Je m’appelle Véronique par Françoise01

Ce qui m’est arrivé est tellement extraordinaire que j’ai mis longtemps
avant de me décider à le raconter. Rendez vous compte, j’ai 50 ans
maintenant et les évènements dont je parle se sont produits alors que je
n’avais pas encore 26 ans.
A cette époque, ma femme venait d’accoucher de notre deuxième enfant, et
nous étions tout heureux d’avoir un garçon et une fille : le choix du roi !
Nous avions fait l’acquisition d’un salon de coiffure, dans le 16° à Paris,
et nous avions déjà une bonne clientèle principalement féminine. A cette
époque la mode masculine était aux cheveux longs et ma femme m’avait fait
une très jolie coiffure blonde, que je maintenais lisse avec un chignon.
Et subitement, sans que je sache bien pourquoi, je me mis à perdre mes
cheveux par poignées! Une véritable catastrophe !
Rendez vous compte un coiffeur pour dames sur le point de devenir chauve !
Je pris rendez-vous avec un dermatologue pour voir s’il existait un remède à
cette soudaine avanie ! Ma femme et moi étions très inquiets et cette
inquiétude se muât en véritable frayeur, lorsque nous apprîmes qu’il y avait
un second problème qui risquait de se greffer à cette chute de cheveux,
c’était la perte définitive de tout système pileux, y compris les cils et
les sourcils. J’avais eu au collège un de mes camarades qui lui était né
ainsi et je pouvais mesurer ce qui risquait de m’arriver ! Sans parler de la
perte de clientèle qu’il en résulterait fatalement. C’était une véritable
catastrophe!
Nous nous rendîmes donc tous les deux chez un dermato et la conversation fut
à peu près la suivante :
- Bonjour Docteur, je suis venu vous consulter pour une chute de cheveux
très importante !
- Qui vous concerne ?
- Oui chaque matin je retrouve en me brossant les cheveux une pleine poignée
dans le lavabo. De plus j’ai lu que non seulement ce phénomène ne pouvait
que perdurer voir s’aggraver, mais être accompagné de la disparition totale
de tout mon système pileux, y compris cils et sourcils !
- Voyons ce phénomène est récent ou date de plusieurs mois ?
- Non depuis une dizaine de jours.
- Vous avez bien fait de ne pas attendre car les choses auraient pu être
irrémédiables ! Alors que nous allons peut être pouvoir faire un traitement
curatif dès maintenant, pouvez vous défaire votre chignon et laisser les
cheveux tomber sur vos épaules !
Vous savez que pour un homme vous avez une chevelure magnifique ! Penchez la
tête que je vous examine.
- Voilà docteur.
- Eh bien il est grand temps de commencer un traitement, je vois! Mais je
dois vous avertir qu’il se peut que ce traitement aie des effets
secondaires, disons gênants!
- Ah ?
- Oui car il s’agit d’une prise importante d’hormones féminines et d’anti
Androgènes. Mais actuellement c’est le seul traitement efficace!

Je rappelle que cette conversation se tenait, il y a plus de 25 ans !

- Mais quels effets ?
- Eh bien une certaine féminisation, vos cheveux vont cesser de tomber et
même repousser, mais vous risquez d’avoir un développement des seins et un
élargissement de vos hanches, par le déplacement d’amas graisseux. Peut être
aussi l’apparition d’une certaine irritabilité et d’une sensiblerie toute
féminine!
- Et si je renonce à ce traitement ?
- Alors je suis certain qu’effectivement vous allez perdre tout système
pileux!
- Bien, docteur, mais convenez que tout cela demande réflexion, puis je vous
revoir sous 48 heures ?
- Oui mais pas plus, je redoute une accélération du phénomène dont vous êtes
victime.

J’étais effondré dans la voiture, en sortant et c’est ma femme Sophie, qui
dut prendre le volant pour nous reconduire chez nous.

Je me trouvais devant un dilemme terrible, où je devenais l’objet des
railleries de tout mon entourage, une sorte de jeune professeur Nimbus, sans
un poil sur le caillou, où je risquais une féminisation terriblement
gênante!
Vous devinez que ce fut l’objet de nos conversations jusqu’à une heure
avancée de la nuit. Et malgré cela dès l’aube nous étions réveillés. Ma
décision était prise, tant pis mieux valais prendre un risque, je décidais
d’avoir recours au traitement hormonal!

Ainsi commença le début de mon aventure extraordinaire, qui devait faire de
moi celle que je suis maintenant.

Alors sous le contrôle de notre dermato je commençais ce fameux traitement
hormonal. Ce n’était pas très contraignant, la prise de 6 gélules par jour
et cela pendant le début du traitement le dosage devant évoluer par la suite
selon les premiers résultats.
Trois mois passèrent avec comme première conséquence l’arrêt de la chute de
mes cheveux. Puis je constatais une amorce de repousse. Comme j’ai toujours
été imberbe et peu poilu sur le corps, il ne se passa rien de significatif.
J’avais cependant des sortes de troubles qui sans raison me rendaient triste
et m’amenait parfois à pleurer sans que je puisse m’en empêcher. C’était
d’ailleurs gênant dans mon métier, puisque pour cacher ces larmes je devais
à chaque fois m’interrompre et passer dans notre cabinet à l’arrière du
salon de coiffure.
Un matin, devant la glace de la salle de bains je dus constater que mes
seins étaient légèrement gonflés et commençaient à présenter de larges
aréoles, leurs mamelons étant devenus très sensibles au toucher. Lorsque je
montrais cela à Sophie, sans m’en parler, elle alla confier cette découverte
à sa gynéco qui voulut me voir !
Evidemment je commençais par hausser les épaules et par refuser toute
entrevue avec cette femme, mais lorsque quelques jours après, nous voulûmes
faire l’amour et que je me révéla incapable d’avoir la moindre érection, je
me rendis à ses raisons et nous nous rendîmes chez cette gynéco. Après tout
il était évident qu’en matière d’hormones sa compétence était supérieure à
celle de mon dermato. Et voilà, autant qu’il m’en souvienne la tenue de
notre conversation.

- Bonjour Monsieur, Madame Muller m’a fait part des problèmes hormonaux que
vous semblez avoir et si vous le désirez, je suis prête à vous examiner et à
en parler avec vous.
- Je dois vous avouer Docteur, que cela m’a paru au premier abord ridicule
qu’un homme vienne consulter une gynécologue.
- Détrompez-vous Monsieur, j’ai quelques clients hommes, savez vous qu’un
homme peut très bien avoir des problèmes mammaires qui peuvent dans certains
cas évoluer jusqu’au cancer ? Vous savez avec les traitements hormonaux on
n’est jamais trop prudent, et quel que soit ce que vous pensez, je vous
affirme qu’une gynécologue est plus intéressée que qui que ce soit par les
effets des hormones féminines.
- Bien je pense que ma femme vous a dit qu’a la suite d’une importante chute
de cheveux, pouvant évoluer jusqu’a une totale calvitie, mon dermato m’a
prescrit la prise d’anti Androgènes et de prémarin. Et depuis 6 mois je
prends 6 gélules par jour.
- Pouvez vous me montrer votre ordonnance je vous prie ?
- Voilà

- Oh mais dites moi ce sont des doses très massives ! Cela ne m’étonne pas
que vous ayez constaté des troubles !
- Vous pensez que je dois réduire ? Vous savez, je ne peux pas me permettre
une calvitie avec mon métier!
- Je n’ai pas dit cela, mais je crains que vous ayez de gros problèmes
comportementaux en plus de votre perte de virilité !
- Comment cela ?
- Ecoutez pour ne pas vous effrayer inutilement je préférerai vous examiner,
voulez-vous ?

Et je me retrouvais ainsi tout nu devant la gynéco. Elle commença par tâter
mes mamelons et masser légèrement les deux petits globes que formaient mes
seins, puis elle pris mon sexe entre ses mains et soupesa mes testicules.

- Vous savez votre appareil génital est en train de se rétracter et
malheureusement cet effet est irréversible!
- Comment Docteur, vous voulez dire que mon mari va être totalement
impuissant ?
- Je pense en tout cas qu’il ne pourra plus jamais avoir d’érections, mais
votre médecin ne vous a pas prévenu ?
- Il m’a dit que j’aurais certainement des effets secondaires, mais sans
plus de précisions.
- Vous savez vous avez une conformation corporelle qui pourrait être celle
d’une jeune femme, vous êtes très mince avec un torse peu développé et une
absence de système pileux trop abondante sur le corps. Alors tout cela peut
ne pas être très grave!
- Mais comment cela, que voulez vous dire Docteur?
- Mais tout simplement cher Monsieur que si vous ne pouvez certainement plus
redevenir un homme dans la pleine acception du terme, vous pourrez
certainement devenir une assez jolie jeune femme ! Et ainsi trouver toutes
les sensations que nous éprouvons en faisant l’amour.
- C’est impensable Docteur, si mon mari évolue ainsi que deviendra notre
couple?
- Moi vous savez, je dois vous avouer que personnellement j’aime les femmes,
il en sera peut être de même pour vous !
- Vous voulez que je devienne lesbienne ?
- Oui si vous aimez votre mari, vous savez maintenant avec le pacs une
grande partie des problèmes sont réglés ! De toutes façons vous avez déjà
deux enfants et donc pas de problème de procréation.
- Alors Docteur vous envisagez pour moi cette seule solution ? Sinon je vais
demeurer sans plaisir charnel jusqu’à la fin de mes jours !
- Oui, mais je m’en voudrais de vous influencer, de toutes façons il n’y a
pas une grande urgence, vous pouvez attendre avant de prendre cette
décision. Simplement à votre age un changement de sexe est beaucoup plus
facile à réaliser, et avec vos deux enfants de 2 ans et 6 mois, elles
pourraient très vite s’habituer à avoir 2 mamans, alors que dans deux ou 3
ans vous risquez d’avoir des problèmes avec eux!

J’étais effondré, je laissais le volant à Sophie, je ne savais plus ou j’en
étais, abasourdi par cette nouvelle incroyable. Nous avions fermé le salon
de coiffure pour 8 jours, heureusement car j’aurais bien été incapable de
travailler. Ma vie était en train de basculer, l’irrémédiable s’était
produit et totalement inconscient j’avais pris ce risque et je devais
maintenant l’assumer. Nous nous étions assis sur le canapé du salon, et
soudain j’eu une pulsion irrésistible.
- Sophie, je n’ai qu’une solution pour m’en sortir et il va falloir que tu
m’aides, je ne peux pas faire autrement que me tourner vers toi!
- Tu sais mon chéri que je ne te laisserai jamais tomber, quoiqu’il arrive,
qu’attends-tu de moi, je suis prête à tout ?
- Vraiment à tout ma chérie ?
- oui
- Alors voilà, tu vas me prêter des vêtements, me maquiller, me coiffer, je
veux voir tout de suite quelle allure j’aurai en femme.
- Tu crois que c’est vraiment la bonne solution ? Moi je veux bien, mais tu
es vraiment sur de toi ?
- Oui, je veux essayer avant de prendre une décision définitive, c’est
d’autant plus facile que nous ayons à peu près les mêmes mensurations, alors
dans l’immédiat pas besoin de faire des dépenses inutiles.
- Bien, et quand veux-tu essayer ça ?
- Immédiatement, nous allons aller au salon et tu vas commencer à me
préparer. Epilation, puisque nous avons le matériel, coiffure féminine, et
maquillage en déployant tous tes talents d’esthéticienne.
- Et si tu ne te plais pas en femme, une fois les sourcils faits, comment tu
cacheras cela ? Et la coiffure ?
- Tu me referas mon chignon habituel, et les sourcils on collera de petits
postiches si nécessaire!
- Bon et bien allons y.

Nous habitions et nous habitons toujours d’ailleurs au-dessus du salon, donc
nous descendîmes et Sophie pris pour moi une de ses robes de nuit et une
paire de ses mules. Elle m’installa dans la salle de soins, étendu nu sur la
table de massage. Je vais te passer un linge sur le visage enduit de
somnifère pour que tu supportes mieux l’épilation, me dit-elle.
Effectivement je sombrais dans un sommeil profond. Quand je revins à moi
j’éprouvais des sortes de picotements dans tout le corps et j’allais me
contempler dans la glace. J’avais le corps totalement épilé, lisse avec
juste une petite touffe de poils au triangle du pubis.
- Mais ???????
- Pas d’inquiétude chéri c’est juste un postiche sue je t’ai collé pour
dissimuler ton petit sexe d’homme !
Je passais alors la robe de nuit et les mules et allais m’asseoir sur un des
fauteuils du salon. Sophie dénoua mes cheveux et me fis un shampoing, puis
ce furent les rouleaux et la mise en plis, après avoir taillé une jolie
petite frange sur mon front.
- Voilà met toi sous le casque, pendant que je vais chercher mon nécessaire
à maquillage, je te mets le dos vers la glace car je ne veux pas que tu
m’interrompes avant que j’en ai totalement fini avec toi.
Après la séance de casque ce fut le travail de la grande spécialiste
qu’était Sophie, et au bout de près de 2 heures, coiffé et maquillé, je pus
enfin me contempler dans la glace! Là j’ai failli m’évanouir, j’avais devant
moi une superbe blonde aux cheveux artistiquement coiffés très tendance, des
yeux de biche sous un mince trait de sourcil, des lèvres rouge cerise
pulpeuses et une ombre faisant ressorti mes pommettes. J’étais aussi belle
que Sophie et j’en étais pleinement consciente. Alors je fus envahie par une
sorte d’ivresse, je connus le bonheur être femme !
- Comment je vais t’appeler maintenant François ?
- Mais je sais pas, que penses-tu de Véronique, le diminutif c’est Véro, je
trouve cela très féminin et pour une coiffeuse cela sonnera bien!
- Parce que ça y est, tu es déjà décidée à sauter le pas, à vivre en femme,
nuit et jour. A sortir en femme!
- Oui Sophie, c’est définitif, on va laisser les hormones continuer leur
travail de féminisation et voir avec ta gynéco comment avancer
définitivement. Je voudrais m’habiller dès maintenant pour sortir veux-tu me
prêter des dessous et une des habits.
- Oui, pendant que tu étais sous le casque je t’ai préparé tout ce qu’il
faut.
Et je connus le plaisir de mettre une culotte nylon dans laquelle je
dissimulais sans problème mes faibles attributs de male, un soutien gorge
rembourré avec, un peu de coton, une combinette noire en dentelle, des
dim-up noirs, et des escarpins avec un talon de 7 cm, une mini plissée noire
et un tee-shirt rouge pas très décolleté, mais très ajusté, et court
laissant à découvert mon nombril. Mon premier bonheur être femme !

Les mois s’écoulèrent, j’étais devenue l’employée de Sophie au salon de
coiffure, nous avions divorcé et nous étions pacsées, j’avais consulté un
psy qui m’avait obtenu le remboursement par la sécu de mes frais
d’opération. Puis un jour à Bruxelles, que j’avais finalement choisi ce fut
l’achèvement de ma féminisation. J’étais devenue et pour toujours Véronique,
mes enfants adoraient leurs deux mamans, comme nous étions indépendantes
nous n’avons eu aucun problème d’adaptation. Deux années d’attente pour
régulariser ma situation pour mes papiers d’identité au nom de Véronique
Muller. Nous vivons toutes deux un bonheur accompli, les enfants sont mariés
et ne sauront jamais qui j’étais avant, et avec la libéralisation des mœurs,
nous sommes deux lesbiennes parfaitement admises dans la société, avec des
amis hétéros ou lesbiens.
Je sais que cette histoire semble incroyable, et
pourtant…………………

Françoise.
illustré par l’auteur

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Je m’appelle Véronique par Françoise01

  1. Mady dit :

    Intéressant, mais ces histoires de féminisation finissent par toutes se resssembler

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>