La visite de Maman (Mes supplices 6) par Anne M

- Bonjour, ma chérie !
- Coucou, Maman ! Entre, je t’en prie.

Aujourd’hui : visite de Maman à la maison ! C’est également sa première
rencontre avec Philippe depuis que j’habite chez lui, voici près de deux
mois maintenant. Et je suis un peu nerveuse.

Je la précède jusqu’au salon où Phil nous attend.

- Madame Mulder, fait-il très cérémonieusement.
- Pas de  » Madame  » entre nous, voyons ! Appelez-moi plutôt par mon prénom :
Estelle.
- Et bien, bonjour, Estelle. Enchanté de faire enfin votre connaissance.

Et ils s’embrasent chaleureusement sur les joues.

- Même sans vous avoir été présenté, j’aurais su tout de suite qui vous
étiez. C’est fou ce que vous vous ressemblez, Anne et vous.

Philippe a raison. Je suis le portrait craché de ma mère. Même taille
élancée, même silhouette longiligne, même visage ovale, bien que son nez à
elle soit un peu plus court que le mien, et avec des narines plus largement
évasées. Même chevelure châtain aussi, mais qu’elle coupe mi-longue, sur les
épaules. La robe unie bleu ardoise qu’elle porte aujourd’hui, assortie à ses
yeux, renforce, par contraste, la blancheur de sa peau laiteuse.

Je vois que Philippe la détaille avec… intérêt. À cinquante-cinq ans, c’est
vrai que Maman est toujours superbe, même si l’âge a très légèrement épaissi
ses formes. Les rides au coin de ses yeux et aux commissures de sa bouche
lui donnent plutôt un air jovial et engageant, même si c’est, en fait, une
femme de caractère.

Au début de sa vie professionnelle, Maman a été infirmière dans un hôpital
de la région. Puis, à la mort de Papa, il y a dix ans, elle est allée
s’établir à Bruxelles, pour se rapprocher de sa sœur, ma tante Elise. Elle
travaille maintenant pour une O.N.G. humanitaire, où elle s’occupe de tâches
administratives et logistiques.

Maman jette un regard circulaire dans la pièce :

- Vous avez une ravissante maison, spacieuse et confortable. Ça doit changer
Ninette de son ancien logement.
Ah oui, Ninette ! C’était mon diminutif quand j’étais petite, et je l’ai
toujours détesté. Mais pour Maman, je suis toujours sa Ninette… Et Philippe
a l’air de beaucoup s’en amuser.
- Prends ce fauteuil, Maman, près de la cheminée. J’apporte l’apéritif. Un
jus de tomate, comme d’habitude ?
- Oui, merci, me répond-t-elle en s’installant confortablement, tandis que
Phil s’assied en face d’elle, sur le canapé.

Je m’éclipse vers la cuisine pour aller prendre le jus de tomate pour Maman
et deux pineaux des Charentes pour nous.

Quand je reviens au salon, portant les boissons sur un plateau, j’entends
Maman demander à Philippe, sur un ton sec :

- Mais qu’est ce que vous avez fait à ma fille !?

Je manque de tout renverser. Elle continue, plus radoucie :

- Mais regardez-la ! La dernière fois que nous nous sommes vues, il y a
trois mois, c’était encore une sorte de grande adolescente attardée, mal
fagotée, toujours en baskets, les cheveux en bataille. Et maintenant, je
trouve une jolie jeune femme, habillée avec goût, portant des talons hauts,
maquillée avec discrétion et élégance, bien coiffée. Philippe, je vous
félicite : vous avez une excellente influence sur Ninette.

Et Philippe lui répond en me regardant :

- C’est l’amour, tout simplement l’amour.

J’entends un air de violon… Vous n’entendez rien, vous ?

Pendant que Maman et Philippe boivent leur verre et bavardent ensemble, je
repense à tout ce qui m’est arrivé depuis que je suis venue vivre avec lui.
Je me suis littéralement métamorphosée. Mes amies et amis, et même beaucoup
de clients de la librairie, me disent effectivement que j’ai changé (en
bien) et me font des compliments.

Avant, je ne me maquillais presque jamais. Mais Philippe a raison : c’est
fou comme une touche de blush peut éclairer un visage, ou un peu de mascara,
intensifier un regard.

Sur le plan vestimentaire, si, pour aller travailler, je continue à
m’habiller  » décontractée  » (jeans et tee-shirt, polo ou pull), dès que je
rentre à la maison, je me change pour quelque chose de nettement plus
féminin.

L’économie du loyer de mon ancien appartement me permet de faire quelques
achats. La moitié de ma penderie est occupée maintenant par une collection
de petites robes, taillées à peu près sur le même modèle. Même si la
matière, la couleur ou le motif imprimé change, elles sont toutes très
ajustées, très près du corps (sans être vraiment moulantes) et très courtes
(jamais en dessous du milieu des cuisses). Je les porte naturellement sans
culotte ni slip, car je veux que mes orifices intimes soient disponibles à
tout instant pour mon amant.

J’ai aussi quelques tenues plus fantaisistes et aguicheuses. Vous avez vu le
film  » Endiablé « , avec Brendan Fraser et (surtout) Elizabeth Hurley ? Vous
vous souvenez de la scène où Liz joue à l’institutrice ? J’avoue, j’ai copié
sur elle : pull-chaussette moulant bordeaux, jupe plissée très courte en
tartan écossais bleu foncé, ligné de rouge et de blanc, bottes en daim noir
montant jusque sous le genou. C’est ravageur, provoquant, et Philippe adore
!

Après avoir frôlé plusieurs fois la double entorse avec déchirure des
ligaments (les pires !), mes chevilles se sont habituées au port de
chaussures d’intérieur légères à talon haut. Je ne me perche pas sur des
échasses, mais une simple surélévation de quelques centimètres me cambre le
pied, m’arrondi le mollet et me donne plus de fermeté dans la cuisse. En
cassant davantage ma chute de reins, cela redresse et dégage mes épaules. Je
me tiens le plus droite et ma petite poitrine en est d’autant plus mise en
valeur.

Côté coiffure, j’ai opté pour les cheveux tirés en arrière, soit attaché en
queue-de-cheval avec un chouchou de couleur, soit noués en tresse. Il paraît
(si Philippe le dit, c’est que c’est vrai) que j’ai un joli front, qui gagne
à être ainsi montré, et que l’harmonie de mon visage s’en trouve renforcée.

À part pendant mes  » mauvais jours « , qui m’obligent, le vagin bouchonné par
un tampon, à enfiler à nouveau une petite culotte et un jeans, je vis donc à
la maison cul nu et vulve à l’air sous mes vêtements. J’en éprouve un
délicieux sentiment de liberté, en même temps que, parfois, quelques pointes
d’appréhension quand quelqu’un vient en visite. Savoir mon sexe seulement
dissimulé à sa vue par un tissu léger, qui pourrait se soulever, s’écarter à
tout moment, me procure d’exquis petits picotements dans le bas-ventre.
Avec une robe ou une jupe courte, c’est toute une technique que de
s’asseoir, de croiser et décroiser les jambes, de se relever, de se déplacer
dans une pièce, le tout avec charme, distinction et élégance, mais sans rien
laisser voir, ou même deviner, des trésors de mon entrejambe non protégé.

Mais dès que nous sommes seuls, Philippe et moi, je me libère et je deviens
nettement plus exhibitionniste.
Quand je rentre à la maison avant lui, je grimpe immédiatement me changer
dans notre chambre. Dès qu’il arrive à son tour, je me précipite pour
l’accueillir à ma façon. Debout à deux mètres de lui, je saisis le bas de ma
robe et, en me tortillant un peu, je la remonte jusqu’à hauteur de mon
nombril, pour lui présenter ma toison pubienne. Dans cette position, je
donne deux petits coups de bassin, un à gauche, un à droite, et, d’une
petite voix de dessin animé, je lui fais :

- Coucou, Philippe !

Suivant l’humeur, je peux, une fois mon vêtement relevé, lui présenter
plutôt mon petit cul tout nu. Je me cambre et je place mes deux mains sur le
bas de ma croupe tendue, le majeur dans le pli en haut des cuisses. Je fais
alors comiquement gigoter la chair de mes fesses, en disant :

- Bonjour, mon amour !

Bien qu’il s’y attende, il éclate de rire à chaque fois. Toujours troussée,
je me blottis contre lui et nous nous embrassons longuement. Mes fesses
découvertes sont alors gratifiées de caresses, pincements et autres
cajoleries. Parfois (non, souvent même !), c’est ma petite chatte poilue qui
reçoit une câlinerie de ses doigts baladeurs.

On dirait que ce contact rassure Philippe : mon sexe est toujours bien là, à
l’attendre sagement, humide et consentant, prêt à l’usage, comme tout le
reste de ma personne.

Oh, je sais que tout cela peut paraître puéril ! Mais je veux entretenir
entre nous un climat permanent d’érotisme et de bonne humeur. Ce sont de
tout petits détails de ce genre qui agrémentent une vie de couple. Essayez,
vous verrez…

Je viens juste de quitter mes pensées vagabondes, quand le téléphone sonne.
Philippe se lève aussitôt :

- Pardon, j’attendais ce coup de fil d’un client.

Pendant qu’il sort du salon pour prendre l’appel dans son bureau, je
constate que Maman a les yeux rivés sur ses fesses moulées dans son Levi’s
501 bleu délavé.
Quand Philippe a refermé la porte de son bureau, elle se penche vers moi, et
les yeux braqués dans les miens, elle me demande, presque en chuchotant :

- Et sexuellement, vous vous entendez bien ?
- Oh ouiii !!!
- Quel enthousiasme, ma chérie !

Ma spontanéité tellement exubérante devant Maman me fait monter le rouge aux
joues.

- Je ne te demande pas de détails. Je suis simplement contente que ton ami
te fasse l’amour comme il faut et que tu sois heureuse…

Et comment qu’il me fait bien l’amour, et tous les jours, et souvent
plusieurs fois par jour ! Ça peut être sur la table de la cuisine, le temps
qu’une pizza réchauffe dans le four, dans la salle de bains, avant ou
pendant une douche, dans son bureau, entre deux rendez-vous, dans le garage,
sur le capot encore tout chaud de la voiture, quand nous entrons d’une
balade. Étonnamment, c’est dans notre grand lit que nous nous livrons le
moins souvent au  » simulacre de la reproduction « . Enfin…, si, il y a bien
nos grasses matinées crapuleuses du dimanche, qui nous obligent à changer le
drap et la housse de la couette après nos ébats passionnés (mais comme je
fais la grosse lessive le lundi, y’a pas de problème.)…

Et je ne remercierai jamais assez Philippe de m’avoir fait découvrir autant
de nouvelles sensations, de nouveaux plaisirs, de nouveaux sentiments, que
ce soit dans la tendresse d’une douce étreinte ou dans la rudesse d’un
supplice amoureusement appliqué et reçu.

Toutes ces images érotiques qui défilent dans ma tête mettent à nouveau mes
glandes de Bartholin en émoi (si vous préférez, je mouille !). En même temps
que mon visage s’empourpre de plus belle, je sens sous moi ma fente
s’inonder rapidement de ma liqueur vaginale. Et comme je suis sans culotte,
nue sous ma robe en lin écru, rien ne peut éponger ce début d’épanchement
liquide.

Je suis quelquefois furieuse quand mon corps (ou plus exactement mon sexe)
m’échappe ainsi. Telle une chienne en chaleur, je ne me contrôle plus.

Heureusement, Philippe revient au salon à ce moment précis. Sauvée !

Sous prétexte d’aller nous chercher quelques petites choses à grignoter, je
m’éclipse rapidement vers la cuisine, dont je referme la porte derrière moi.

Le dos en sueur contre le vantail (private joke pour Nadia), je respire
profondément pour me calmer. Le simple souvenir de nos galipettes répétées
me met dans un état d’excitation pas possible.
Je me dirige vers l’évier et je déchire un carré de papier essuie-tout.
Retroussant le devant de ma robe d’une main, j’essuie de l’autre mon sexe
affolé et trempé, en insistant bien sur l’entrée de mon vagin. Mon  »
insistance  » a dû être un peu trop appuyée, car le contact caressant du
papier absorbant, glissant entre mes petites lèvres gonflées, puis
effleurant par inadvertance mon clitoris décapuchonné, m’offre un orgasme
instantané. Lâchant le pan de ma robe, je me mords le poing pour ne pas
crier. Secouée de tremblements, les jambes coupées, je tombe à genoux sur le
carrelage. Entre mes cuisses écartées, dans ma fente parcourue de spasmes,
le carré d’essuie-tout plié finit de s’imbiber de mon abondante sécrétion.

Un peu remise, je nettoie mon sexe poisseux avec un second carré de papier
absorbant, en prenant soin cette fois d’y aller seulement par de légers
tamponnements.

J’attrape enfin dans le placard un paquet de biscuits salés et je regagne le
salon, d’une démarche assurée, aussi naturelle que possible.

La conversation entre Maman et Philippe va bon train : je suis heureuse
qu’ils aient l’air de si bien s’entendre. Je m’assieds près de mon
compagnon. Il remarque tout de suite les rougeurs sur mon cou et l’éclat
brillant dans mes yeux : il sait que je viens de jouir.

Chaussette fait son entrée au salon.

- Tiens, vous avez un chat ? s’inquiète Maman. Je pensais que tu y étais
allergique, ma chérie.
- Pas du tout. Le vieux méchant matou de Mammy ne faisait peur, quand
j’étais petite, mais celle-ci est une gentille demoiselle. Et nous sommes
très amoureuses toutes les deux !

En disant cela, je me suis penchée pour gratouiller le cou de Chaussette qui
se frotte contre mes mollets. Aussitôt, la chatte se met à me lécher les
doigts avec gourmandise. Elle aussi, mais d’une autre manière, reconnaît les
manifestations et les conséquences de ma jouissance.

Quand nous mangeons en tête à tête à la cuisine, Philippe et moi, je remonte
toujours ma robe ou ma jupe avant de m’asseoir, cuisses écartées, sur
l’assise cannée de ma chaise. J’aime sentir la fleur de ma vulve et ses
pétales secrets s’épanouir sur la paille un peu rugueuse du cannage. Je
roule des hanches et du bassin pour augmenter encore l’étalement de mes
nymphes. Le plaisir que je prends à ce contact intime laisse fatalement
quelques traces liquides et odorantes. C’est pourquoi la chatte, sans doute
attirée par les effluves de l’autre femelle de la maison, a pris l’habitude,
entre les repas, de faire de longues siestes sur ma chaise tirée, et pas une
autre…

Un quart d’heure plus tard, nous passons à table. Philippe a concocté pour
le dîner  un copieux pavé de saumon aux petits légumes, accompagné d’un vin
blanc fruité. Maman se régale et moi aussi.

- Tu m’as l’air d’avoir bon appétit maintenant. Ça fait plaisir à voir.
Surveillez-la, Philippe. Adolescente, Anne a connu quelques périodes
d’anorexie.
- Ne vous inquiétez pas, répond Philippe, Anne est devenue très gourmande.
Et je fais en sorte qu’elle soit toujours rassasiée.
- Fais attention à ta jolie ligne quand même, ma chérie.
- Aucun danger : Anne se dépense beaucoup.
- Ah ! Tu fais du sport ? demande Maman.
- Euh, oui… Je nage beaucoup… Et je fais pas mal de gymnastique ici, à la
maison : des étirements, des exercices au sol. Voilà, voilà

Pauvre Maman ! Se doute-t-elle du double sens de notre conversation ?

Je ne sais pas si le vin blanc a un effet particulièrement diurétique, mais
avant de servir le désert, il faut que j’aille faire un petit pipi.

Aujourd’hui, je m’enferme dans les toilettes. D’habitude, quand nous sommes
seuls naturellement, je laisse la porte toute grande ouverte.

Puisque Phil aime voir les filles pisser devant lui, je me fais un devoir de
lui offrir désormais ce spectacle aussi souvent que possible. En plus,
j’adore maintenant faire ça dehors, dans le jardin, qui est entouré et
protégé des regards indiscrets par une haute haie vive. Aussi, depuis ces
dernières vacances, j’ai institué une sorte de rituel érotique et mouillé.

Quand il fait beau, il nous arrive de bouquiner sur la terrasse, à l’ombre
du grand parasol bleu et blanc, en sirotant de la limonade ou des jus de
fruit.

Lorsque l’envie d’uriner me prend (et elle survient, comme c’est curieux, à
chaque fois !), sans rien dire, je ferme mon livre, je me lève et, pieds
nus, je fais quelques pas jusqu’à la grande pelouse qui borde la terrasse.
Là, face à Philippe, je remonte le bas de ma robe ou de ma jupe, je
m’accroupis, les cuisses largement écartées, le sexe ouvert, et je soulage
ma vessie sans retenue. Philippe contemple en souriant mon jet ambré décrire
une harmonieuse courbe en cloche avant d’éclabousser le gazon. Quand mon
offrande liquide est terminée, je me relève, sans rabaisser mon vêtement. Je
m’approche de Philippe, toujours étendu sur sa chaise longue, et je lui
présente ma chatte dégoulinante. Il la caresse amoureusement et recueille
sur ses doigts les dernières gouttes dorées qui suintent entre mes grandes
lèvres. Puis, il me tend sa main humide et, agenouillée près de lui, je la
lèche avec gourmandise, savourant ma propre urine au goût à la fois acidulé
et salé, mêlée à la saveur plus âcre de mon excitation sexuelle.

Ah oui, au fait ! Ça y est, j’ai franchi le pas : maintenant, je bois mon
urine ! Enfin, je n’en avale pas de grandes lampées, mais quelques gouttes
quand même… La lecture de récits publiés sur Internet et d’articles à ce
sujet sur certains forums spécialisés (merci, Hélèna !) a, depuis quelque
temps, éveillé mon intérêt pour cette sécrétion que beaucoup d’hommes (et
Philippe tout particulièrement) aiment voir jaillir de la vulve des filles.


Les dégustateurs de ce breuvage, généreusement offert par leur propre vessie
(ou celle de leur partenaire intime), semblant lui trouver beaucoup de
vertus, j’ai voulu, moi aussi, y goûter, par curiosité.
Un jour, seule à la maison, je prends une douche en fin d’après-midi, avant
que Philippe ne rentre d’un rendez-vous. C’est peut-être le bruit de l’eau
qui a déclenché une soudaine envie de pisser. Comme je suis déjà toute
mouillée et ruisselante, il me semble inutile de tremper tout le sol de la
salle de bains pour aller m’épancher dans la cuvette des W.-C.. Je me libère
donc sous la douche.

L’urine commence par me couler sur la cuisse droite. Instinctivement,
j’écarte un peu les jambes et je pousse plus fort. Un jet dru sort alors de
ma fente en chuintant et va frapper les carreaux blancs du faïençage.
Presque sans réfléchir, mes doigts interceptent quelques gouttes à leur
point de jaillissement et, tout de suite après, les déposent sur le bout de
ma langue. Le goût est saumâtre, ni bon ni mauvais, mais pas désagréable en
tout cas. La paume de ma main en coupelle redescend ensuite puiser à la
source qui coule toujours une cuillerée d’urine dorée. Je porte le liquide
tiède à ma douche, je l’aspire et je le bois, sans dégoût ni écœurement.

Après cette première absorption, j’ai simplement gardé sur les lèvres pour
quelques heures une légère impression de picotement.

Il m’est arrivé souvent d’avaler le sperme de Philippe (et celui de mes
autres amants avant lui), mais jamais encore d’urine, ni la mienne ni la
sienne. En me savonnant, je me suis sentie, à cet instant, toute fière de ce
que je venais de faire, car cela m’ouvrait de nouvelles possibilités
érotiques.

Quelques jours après cette douche, j’ai eu l’occasion de montrer ma nouvelle
aptitude à Philippe.

C’est le samedi suivant, de grand matin. Comme à l’accoutumée, il s’est levé
le premier. Quand je descends à la cuisine, nue sous mon peignoir blanc, le
déjeuner préparé m’attend sur la table. La porte qui donne sur le jardin est
ouverte et Philippe, déjà habillé, finit de boire son bol de café, debout
sur la terrasse.

En dénouant la ceinture de ma robe de chambre, je sors. Dès que Philippe se
tourne vers moi, je dégage mes épaules, je fais glisser les manches du
peignoir le long de mes bras et il tombe derrière moi sur le dallage. Je
reste un moment toute droite, complètement dévoilée, les mains dans le dos,
un peu frissonnante dans l’air frais. Je veux qu’il me contemple, qu’il
m’admire, ce qu’il fait sans rien dire.
Je m’avance ensuite d’un pas vers mon compagnon, et je m’agenouille sur la
terrasse, les cuisses écartées. L’index et le majeur en ciseaux de ma main
gauche ouvrent ma vulve et je laisse aussitôt couler ma première urine de la
journée.

C’est un jaillissement soutenu, clair, fumant et odorant. Je mouille l’index
de ma main droite à cette fontaine bouillonnante, puis, lentement, j’amène
ma main à hauteur de ma bouche. Mes lèvres s’arrondissent autour de mon
doigt mouillé et se mettent à le sucer avec avidité.

J’ai d’abord vu beaucoup de surprise sur le visage de Philippe, puis du
plaisir naturellement, et même de la fierté. Mon index toujours en bouche,
mordu entre mes dents, j’ai esquissé un sourire.

Quand le jet se tarit enfin entre mes jambes, Philippe s’approche et je me
relève, en prenant bien soin de ne pas poser mes pieds nus dans la flaque
jaunâtre qui s’étire maintenant vers le bord de la terrasse. Il me prend par
la taille et nous rentrons, épaule contre épaule.

Une fois la porte de la cuisine refermée, je me suis fait un devoir (et un
plaisir) de soulager Philippe de ses… émotions, en pratiquant sur son pénis
engorgé et douloureusement tendu une apaisante fellation. Son sperme a été
tout mon déjeuner ce jour-là (euh, je mens : après, j’ai dévoré deux
croissants tout frais !)…

Oups ! Je digresse encore… Maman et Philippe vont finir par croire que je
suis tombée dans la cuvette.

Le dessert (une mousse au chocolat), c’est moi qui l’ai préparé. Quant à
dire que je l’ai réussi… La mousse est un peu trop liquide : je n’ai pas dû
battre les blancs d’œuf en neige assez fermement. Et pourtant, je sais ce
que  » battre fermement  » veut dire.

Maintenant qu’il m’a toute entière à sa disposition, Philippe ne se prive
pas de fustiger mon adorable petit derrière dès que l’envie lui en prend.
Nos séances, il y a peu encore mensuelles, sont maintenant devenues
bihebdomadaires…

Nue dans notre  » chambre de torture « , j’attends mon supplice, toute
frémissante d’impatience. Je porte déjà aux chevilles et aux poignets les
bracelets en cuir noir, doublés de feutrine, pourvus chacun d’un demi-anneau
en métal. Philippe a attaché autour de mon cou un large collier de chien (ou
de chienne, en l’occurrence), également en cuir. Cette nouvelle acquisition
de mon  » bourreau  » ressemble en fait plus à une minerve, car, une fois
fixée, je peux à peine bouger la tête. Ce collier comporte aussi quatre
anneaux métalliques.

Philippe commence par passer une chaînette à mousquetons dans l’anneau
arrière de la minerve, placé contre ma nuque, et, en me relevant et en me
tordant les bras dans le dos, il y attache mes poignets. Dans cette
position, pas très confortable pour mes épaules tirées en arrière, mes mains
peuvent toucher la pointe de mes omoplates.

Après s’être accroupi derrière moi, il m’oblige à disjoindre les jambes et
fixe aux bracelets de mes chevilles une barre d’écartement. Il s’agit en
fait d’un simple morceau de manche à balais en bois, d’une longueur d’un
mètre environ, pourvu à chaque extrémité d’un mousqueton. Mes cuisses
largement ouvertes révèlent déjà, dans ma fente entrebâillée, mon état
d’excitation.

Finalement, Philippe fait descendre jusqu’à mon visage la corde qui pend du
plafond, et clique le mousqueton qui la termine sur l’anneau avant de la
minerve, rivé à l’endroit de ma gorge. Cette corde, ensuite tendue et fixée
au mur derrière moi, me rejette la tête en arrière et m’oblige à regarder le
plafond. Sa tension est telle que je dois, pour ne pas suffoquer, me tenir
sur la pointe des pieds.

Avant que ne commence la flagellation, Philippe s’attarde toujours quelques
instants à flatter mon sexe découvert. Pendant que le pouce de sa main
droite masse l’œillet plissé de mon anus, ses autres doigts palpent mes
grandes lèvres ouvertes et cajolent leurs petites sœurs déjà toutes
engorgées. Poussant plus avant, il cherche mon clitoris pour en éprouver
l’érection et le durcissement. Puis il revient en arrière, écarte mes
nymphes et pénètre avec l’index l’entrée souple et onctueuse de mon vagin.

Cet examen préparatoire terminé, la main de Philippe est immanquablement
trempée de ma cyprine. C’est sur la touffe des poils soyeux de mon pubis
qu’il essuie et qu’il sèche ses doigts et sa paume.

Le supplice proprement dit commence alors, pratiqué généralement avec le
martinet court, à lanières plates. Il ne dépasse que rarement la vingtaine
de coups, appliqués avec mesure, art et adresse sur ma croupe ronde. Le
contact du cuir sur ma chair peut se faire caressant et enveloppant, si le
coup est donné avec le plat des lanières, ou bien mordant et piquant, s’il
est donné avec leur extrémité. Les yeux fermés, haletante, je sursaute à
chaque frappe. Suivant son intensité, je geins doucement, les dents serrées,
ou je crie ma peine, la bouche grande ouverte.

Ma souffrance est toute entière dédiée à mon amant, à mon amour, car je sais
que mon sexe affamé de plaisir, salivant d’impatience, sera ensuite
largement remercié des sévices endurés par mes fesses. Et Philippe ne manque
jamais de compenser par une tendre jouissance la sévérité d’une punition
cuisante.

Je reçois généralement le dernier coup entre mes jambes écartées. Les mèches
de cuir dispersent en multiples gouttelettes la liqueur vaginale qui inonde
mon sexe. J’en ai l’intérieur des cuisses tout éclaboussé.
Tout de suite après, Philippe jette à terre son martinet, ôte son jeans et
vient se camper derrière moi.

Vu la longueur de mes jambes, et malgré leur écartement important qui
abaisse mon bassin, Philippe (et surtout son sexe) est tout juste à hauteur
pour pouvoir me pénétrer par en-dessous. Cuisses serrées, verge tendue, il
empoigne mes hanches ballantes et m’attire contre son ventre. Il fléchit
légèrement les genoux, pour se mettre en position. Puis, tendant ses jambes
et se dressant sur la pointe des pieds, il m’investit d’un coup.

Notre accouplement dans cette position ne peut pas être profond. Mes nymphes
gourmandes semblent plutôt sucer délicatement le gland velouté qui monte et
qui descend entre elles. C’est uniquement par le mouvement de ressort des
plantes de ses pieds que Philippe rythme cette douce copulation.

Généralement, il ne faut pas plus de deux minutes de ce coulissement
vertical pour déclencher la jouissance de mon amant. Les pieds reposés sur
le parquet, le gland ressorti d’entre mes petites lèvres, il libère son
sperme en quelques giclées convulsives, qui détrempent et engluent toute ma
vulve épanouie.

Si je n’ai pas déjà joui pendant la pénétration, Philippe, toujours plaqué
contre mon dos, s’emploie, après avoir savouré son propre orgasme, à m’en
procurer un par quelques irrésistibles attouchements sur ma perle de nacre
irisée…

- Nanou, tu rêves ?
- Oui… Euh, non… Pardon, vous parliez de quoi ?

Une fois le repas terminé, en bonne maîtresse de maison, je débarrasse la
table, pendant que Philippe et notre invitée reprennent leur place au salon.

Lorsque que je reviens de la cuisine, après avoir préparé le café, Maman est
en train de faire subir à Philippe… un véritable interrogatoire de police.
Elle veut tout savoir de lui, de sa situation financière, de ses vices
avouables ou inavoués, de ses anciennes amours, bref de tout ce qui pourrait
entacher le bonheur de sa petite Ninette.
Philippe, assis dans le canapé, répond à tout sans se démonter.

- Rassures-toi, Maman, Philippe ne boit pas, ne fume pas, ne se drogue pas.
Sans être riche, il gagne confortablement sa vie. C’est un homme très  »
attachant « . Il m’aime, je l’adore, et tout est pour le mieux.

Le bras droit de Philippe est posé sur l’accoudoir bombé et haut-perché du
canapé. Sa main caresse négligemment, tantôt de la paume, tantôt du dos, le
cuir lustré. Je reste un moment figée, le plateau entre les mains. La simple
vue de ce geste anodin me fait frissonner de plaisir, car il me rappelle…

J’aime quand Philippe touche et palpe mes orifices naturels, comme un maître
qui flatte l’encolure de sa chienne fidèle. Et quand ce contact intime ne
vient pas spontanément de sa part, c’est moi qui le suscite, qui le
provoque.
Récemment, j’ai reculé encore les limites de cette provocation.
Le temps est maussade ce jour-là et frais pour la saison. J’ai enfilé pour
tout vêtement sur mon corps nu une petite robe à manches longues, en lainage
gris souris, très courte et assez moulante.

En début de soirée, Philippe a invité un entrepreneur, Monsieur Aubert, qui
doit exécuter des travaux pour lui, à passer au salon pour prendre un verre
et discuter plus confortablement que dans son bureau du futur chantier. Une
fois les boissons servies, je viens m’asseoir près de Phil sur le canapé.
Dans le fauteuil face à nous, l’entrepreneur déguste son verre à petites
gorgées, en s’intéressant, par des coups d’œil furtifs et répétés, à mon
anatomie. C’est un homme assez corpulent, dans la bonne cinquantaine, très
sympathique, mais bavard… bavard !

Au bout de quelques minutes, mon esprit distrait renonce complètement à
suivre cette conversation purement professionnelle, dont la moitié des
termes techniques lui échappe. En revanche, l’insistance de plus en plus
appuyée du regard de Monsieur Aubert sur mes jambes, serrées l’une contre
l’autre, commence à m’amuser. Et si…, et si j’écartais soudain les genoux
pour lui faire entr’apercevoir, dans l’ombre du haut de mes cuisses, mon
minou poilu ? Non, quand même ! Cette idée vicieuse me fait sourire. Oh, mon
Dieu, voilà que je m’excite à nouveau toute seule.
Les jambes toujours parfaitement jointes, je me lève. Je rajuste un peu ma
robe et je vais faire quelques pas dans la pièce, comme si je cherchais
quelque chose, mes doigts tapotant ma bouche. Je sens les prunelles de
l’entrepreneur rivées sur ma croupe, avantageusement mise en valeur par le
tricot tendu. Je l’observe du coin de l’œil : il me détaille et il a l’air
d’apprécier le spectacle que je lui offre en déambulant, de-ci de-là, d’une
démarche souple et féline.

Même si je ne vois pas à ce moment l’expression sur le visage de Philippe,
je sais qu’il s’amuse intérieurement du trouble que ma tenue sexy et mes
manières de courtisane provoque chez notre visiteur.

Tout en continuant à parler, Philippe, le dos bien calé au fond du canapé, a
posé son bras gauche à plat sur le large accoudoir. Sa main étalée sur le
cuir lisse me semble soudain être une invitation. Je m’approche, puis,
écartant légèrement les jambes et prenant soin que ma robe ne remonte pas
sur mes cuisses par-devant, avec grâce et désinvolte, je m’assieds
verticalement à califourchon sur l’accoudoir et je pose mon sexe nu sur le
dos de la main de Philippe. Monsieur Aubert s’est-il rendu compte de mon
manège ? Je suis incapable de le dire. Mais le contact de la peau de mon
compagnon sur mes muqueuses intimes en présence d’une personne étrangère a
produit en moi comme une sorte d’orgasme purement cérébral.

Philippe, toujours très maître de lui-même, ne bronche pas, n’essaye même
pas de dégager sa main. Au contraire ! Alors que mon bras droit enlace
tendrement ses épaules, je sens deux doigts commencer à s’agiter sous moi,
probablement son index et son majeur. Ils ouvrent davantage ma fente toute
moite. Écrasés sous mon poids (si léger soit-il), l’amplitude de leur
mouvement est limitée, mais suffisante pour pouvoir attraper et pincer sans
ménagement mes petites lèvres palpitantes. Je trésaille. Les phalanges
serrent et pressent entre elles mes délicats bourrelets gonflés de sang et
d’excitation. Elles les étirent, les allongent, les distendent, presque à
m’en faire mal. Je m’efforce de respirer normalement, calmement. Je suis
folle de m’être mise dans cette situation ! Mes orgasmes sont souvent
dévastateurs et leurs manifestations, exubérantes. Que pensera de moi cet
homme, que je rencontre pour la première fois, s’il me voit tout à coup me
révulser, me cambrer, me tendre et hurler ma jouissance de femme comblée
devant lui ?
Heureusement, l’orage charnel n’a pas éclaté en moi (enfin…, pas à ce
moment-là). Les pincements ont bien continué avec persévérance, sur une
nymphe, puis sur l’autre, alternativement. Mais la manipulation un peu rude
du début s’est faite plutôt caresse apaisante pour mes sens électrisés.

Au bout d’un quart d’heure peut-être, Monsieur Aubert se lève enfin pour
prendre congé. Mon sexe quitte à regret les doigts câlins. Détendue et
souriante, je salue l’entrepreneur et Philippe le raccompagne jusqu’à sa
voiture.

Quand il est revenu au salon, Phil m’a trouvée renversée sur le canapé, la
robe relevée jusqu’à la taille, les jambes en l’air, largement ouvertes, en
train de me masser lascivement le clitoris. Il s’est assis sur la table
basse, sans rien dire, l’air presque grave. En humant sur les doigts de sa
main gauche mon parfum vaginal, il a observé dans l’expression mouvante de
mon regard les prémices de l’extase monter en moi. Son visage s’est illuminé
d’un large sourire de complicité juste au moment où j’ai joui…

- Et bien pose ton café ici, ma chérie. Nous nous servirons bien nous-mêmes,
me dit Maman, en me voyant immobile depuis quelques secondes.
Je dépose le plateau sur la table basse et je m’assieds à côté de Philippe.

Notre conversation à trois s’est encore prolongée pendant deux bonnes
heures, sautant d’un sujet à l’autre. Maman m’a donné des nouvelles de toute
la famille, proche ou plus éloignée.

Il est presque dix-huit heures quand Maman quitte la maison pour regagner
Bruxelles.
Dans l’entrée, pendant que Philippe est allé ouvrir le portail de l’allée,
elle m’attire contre elle et m’embrase. Puis elle passe délicatement sa main
sur mon ventre plat :

- Pas de bébé en route ? demande-t-elle en chuchotant.
- Non, Maman, rien de nouveau de ce côté-là.
- En revanche, te balader sans culotte, ça c’est nouveau !

Et, avec un clin d’œil complice, elle ajoute :

- Telle mère, telle fille…
- Mamaaan !!!

————

Et voilà quelques tranches (bien épicées ou bien moelleuses) de ma nouvelle
vie avec Philippe. Chouette, non ? Tout ce que je souhaite, c’est que cela
dure le plus longtemps possible.

Maman m’a dit en repartant :
- Il est très bien, ce garçon. Essaye de le garder celui-là !
Avant Philippe, j’ai vécu avec trois autres hommes (mais non, pas en même
temps, l’un après l’autre !). Avec le premier, la vie commune a duré presque
huit ans, et six mois avec chacun des deux suivants.

J’ai toujours été la responsable des ruptures. Il faut avouer qu’en amour,
j’ai été jusqu’ici très curieuse, voulant voir si l’herbe était plus verte
chez le voisin. C’est ainsi que, de clôtures enjambées en barrières
franchies, je me suis retrouvée un (beau) jour dans le jardin secret de
Philippe. Et celui-là, je n’ai pas envie de le perdre à cause d’une nouvelle
incartade. D’autant que je n’ai jamais vu une herbe aussi tendre, aussi
drue, aussi délicieuse que chez lui…

Quoi  » c’est tout ? « … Comment ça  » et la scène de sexe entre Estelle et
Philippe ? « …

Parce que… Parce que vous pensiez que Philippe allait coucher avec Maman
dans cet épisode !!! Et moi, j’aurais tenu la chandelle pendant leurs
galipettes, peut-être ? Ça va pas la tête !? Mais vous n’êtes qu’une bande
de… de…
À bientôt quand même…

Anne M.
ashc0001@wanadoo.be

Septembre 2002

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.