peep-show !

Et si après toutes ces infos, nous faisions un peu dans l’érotisme ?

Revenons à notre premier paragraphe !

Je me méfie un peu, il y a des mois qu’il n’y a pas eu de show de lesbiennes dans cet endroit. Et puis j’ai toujours un peu peur des  » fausses lesbiennes « , qui se touchent à peine et s’embrassent encore moins. Et là, il y en aurait trois ? Mais comme je l’ai dis, ça ne coûte pas trop d’aller voir :

Mais voici que je suis subjugué ! Trois déesses blondes entièrement nues, la chatte intégralement rasée et la poitrine superbe sont sur le plateau. La première d’entre-elles, la plus petite et la plus belle doit avoir une trentaine d’année, elle a le teint légèrement mate, un visage très ovale, et les cheveux coiffés à l’Africaine avec des tresses. Les deux autres sont plus jeunes. L’une (Priscilla) a la peau très pale, c’est une belle et pulpeuse brune décolorée, son visage respire la gentillesse et la malice et son éternel sourire sous son petit nez coquin et un peu retroussé est un ravissement ! La troisième (Aurore) fait beaucoup plus BCBG, sans doute une vraie blonde, genre égarée dans ce milieu, très étudiante qui fait des extras.
Au moment où le spectacle s’offre à moi, la fille aux tresses est à quatre pattes au milieu de la scène, elle lèche la chatte de Priscilla qui est debout devant elle. A l’autre extrémité, Aurore lui lèche le sexe et l’anus en de grands coups de langue.
Ce qui est remarquable, c’est la décontraction avec laquelle elles accomplissent leur prestation. Elles en oublient l’invisible public, se racontent d’incompréhensibles bêtises qui les font rire aux éclats, et surtout elles ne font pas semblant. Certains gestes sont assez fabuleux, ainsi un moment, Aurore ramasse avec sa main la mouille qui dégouline de la chatte de sa partenaire tressée, la redépose un peu plus haut, puis entreprend de lécher tout cela.

Le show dure, pour mon plus grand plaisir, et voici que le présentateur indique au micro que les filles vont devoir rester un peu plus longtemps que prévu sur la scène. Elles rouspètent un peu, changent légèrement de position, puis rigolent, mais aussi s’excitent de plus en plus. C’est un spectacle rare que de voir leur langue s’agiter comme cela dans la chatte, dans le cul et dans la bouche de leurs copines. C’est un délice de les voir se sucer les seins, et c’est un régal de les voir prendre plaisir à se caresser la peau que j’imagine évidemment d’une infinie douceur. Les filles sont en sueur, elles n’en peuvent plus !

A un moment elles tentent un truc un peu acrobatique ! Ça ne tient pas et les voilà les quatre fers en l’air ! Ça rigole et ça se remet en place ! Un peu après, elles adoptent une figure super bandante, elles se placent toutes à quatre pattes en cambrant leur cul et de façon que leurs visages se rejoignent au centre. Leurs langues peuvent ainsi se réunir en un ballet torride. La vue de ces magnifiques culs superbement offerts et ruisselants m’achève. Je sors ma queue et commence à me branler. C’est à ce moment là que le D.J. annonce le changement de modèle. (Un couple, dira-t-il !). Je suis un peu déçu, j’aurais aimé jouir devant elles Tant pis pour moi, je n’avais nulle raison d’attendre le dernier moment ! Je range donc mon engin. Et m’apprête à retirer ma carte.

Mais un démon devait être à ma cotés. Je décide sur ses conseils d’attendre qu’elles aient complètement quitté la scène pour sortir de la cabine. Bien m’en a pris ! Cela me permit d’assister à cette scène incroyable : la fille du couple arrive, une grande noire aux formes sculpturales, elle veut entrer, mais la fille aux tresses la gêne par taquinerie, puis de façon tout à fait inattendue se jette à son cou pour lui rouler un patin. Un long patin, il faudra que quelqu’un les sépare. Je sors cette fois-ci, dans un drôle d’état !!
Par exception aux règles que je me suis imposé, je me dis que si l’une des trois blondes m’aborde, je me laisserais peut-être faire afin de me masturber devant elle dans une cabine spéciale, j’attends donc un peu, le temps qu’elles se changent ! (Peut-être même qu’elles ont eu besoin d’une bonne douche !) Effectivement, Priscilla, la fausse blonde coquine apparaît 5 minutes après, mais elle a finit son  » service  » et quitte l’établissement ! Tant pis, j’attends encore un peu ! Le D.J. continue ses annonces !

- Sur le plateau du peep-show, un triolisme exceptionnel !

Triolisme ? Il doit se tromper, il avait parlé d’un couple ! La curiosité est la plus forte, j’attends qu’une cabine se libère pour y retourner et devant mes yeux médusés j’aperçois maintenant la fille aux tresses qui suce goulûment la bite d’un mec pendant que la grande black lui lèche la chatte avec une gourmandise non dissimulée. C’est splendide et là encore il y aura toutes les positions possibles et imaginables, mais c’est quand même (pour moi) loin de valoir le show précédent. Je sors, je suis un peu saturé ! Aurore est sortie, mais elle m’attire finalement un peu moins que ses deux copines.

Je quittais alors l’établissement allant calmer un peu plus loin dans cette même rue, ma libido qui n’en pouvait plus…

Cette ultime partie de la soirée ne fut pas mal du tout ! Merci ! Mais sans être de nature à rester gravé dans ma mémoire, alors que ces trois blondes ! Hum !

Notes : Certains détails de la partie  » technique  » ont été empruntés à un article de M.G (qui se reconnaîtra et qui j’espère ne m’en tiendra aucune rigueur !)

La partie  » descriptive  » est absolument authentique. Mais il faut bien comprendre qu’elle est aussi exceptionnelle. D’autre part, il n’est pas dans ma vocation, ni dans celle du site de faire de la publicité, d’autant que rien n’est immuable, et que ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera pas forcément demain ! Malgré tout je m’engage à renseigner par e-mail ceux et celles qui souhaiteraient connaître l’adresse de l’établissement dont il est question ici !

Jean Sébastien Tiroir – Août 2000 ©

monsieur_tiroir@hotmail.com

Deux petites précisions :
Un lecteur ayant reconnu la « fille aux tresses » m’a communiqué son prénom. C’est Eva ! (Cela lui va à ravir)
J’ai plus tard rencontré séparément Aurore et Priscilla en cabine spéciale. Elles s’y sont montrées charmantes. j’ai pu aussi apprendre que Priscilla avait fait une courte carrière dans le cinéma X sous le nom de Priscilla Lenn dans des spécialités très vassiliesques (uro, sm…) Elle m’a dédicacé une page de cahier que je garde précieusement….

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Chaud, le peep-show ! par Jean-Sébastien Tiroir

  1. André dit :

    ça m’a rappelé des souvenirs. Comme le temps passe….

  2. Jimmi dit :

    Intéressant et très bien raconté

  3. Hernand dit :

    Les cabines dites spéciales étaient une belle arnarque

    • Eddy dit :

      Oui ! Mais ce n’était pas vrai pour tout les établissements, je me souviens que l’un d’entre eux, était plutôt correct, j’ai eu l’occasion de rencontrer en cabine spéciale Marilyn Jess, puis Elodie Cherie qui ont eu la gentillesse de me faire une petite dédicace. (mais aucun contact sexuel, il ne faut pas rêver !)

  4. sapristi dit :

    Y’en a plus, les webcam ont tué les peep-show

  5. Sangster dit :

    ça sent le vécu ! Moi j’aimais bien les peep-show. Mais il me semble bien qu’il n’y en a plus beaucoup (du moins à Paris)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>