Folle semaine par Filou01

Me voilà seul pour la semaine, ma petite famille étant partie chez ma
belle-famille et moi devant rester au boulot. J’attendais ce moment avec
impatience pour m’adonner à quelques plaisirs solitaires voir plus.

Le lundi soir, je m’étais programmé un petit surf coquin et pour m’éviter
des séances de nettoyage fastidieuses (et oui je pensais bien être amené à
me masturber devant mon écran), j’avais fixé sous mon bureau un récipient
pour accueillir ma semence. Je me suis mis à mon aise, c’est à dire nu, puis
j’ai lancé mes recherches de vidéos X. Pas facile de trouver du gratuit mais
je finis par en trouver des biens excitantes et d’ailleurs je sens une
chaleur au niveau du sexe, ma bite est déjà bien raide. Je la saisis de la
main gauche et débute une branlette lente et maladroite (je suis droitier).
Les images de fellation, pénétration défilent alors que des cris de plaisir
arrivent dans mes écouteurs. Les mouvements de ma main gauche ne me
satisfaisant pas, je change de main après avoir mis en boucle les meilleures
vidéos. Une fille aux seins superbes est à califourchon sur un mâle en rut
assis sur une chaise. Elle monte et descend pour s’empaler sur cette bite
bien raide, il lui titille le clitoris. Un gros plan est fait sur cette
chatte juteuse pénétrée par la queue bien droite, elle rentre, elle sort. Le
gars pousse un gémissement grave, la femme cri son plaisir, des coulées
blanchâtres descendent le long de la verge et moi je sens monter la
jouissance, je ralentis le mouvement de va et vient. Les jets de sperme se
succèdent dans un plaisir délicieux pour ma 1ère éjaculation de la semaine.
Je continue mon surf tout en me caressant le sexe avec ma main gauche. Une
heure passe et la moisson de vidéo est intéressante, ma queue reprend de la
vigueur et l’envie d’une 2ème explosion se fait sentir.

Mais j’ai envie d’une excitation différente, plus proche de la pénétration
d’une chatte, je me lance dans ma petite fabrication maison. Pour se faire,
je prends un tube carton d’essuie-tout, j’utilise les dernières feuilles,
les superpose les unes aux autres et les habille sur une face d’un sac
plastique fin fixé avec du ruban adhésif. Je roule ces feuilles dans le tube
carton avec la face plastique côté intérieur, les fixe à celui-ci puis je
vérifie que mon sexe légèrement tendu pourra s’y glisser. J’enduis
l’intérieur avec de l’huile de cuisine pour permettre un bon glissement et
je coince ce tube entre le matelas et le sommier. Il ne me reste plus qu’à
mettre l’ordinateur portable sur le lit, à m’agenouiller et je me retrouve
avec la bite en face de mon « tube vagin ». Depuis peu j’utilise un
préservatif qui évite à fermer l’extrémité du tube mais surtout les
sensations de frottement sont plus agréables. Je me branle pour raidir
encore mon sexe afin d’enfiler le préservatif puis pénètre mon tube alors
que les vidéos commencent à défiler sur mon écran. Je suis accroupis au bord
du lit, le haut de mon corps est incliné sur le matelas et ma queue va et
vient dans mon « tube vagin » au rythme de mes hanches. La sensation est
vraiment proche d’une chatte mouillée et quand mon sexe gonfle encore, les
parois du tube le serre de plus belle. Alors que sur la vidéo une belle
brunette inconfortablement installée sur une banquette, les jambes en l’air
maintenues par un homme accroupis devant elle, lui assène des coups de
butoir violent. J’entends ses gémissements ainsi qu’un doux son de succion à
chaque enfoncement de la bite dans sa chatte trempée, il y va à fond, je la
vois secouée, ses seins ballottés, se mordant les lèvres de plaisir. Le gros
plan sur cette bite qui s’enfonce puis sort et ainsi de suite de ce vagin
tout ouvert me fait accélérer mes mouvements. Le gars s’arrête, se retire,
viens à la hauteur du visage de cette belle jeune fille et se branle pour se
vider les couilles sur sa jolie frimousse. Et c’est à ce moment exaltant où
il l’éclabousse de son sperme que j’explose massivement dans mon tube. Pour
quelques instants, je viens de la sauter par écran interposé et le plaisir
était tout aussi intense.

Ce fut un bon début de semaine et comme elle s’annonce longue j’arrêterais
là pour ce soir.

Le lendemain matin, je me réveille avec une bite bien raide, je la prend en
main et me dirige à la douche pour une bonne petite branlette comme je les
aime. Du savon, de l’eau et la queue qui glisse toute seule dans ma main qui
va et vient. La vue, dans le miroir qui recouvre tout le mur du fond, de ma
queue raide et mes couilles se balançant dans le rythme de ma masturbation
est un plus à l’excitation. Dans la main gauche, je tiens la « pomme » de
douche pour la diriger sous mes bourses. Le jet d’eau qui en jaillit ajoute
du plaisir, ma queue se raidit pour se mettre au garde à vous, le gland
devient violet foncé. Je ralentis mon mouvement pour profiter au mieux de
cette montée lente de mon orgasme, la verge vibre, gonfle encore et mon
sperme gicle sur le miroir et entre mes doigts. La journée commence bien. Le
soir après une journée de labeur, je repasse par la douche et puis continue
mon surf à la traque de vidéo de fellation. Le visionnage est terriblement
excitant, je bande dur et une immense envie de me faire sucer me submerge.
Je ne vois qu’une solution, aller voir une des belles blacks qui en échange
d’un billet prendra ma bite en bouche.

Je me rhabille, mon excitation est telle que mon sexe reste raide et qu’en
sortant de chez moi, il est impossible que la voisine que je croise dans
l’escalier ne s’en soit pas aperçu. Les belles filles noires sont là, près
de la gare, je fais un 1er passage de repérage et une d’elles me fait bander
de plus belle, elle est magnifique. Je m’arrête à sa hauteur, ouvre la
glace. Elle m’indique son tarif, un hochement de tête et elle est assise à
côté de moi. Elle me guide vers un parking sombre, je m’arrête, lui donne
son billet, incline mon siège, elle défait les boutons de mon jean et sort
ma bite toujours raide. Elle l’enfourne tout entière dans sa bouche et
l’enserre avec ses lèvres pulpeuses, je jouis. Ma position me permet de
caresser ses fesses bien fermes et d’une infinie douceur. Alors qu’elle
poursuit à bon rythme ses va et vient sur ma queue tendue, je lui saisis un
de ses seins, il est divin sous ma main, il m’excite davantage, je le pelote
énergiquement. Elle est passé aux petits coups de langue sur mon gland et
lèche les petites gouttes qui perlent de ma fente, je n’en peux plus. Elle
s’en aperçoit, reprend ma queue tout entière dans sa bouche pour des va et
vient plus lent cette fois et je m’y vide les couilles avec délectation.
Elle m’aspire tout et je sens mon sperme continuer à jaillir par petites
giclées, ma jouissance est immense. Je la remercie, elle me sourit, j’en
bande encore.

Après une bonne nuit, je prends tranquillement mon petit dej’ quand à la
télé apparaît une de mes présentatrices préférées, Sophie L, il n’y a pas à
dire, elle est bandante. D’ailleurs, aidé de pensées coquines et du
mouvement de mes cuisses qui viennent me serrer puis desserrer les
testicules, je me retrouve rapidement avec une belle érection. En continuant
dans mes pensées et en la fixant droit dans ses yeux superbes, je passe ma
main droite dans mon pyjama pour me masturber. Tout en la regardant, je
m’enfuis dans mes songes très sexes :

 » T’aimes ça, tu la veux ma grosse bite qui te bourre la chatte, tiens
prends ça. Oh oui t’es bonne, tiens tiens, oui !! T’en veux encore. Baisse
toi que je te prenne par derrière, je te la met bien profonde, tu jouis; Oui
! Viens, prend la dans ta bouche. Oh oui suce moi, c’est bon. Vas-y oui je
fais te lâcher la dose, oui ça vient, oui tiens ! Avale moi tout. Oui tu
l’aimes mon sperme, aspire encore, oui c’est bon! ».

Quand je sors de mes pensées, je m’aperçois que je viens de m’éjaculer
dessus, j’ai plein de sperme sur le pyjama, les cuisses, les couilles et les
doigts, ce fut un régal. Il est temps de partir au boulot et dehors je
croise la voisine d’hier, une femme mûre, élégante et avec de belles formes
excitantes. Elle s’arrête à ma hauteur pour me saluer et me dit :

« Ce soir, chez moi à 20 heures »

…puis elle poursuit son chemin. Je vais y penser toute la journée car cela
m’étonnerait qu’elle m’ait invité pour prendre le thé et j’imagine tous les
scénarios possibles. En arrivant le soir chez moi je n’en peux plus. Une
petite douche s’impose, elle restera sage malgré un début d’érection, il
faut que je garde de la réserve. L’heure est arrivée, je monte chez ma
voisine et sonne à sa porte qui s’ouvre de suite. Là, je me retrouve nez à
nez avec son mari, je ne m’attendais pas à çà et ne sais quoi dire. Il
m’invite à entrer et à le suivre. Je m’exécute de bonne grâce tout en me
demandant ce que je fais là et que va t’il se passer maintenant.

J’ai rapidement ma réponse quand il me fait rentrer dans la chambre, ma
voisine Danielle est allongée avec une simple nuisette qui moule ses formes
encore plus voluptueuses que celles que j’imaginais. En la contemplant,
s’offrant à moi, mon excitation remonte d’un coup et j’en oublie la présence
de son mari. Après avoir enlevé mes vêtements, je m’approche d’elle en
glissant une main le long de sa jambe puis je passe sur l’intérieur de sa
cuisse. La nuisette remonte jusqu’à me dévoiler sa belle chatte brune, je me
baisse et commence délicatement à la lécher. Elle me prend la tête pour la
diriger sur ses parties les plus intimes, elle écarte les cuisses et je
rentre ma langue dans son vagin d’où coule abondamment sa mouille. Pendant
que je me délecte de son jus de jouissance, mes mains montent le long de son
corps pour s’arrêter sur sa poitrine douce et moelleuse. Je me mets en
position de levrette entre ses cuisses pour mieux poursuivre l’exploration
de sa chatte. A ce moment, je sens la bite de son mari se frotter contre mes
fesses. En indiquant que je ne veux pas de pénétration, je l’aperçois dans
le miroir du placard. Il se frotte le sexe sur le bas de mon dos en le
maintenant avec la paume de sa main gauche alors que sa main droite me
caresse la bite. Ce contact avec cette queue m’excite de plus belle, je
lèche avec encore plus de frénésie l’orifice vaginal de Danielle qui gémit
de plaisir. Son mari accélère ses mouvements, ses bourses rentrent en
contact avec mes fesses quand je sens sur mon dos des giclées humides, il
m’éjacule dessus. A peine à t’il fini de jouir qu’elle me tire vers elle,
lève encore ses jambes et m’invite à la pénétrer. Les parois de son vagin
sont si douces et si humides, le plaisir est intense, la sensation
délicieuse et j’entends ce bruit stimulant de succion que fais mon sexe à
chaque mouvement dans sa chatte détrempée. Elle m’enduit le dos avec le
sperme de son homme, appuie ses mains sur mes fesses pour m’indiquer
d’augmenter mes coups de butoir. Je sens mes bourses virevolter à chacun de
mes va et vient, je jouis avec délice et ma queue se tend encore. Alors que
je suis au bord de l’explosion, son mari me pose sur les bourses un sac de
glace et mon éjaculation arrive massivement. Cette sensation de froid sur
mes couilles amplifie mon orgasme et Danielle lâche des cris qui ne laissent
aucun doute sur le sien.

Ma voisine est décidément une gourmande, à peine ai-je fini de me décharger
dans elle que je me retrouve sur le dos avec mon sexe dans sa bouche, elle
commence à me faire la toilette avec sa langue. Elle est sur mon côté droit
en position de levrette et c’est maintenant son homme qui la lime avec
entrain. Je vois ces couilles ballottées tout autant que les seins de
Danielle et ma main droite passe du pelotage des bourses de Jean à la
poitrine de Danielle. Elle poursuit avec assiduité ma fellation, et je viens
lui titiller le clitoris pendant que Jean continue ses va et vient. Sa
chatte laisse échapper mon sperme et sa mouille quand je m’aperçois que son
homme est au bord de l’explosion. Je saisis le sac de glace laissé à ma
portée, je lui colle sur les bourses, il gémit de plaisir et une bonne
quantité de son sperme coule de la chatte de Danielle sur mon bras. Elle
s’est arrêter de me sucer, lâche

« Vas-y Jean, oui !!! »

…et je peux lire sur son visage l’expression de sa jouissance. Il lui
agrippe les hanches pour terminer de se vider. Puis elle se remet à
l’ouvrage sur ma queue tendue, il l’a rejoint et je m’abandonne à mon
plaisir. Ma main droite s’occupe de ses seins ou de son clitoris et ma main
gauche lui caresse la bite encore toute pleine de sperme. Elle se relève
pour se mettre à califourchon de dos sur moi et s’empale sur mon sexe. De
cette position je profite d’une belle vue sur ses fesses qui accompagnent un
mouvement ample de ses hanches pour bien me dorloter ma verge avec son
vagin. Toutefois elle n’oublie pas son mari, elle lui lèche le sexe alors
qu’il pose sa main sur mes attributions pour les peloter. Je sens monter en
moins un nouvel orgasme, elle ralentit ses va et vient, lui m’en sert la
queue avec deux doigts et suit les mouvements de Danielle. L’arrivée de mon
sperme est proche mais ces mouvements très lents font que cette montée dure
et c’est exaltant. Au moment du jaillissement de ma semence, je ne peux
retenir un cri violent tellement mon orgasme est fort. Elle continue ses
montées et descentes au même rythme et mes giclées de sperme se poursuivent
dans un plaisir intense. Elle descend, j’éjacule, elle remonte, je sens son
orifice me caresser le gland, elle redescend, nouvelle giclée et ainsi de
suite, un délice. Cela me laisse l’impression d’avoir les couilles
complètement vidées, je suis bien. A la reprise de mes esprits, je
m’aperçois que la séance est terminée, Jean vient d’éjaculer sur le joli
visage de Danielle et moi, je rejoins mon appartement.

La nuit fut bonne et avant de me rendre au boulot ce jeudi, je fais un petit
surf rapide pour dénicher un bar échangiste, la soirée d’hier m’a donné
envie. Dans ma messagerie, j’ai un lien vers une vidéo, je télécharge et
visionne. Ce sont des extraits de nos ébats d’hier, rapidement je me
retrouve avec une sacrée érection et machinalement je me mets à me
masturber. Le moment où Jean se décharge sur mon dos me stimule de plus
belle mais l’excitation est à son comble quand les images où Danielle est
sur moi défilent et au moment de mon cri violent, j’éjacule devant mon écran
et lors de mes dernières giclées, je vois Danielle branler Jean qui se vide
sur elle. Je reprends mon surf pour trouver un lieu où des massages et plus
sont proposés. Un formulaire permet de réserver directement et je m’inscris
pour un massage par deux divines créatures le soir même, sa durée est de une
demi-heure ou 2 éjaculations, cela s’annonce bien. Au moment du règlement en
ligne, je m’aperçois que l’on a la possibilité d’avoir cette séance gratuite
si on accepte d’être pendant 1 heure un « objet sexuel », je clique « oui » et
valide.

Le soir, je me rends directement à l’adresse où est juste indiqué sur une
plaque  » Salon de massage « . Je sonne, la porte s’ouvre sur un petit hall
tout blanc et une voix m’indique de rentrer dans la pièce de droite. Là, une
belle blonde avec une blouse très échancrée et courte me demande de me
déshabiller. Je me retrouve complètement nu devant cette magnifique inconnue
avec une érection que je ne peux dissimuler, mais à quoi bon, elle sait pour
quoi je suis là. Je dois me laver, c’est elle qui me savonne partout, c’est
une bonne entrée en matière. Puis, elle m’emmène dans une nouvelle pièce où
se trouve une grande table de massage. Je m’y allonge sur le dos, elle se
met à ma droite et prend un liquide visqueux dans ses mains. Elle me l’étale
sur le torse puis débute des caresses sur tout le haut de mon corps. Dans ma
position, j’aperçois le bas de ses fesses, je glisse ma main droite sous sa
blouse et lui pelote ses divines fesses bien fermes. Puis, j’ôte ses boutons
et d’un petit geste, elle fait glisser sa blouse au sol. Elle est maintenant
nue devant mes yeux émerveillés, mon excitation monte encore d’un cran.
D’autant plus que ses mains s’approchent de plus en plus prêt de mon sexe,
je sens ses doigts passer dans mes poils, c’est délicieux. Ma main vient lui
toucher ses parties les plus intimes, elles sont sèches ce qui me paraît
normal, elle n’est pas forcément là par plaisir. Pourtant, après quelques
minutes de tripotage de son clitoris, je sens que sa chatte commence à se
lubrifier. Son visage ne saurait mentir, elle se mord la lèvre inférieure et
j’ai maintenant les doigts trempés par sa mouille. C’est à ce moment qu’elle
saisit à pleines mains mon sexe pour le branler, l’excitation monte encore
et j’enfourne deux doigts dans son vagin. Alors qu’elle me branle tout en
douceur, que mon index et mon majeur vont et viennent dans sa chatte, une
femme aux cheveux noirs entre dans la pièce. La table étant plus large à la
hauteur de ma tête, elle se met à califourchon au-dessus de ma tête et il ne
me reste plus qu’à lui lécher le sexe. Ma main gauche étant libre, je luis
caresse sa poitrine abondante et douce. Ma langue lui titille le clitoris
alors que sa mouille me coule dans la bouche, un délice. Les sensations
provenant de ma bite m’annonce une éjaculation prochaine, cela monte
doucement en moi. En plus de me branler, elle me tripote l’arrière des
testicules qui est une partie très érogène chez moi et je fini par exploser
abondamment. Contrairement à une éjaculation où c’est moi qui contrôle les
mouvements, lors d’une masturbation ou d’une pénétration, et que mes gestes
du fait de mon excitation deviennent maladroits. Là, c’est elle qui mène la
chose et ses mouvements ainsi que son rythme restent réguliers ce qui
apporte une jouissance bien meilleure. Je me concentre uniquement sur sa
main qui glisse tranquillement sur ma bite et accompagne chacun des mes
spasmes qui entraînent une giclé de sperme. La fille aux cheveux noirs se
lève, me demande de me mettre sur le ventre et je m’aperçois qu’un trou dans
la table me permet d’y passer ma queue et mes testicules.

Mon érection est un peu retombée mais pas pour longtemps, la blonde
recommence ses massages alors que l’autre femme s’est allongée sous la table
et commence à me sucer. Elle est positionnée assez haute pour voir sa chatte
toute humide et si je n’ai pas possibilité dans cette position de la lécher
à nouveau, je peux lui tripoter son orifice vaginal avec mes doigts. Je fini
par lui mettre mon index, mon majeur et mon annulaire qui vont et viennent
dans elle alors qu’elle me gobe entièrement ma verge. La blonde continue ses
caresses et me tripote à nouveau l’arrière de mes couilles, je savoure
pendant plusieurs minutes. Puis elle se met sur moi et me dévore les fesses.
Elle se frotte la chatte sur mon cul et je sens sa mouille s’y déposer.
Pendant ce temps, mon sexe est caressé par la langue de l’autre à laquelle
j’introduis un gode qui était sous la table. Mon exaltation est à son comble
quand la blonde me lèche les testicules alors que ma suceuse se remet à
m’aspirer la bite de plus belle. Mon orgasme monte et je lui remplis la
bouche de mon sperme, elle avale chacune de mes giclées, je jouis.

La séance massage est terminée, j’ai eu mes 2 éjaculations et je suis emmené
dans une autre pièce pour la séance « objet sexuel ». L’endroit est de couleur
rouge, il y a un plateau avec des trous, cela pour le haut du corps, et deux
supports pour les jambes. Tout cela est réglable et peut se basculer de
l’horizontalité à la verticalité. Je suis allongé dessus, mes mains sont
attachées un peu plus bas que mes épaules mais pas le long de mon corps
alors que mes chevilles sont fixées aux extrémités des supports. Je suis
maintenu sous les aisselles et mes pieds sont calés de façon qu’en position
verticale, je puisse me tenir debout. Je suis complètement nu, les jambes
écartées, on me passe une cagoule qui me permet juste de voir et le plateau
est mis en position verticale. La porte devant moi s’ouvre et je me retrouve
dans une pièce circulaire où d’autres personnes sont attachées comme moi, il
y a 5 hommes et 2 femmes. Et il y a des gens (hommes et femmes) qui sont
libres et assouvissent tous leurs désirs sur ceux qui sont, comme moi, leurs
objets sexuels. Je le comprends bien vite quand je vois 7 hommes obèses en
train de s’occuper d’une des filles dont le plateau est couché. Les deux
supports pour ses jambes les lui maintiennent bien écartées, un homme la
pénètre pendant que 4 se branlent au-dessus d’elle et qu’elle suce les deux
derniers. Et dans un tempo régulier, ils changent de place, je fixe ce
manège quelques minutes avant que chacun se vide les couilles sur le corps
de cette fille. En regardant autour de moi, je m’aperçois que, à part ceux
attachés, toutes les personnes qui sont là sont soit âgés, soit gros, soit
les deux à la fois, ils ont tous un physique repoussant au premier abord.
Une première femme âgée vient vers moi, elle n’a rien d’excitant, elle est
maigre, la peau toute flétrie, ses seins tombent. Et pourtant de savoir que
je suis à sa complète merci, je me remets à bander. Elle s’accroupit devant
moi, me branle avec sa main toute ridée puis me suce. Une autre personne
derrière moi passe sa main entre mes jambes et attrape mes couilles. Je suis
à leur complète merci ce qui m’occasionne un plaisir insoupçonné.

Puis mon plateau est basculé à l’horizontal, elle m’aspire toujours la bite
pendant qu’une autre femme, très grosse, caresse mon corps avec le sien.
Deux hommes s’approchent de moi, ils ont la bite raide et la présente à
chacune de mes mains. Ils me font comprendre qu’il faut que je les saisisse,
mes mains attachées serrent leurs queues et ils commencent des mouvements de
hanches afin de se branler. Je n’aperçois plus très bien qui me suce mais
j’ai la forte impression qu’il y a une tournante sur ma queue car la façon
de faire n’est pas constante. En faisant un petit effort, j’aperçois des
femmes mais aussi des hommes qui se succèdent pour me sucer. Les deux types
accélèrent leur va et vient pour se vider les couilles sur moi, leur sperme
me gicle sur le corps et c’est à ce moment que mon sexe se raidit pour
exploser au visage de la vieille dame qui paraît ravie quand elle se relève
avec ma semence sur elle. Mon érection retombe, il faut dire qu’après 3
éjaculations en si peu de temps j’ai les couilles un peu vides et elles
commencent à tirer. Mais voilà les autres n’ont pas eu leur dose et continue
de me branler et me sucer. On m’a remis à la verticale et comme ce
traitement de force commence à être légèrement douloureux, j’essaye de me
concentrer sur mes partenaires attachés. La femme de tout à l’heure est
toujours là, et des hommes et des femmes à la queue leu leu passent
au-dessus d’elle pour uriner. A côté d’elle, un homme qui a dû accepter la
sodomie est en train de se faire enculer par un type énorme, celui-ci met du
cœur à l’ouvrage à voir ses bourrelets de graisse qui flottent à chaque coup
de butoir et aux gémissements du gars entrain de se faire remplir. Encore un
homme à sa droite qui a deux vieilles dames sur lui, il en lèche une,
l’autre est empalé sur sa bite. Sur ma gauche, une femme au corps magnifique
subit les assauts de 8 hommes et vu tout le sperme sur son corps, sa cagoule
et les poils de sa chatte, ce ne sont pas les premiers. Et elle va encore en
recevoir une sacrée dose quand chacun va lui éjaculer dessus, c’est un feu
d’artifice de sperme jaillissant de ces 8 queues bien branlées. Je suis à
nouveau remis en position couchée et des femmes âgées ou très grosses
viennent s’empaler à tour de rôle sur ma queue suffisamment raide pour cette
pratique. J’ai mal dans les bourses et tout le long de verge pourtant je
bande toujours. Elles continuent leur manège et une d’elle qui est très
forte se laisse retomber de tout sa masse à chaque descente sur ma bite qui
ne peut pas rentrer plus profond dans sa chatte. Cette femme imposante
poursuit ce manège jusqu’à mon éjaculation qui sera plus souffrance que
plaisir, la dose sera minime et je sens mon sexe s’effondrer complètement
dés la dernière giclée.

Pourtant mon heure n’est pas terminée et comme la fille de tout à l’heure,
je me retrouve avec 8 mecs en train de se branler au-dessus de moi dont 2
qui me la mettent dans la bouche. Je leur lèche le gland, des perles de
sperme sortent de leur fente alors que deux autres me posent leurs bites
dans mes mains. L’un deux, en plus de se masturber, me branle le sexe qui
n’est plus que douleur et pourtant cette relation forcée me fait jouir. Au
bout de quelques minutes, tout ce beau monde va m’exploser dessus et je
prends un grand plaisir à sentir chaque giclé de leur sperme me recouvrir le
corps. J’en ai partout, du bas ventre jusqu’à la tête et bien sûr les deux
que je suçais m’ont déchargé dans la bouche. Des femmes reviennent me
caresser en étalant tout ce sperme, une d’elles, très âgée, masturbe ma
queue qui ne bande plus vraiment. Ma bite me fait de plus en plus mal mais
elle continue encore et encore, la douleur monte encore d’un cran quand un
semblant d’éjaculation arrive. Quelques petites giclées achèveront ma
souffrance, elles arrêtent ses mouvements, lâchent ma queue qui s’effondre.
Une des femmes me caressant lance vers les autres que c’est le moment de ma
douche et des femmes et des hommes arrivent vers moi. La première se
présente debout au-dessus de moi et urine, la sensation du liquide chaud et
la vision de cette coulée me surprennent mais m’excitent fortement. J’en
oublie les douleurs de mon sexe alors qu’ils et elles se succèdent pour se
vider la vessie sur moi. Les hommes dirigent leurs queues pour me piser sur
mon sexe alors que les femmes se vident en se frottant la chatte sur mon
torse. Mon heure d’objet sexuel se termine sur cet acte et je suis ramené
dans la pièce rouge où je suis lavé par mes deux masseuses.

Je rentre chez moi épuisé et quand je me réveille le lendemain, j’ai encore
quelques douleurs dans le sexe. Je devais rejoindre ma famille ce jour mais
je repousse au samedi pour me remettre de cette folle soirée.

Samedi matin, ma journée d’abstinence m’a fait le plus grand bien pour
retrouver un peu de vigueur, les douleurs ont disparues malgré mon érection
du matin. Je prends la route. A la radio, Gainsbourg chante « Love on the
beat » et je ne sais pas si c’est de repenser aux branlettes que j’ai
pratiqué étant jeune sur cette chanson mais je me retrouve avec un début
d’érection au volant. Il m’est déjà arrivé de me masturber en roulant mais
c’était de nuit et donc plus discret qu’en pleine matinée. Pourtant je
commence à me tripoter à travers le pantalon puis à défaire mes boutons,
sortir ma bite et commencer à me branler en saisissant mon sexe avec le bout
des doigts. L’autoroute est quasi déserte, je me cale à bonne distance du
véhicule qui me précède, prépare 5 épaisseurs de mouchoirs en papier. Je les
pose sur mon gland, les referme sur ma bite avec mes doigts et reprend des
mouvements de haut en bas. Des voitures apparaissent dans mon rétro, elles
me dépassent et je suis tout excité à penser que leurs conducteurs ou
passagers ont pu s’apercevoir que je me branlais. Il ne me faudra pas
longtemps pour éjaculer dans mes mouchoirs qui malgré les 5 épaisseurs sont
vite détrempés par mon sperme. Cette bonne petite branlette marquera la fin
d’une sacrée semaine.

Filou

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>