Le cul de Stéphanie par Sylvain_Zerberg

RESERVE A UN PUBLIC AVERTI – TEXTE CONTENANT DES PASSAGES SCATOS EXPLICITES

6 heures du matin ! Enfin le programme se mit de nouveau à fonctionner !
- Je n’y croyais pas ! Me dit Stéphanie
- Moi non plus !
- Ça mérite une bise !

Elle me la fit, mais chastement, Stéphanie n’est qu’une collègue, elle n’a
pas l’air farouche mais je n’ai jamais tenté quoique ce soit, ans doute
parce que l’occasion ne s’était jamais présentée. Cette panne informatique
nous réunissait tous les deux pour la première fois…

Stéphanie était une fille de 25 ans, environ 1m 70, châtain, les yeux verts,
elle avait une poitrine magnifique en forme de pomme (95 C), mais ce qui me
plaisait le plus chez elle c’était son gros cul, elle avait deux fesses bien
rondes et fermes, Elle était habillée aujourd’hui d’une jupe assez courte et
d’un chemisier avec un beau décolleté

Ça faisait 15 heures qu’on essayait de réparer ce fichu machin, un plantage
définitif aurait été catastrophique pour la société qui m’employait, mais
sans doute aussi pour moi.

Rien dans le ventre, juste un peu de liquide, complètement crevés ! Il nous
fallait malgré tout attendre l’arrivée de la première équipe pour leur
passer quelques consignes qu’ils nous paraissait hasardeux de ne le laisser
que par écrit… Encore deux heure à tirer et après dodo…

- J’ai mal partout ! Me confia Stéphanie.
- Tu veux un massage ?
- Tu sais faire ça ?
- J’ai des mains de fées, tu sais !

Je commençais par lui frotter le dos, elle en position assise, Après
quelques minutes de ce massage, elle se décontractait tout en fermant les
yeux. De ma place, j’avais une vue plongeante dans son décolleté

- Je te masse devant ?
- Tu n’as pas peur de prendre une baffe ?
- Si un peu ! Alors je le fais ou pas, ça te ferait du bien !
- Obsédé ! se contenta-t-elle de répondre avec un curieux sourire.

Elle n’avait pas dit  » non « , alors mes mains descendirent vers son
décolleté et je commençais à lui peloter les seins à travers le soutien
gorge, elle se laissa faire, et ne dit rien quand je fis sauter les bonnets
pour attraper plus facilement ses gros tétons. Elle poussa un râle, ouvrit
les yeux, leva son visage et me fixa avec un grand sourire, puis elle se
leva et m’embrassa langoureusement. Je lui massai alors les fesses, passa
une main sous sa jupe et je lui caressai sa chatte, la trouvant si mouillé
que sa culotte était dors et déjà bien trempée.

Elle mit sa main sur ma bite qui était tendue à l’extrême, dégrafa mon jeans
qui chuta sur mes chevilles, sortit ma queue de mon caleçon, et me masturba
avec tendresse, elle se mit à genoux puis me suça. Elle joua avec mon gland
et mes couilles pendant cinq bonnes minutes, elle me lécha, m’aspira les
testicules, je lui dis que j’allais jouir, pensant qu’elle allait se
retirer, elle accéléra le mouvement et j’éjaculai de longs jets de sperme
dans sa bouche, elle continua de me sucer pour me nettoyer. Je la pris par
la taille, la posa sur le bureau, relevai sa jupe, enlevai son string et lui
mangea la chatte, elle dégageait une odeur forte qui m’enivrait. Je lui
titillai le clitoris, le mordit, le suçota, je lui mis deux doigts dans son
vagin bien lubrifié, faisant des va-et-vient tout en lui jouant avec son
clito, elle ne put se retenir de jouir comme une folle, me dégoulinant le
visage de son miel.

Je l’ai pénétré d’un coup, elle gémissait à chaque coup de rein que je
donnais, elle ne put empêcher son corps d’onduler sous la jouissance qu’elle
ressentait, en même temps, je lui malaxais les seins dont les tétons se
dressaient fièrement.
Je décidai de la retourner et de satisfaire son petit trou du cul.

- Arrête, ça ne doit pas être très propre par là ! Me dit-elle.
- Il n’y a rien de sale en amour ! Répondis-je, agitant ma langue à l’entrée
de son anus et découvrant effectivement un goût très acre.

Je la pénétrais d’un doigt, elle poussa des petits cris appréciant
manifestement la chose.

- Mets moi un deuxième doigt, mais mouille-le bien !

Je ressortis alors celui qui s’activait, le trouvant bien pollué !

- Il est comment ton doigt ?
- Il est un peu marron !
- Ça va ? Ça ne te dégoûte pas ? Demanda-t-elle.
- Pas du tout, ça aurait plutôt tendance à m’exciter.
- Gros cochon ! Lèche, alors !

Je le fis sans problème, le goût n’était pas si fort que ça !

- Tu aime ça lécher ma merde, hein salaud ?
- C’est vrai que c’est excitant !
- Humm, fallait me le dire que tu avais des goûts comme ça, on aurait pu
s’amuser…
- C’est que ce n’est pas facile à placer dans la conversation…
- Bon alors il vient ce deuxième doigt ?

Je lui enfonçais ainsi un second, puis un troisième doigt dans l’anus, puis
n’y tenant plus je me saisis d’une capote, je mis mon gland à l’entrée et
poussa d’un coup sec, elle se crispa sous la conjugaison de douleur et du
plaisir. Après plusieurs minutes de ce travail, je sentis la jouissance
monter en moi, elle savait que j’allais éjaculer, je ne pus me retenir plus
longtemps, je déchargeais dans son cul, puis me dégageais, retirant la
capote maculée de merde !

- Tu m’as bien enculé mon salaud, mais maintenant, je crois que j’ai envie
de faire un beau caca, ça t’intéresse ?
- Hummm, bien sûr que ça m’intéresse !
- Bon alors viens on va s’enfermer dans les toilettes, ça nous évitera d’en
foutre partout, et puis on sait jamais si quelqu’un avait l’idée de venir en
avance…

Aux toilettes, elle me fit me déshabiller.

- Voilà je vais m’accroupir au dessus de ton visage et je vais commencer par
pisser, on fera le reste après ! Allez ouvre bien la bouche, tu vas voir
comme elle est bonne ma bonne pisse bien chaude, ma bonne petite pisse de
salope !

Cette ambiance dingue me faisait déjà rebander, je me retrouvais avec son
sexe odorant à quelques centimètres de ma bouche, je l’ouvris, avala les
premières gouttes, mais le reste déborda, Stéphanie éclata de rire.

- C’était bon !
- Délicieux !
- Bon maintenant on va passer au choses sérieuses ! Lèche moi un peu le cul,
j’adore !

Je le fis c’était de plus en plus âcre, mais aussi de plus en plus
excitant… Un moment elle péta, ce qui la fit éclater de rire.

- Allez je pousse, n’enlève pas ta langue !

Je n’avais jamais été jusque là, j’appréhendais un peu, mais j’étais pris à
mon propre piège. Après tout c’est moi qui avait commencé, l’anus s’élargit,
une masse brune apparut en son centre, je continuais à lécher, puis l’étron
se faufila à l’extérieur à toute vitesse pour finir par dégringoler en haut
de mon torse, je croyais l’affaire terminée quand un second étron rejoignit
le premier.

- Tu apprécie j’espère ! Demanda-t-elle !
- Regarde comme je bande !
- C’est vrai qu’elle a l’air en forme ta bite… Tu en verras beaucoup des
nanas qui te font des beaux cacas comme ça ? Mais maintenant tu me nettoies
avec ta langue, c’est quand même plus agréable qu’un papier à cul non ?

J’étais tellement excité que je ne réfléchissais plus, je lui nettoyais le
pourtour de l’anus comme si j’avais fais ça toute ma vie. Je finis par me
relever après m’être débarrassé difficilement des matières accumulées sur
mon corps qui s’acharnaient à laisser des traces !

- Il nous faudrait une douche !
- On ira la prendre chez moi me lança Stéphanie… Quel trip, allez viens
m’embrasser !

Drôle de baiser puisque je ne m’étais même pas rincé la bouche de l’urine
avalée et de la merde léchée, mais quelle excitation et en ce qui la
concernait l’affaire avait l’air de l’émoustiller un maximum. Elle se mit à
me contourner et à me peloter les fesses, quelques trop brefs instants, elle
m’introduit à son tour un doigt dans l’anus !

- Tu sais que tu as des petites miches de pédé ! J’ai bien envie de te
présenter à mon copain pour qu’il t’encules… ça te dirais ?

J’ai du lui répondre que pour l’instant j’avais plus envie d’aller faire un
gros dodo qu’autre chose, mais une petite voix intérieure, sans doute un
petit diable, me soufflait coquinement  » pourquoi pas ?  »

Ce texte paru d’abord dans une version expurgée en mai 2002, avait été
retiré par son auteur. il a été réintroduit en 2004 dans sa version
complète.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>