C’était à Strasbourg, je crois… par Belle-cour et Prince67

Je n’ai jamais retrouvé ce numéro de téléphone, un truc automatique, au
tarif fort qui vous oblige à rester décroché pendant près d’un quart d’heure
! Touts les moyens sont utilisés, répétition inutile, débit extrêmement
lent, adjectifs et adverbes superfétatoires… et puis ce truc très énervant
: « appuyer sur 1 si c’est ceci, appuyez sur 2 si c’est cela !  » Et il a 10
choix comme ça ! Le problème c’est qu’arrivé à 9, vous vous dites que vous
auriez peut-être fait un autre choix, mais vous ne vous rappelez plus du
numéro, on est donc bon pour recommencer. …

Donc ce jour là j’étais au boulot, en déplacement et comme je n’avais pas de
plan pour le soir et que j’étais très excité, je cherchais les coordonnées
d’un salon de massage érotique, mais perdu dans les méandres de la « robote
» téléphonique : des « faites le 0, faites le 1, faite le 3… » Je me goure
et je tombe sur une vois suave, mais suave…!

« Vous voulez connaître quels sont les différents massages proposés… Pour
confirmer, faites le 1, sinon faites le 0 ! » Mais, non ! Ce n’est pas cela
que je cherche, et nerveusement je tape sur le 1 ! Erreur ! Et j’ai droit à
un cours !

« Il existe différents types de massages, le massage californien est
appliqué avec les mains, le body body est un massage pratiqué par glissement
sur votre corps de celui d’une charmante jeune femme préalablement enduite
d’huile parfumée, la méthode espagnole sera un massage pratiqué par le
contact des seins, la méthode grecque par celui des fesses, la méthode
thaïlandaise par celles des pieds, toutes ces variétés de massages sauront
vous combler de bonheur et faire jaillir votre plaisir. Si toutefois vous
préférez la méthode anglaise, elle sera plus sévère, ne vous étonnez pas si
vous la choisissez, de vous faire pincer le bout des tétons, ou même de
recevoir une véritable fessée à l’ancienne sur votre mignon petit
postérieur. La finition sera manuelle ou buccale selon votre désir, quant
aux caresses que vous pourriez prodiguer à ces jeunes femmes pendant
qu’elles exerceront leurs talents sur vous, n’en soyez pas avares, elles
adoreront cela ! »

- Pour réécouter ce message faites le 2 !

Dix fois je l’ai réécouté le message ! J’avais la queue tendu comme ça ne
m’était pas arrivé depuis bien longtemps ! A la fin j’ai craqué, tant pis
pour l’adresse ! Je raccrochais et me dirigeais vers les toilettes, sous les
yeux étonnés de mes collègues de bureau !

- Tu n’es pas malade, au moins ?

Je devais avoir un drôle d’air.

Et puis la folie, au lieu de me branler rapidement comme j’en avais eu
d’abord l’attention, je décide de me prendre une pause de 10 minutes, je me
déshabille entièrement dans les chiottes ! Je me souviens m’être fait la
réflexion que ce serait « marrant » (si je puis dire) que je fasse un
malaise et qu’on me retrouve à poil ici ! Je m’installe sur la cuvette,
j’écarte les jambes, mon sexe est droit comme un point d’exclamation ! Mais
je n’y touche pas, je me caresse le corps, l’intérieur des cuisses, d’abord,
j’adore c’est très doux, puis les épaules, les bras, le ventre, la poitrine,
je m’attarde sur les tétons, et les serre progressivement, de plus en plus
fort. Le résultat ne se fait pas attendre, mon sexe est atteint de petits
soubresauts, une goutte de pré jouissance apparaît sur le méat, je la
recueille sur mon doigt que je lèche ! Hummm ! C’est délicieux ce truc là !
J’applique ensuite une méthode lue sur Internet, ça s’appelle les «
baguettes chinoises »

Explication : vous croisez les doigts de vos deux mains, vous serrez très
fort, puis sans desserrer, vous en relâchez les deux index que vous laissez
tendus ! Vous allez donc avoir une sorte de pince naturelle qui ne demande
qu’à se refermer ! Amenez cette pince sur votre zizi ! Oui, mais pas
n’importe où ! Si vous êtes décalotté, re-calottez-vous, puis placez-vous
juste à la base du gland, là où c’est un peu renflé ! Puis allez-y,
choisissez votre cadence, vous verrez c’est divin !

Tellement divin que j’ai du me retenir pour ne pas crier, je me
kleenexe, je me rhabille et je ressors en sifflotant !

Si je garde un souvenir de cette péripétie somme toute banale, ce n’est
après tout qu’une branlette, c’est parce que ce texte écouté dix fois, je me
le suis gravé sur le disque dur de mon cerveau, je le connais par cœur, et
il me fait presque encore autant d’effet.

C’est en y repensant que ce jour là…

Etant plutôt fatigué, et après avoir accompli ma journée de travail, je
décidai donc en fin d’après midi d’un petit moment de détente. Je feuillète
un journal d’annonces locales et je tombe sur une ribambelle de petits
encarts publicitaires proposant massage et relaxation… tout ce dont j’ai
besoin.

Après plusieurs essais téléphoniques pas vraiment encourageants je tombe sur
une charmante voix douce et typée. Déjà un bon point.

« L’accueil téléphonique vous permettra de connaître les prestations
offertes ainsi que les jeunes femmes qui vous prodigueront cet instant
délicieux. On vous laisse même le choix de la masseuse et vous pourrez
trouver votre bonheur dans les bras d’une laotienne (Tia), d’une
thaïlandaise ou d’une cambodgienne. »

Je confirme donc ma venue à cette charmante jeune femme et me rends à
l’adresse indiquée.

Comme vous avez pu le comprendre j’ai choisi Tia. C’est une jeune laotienne
de 24 ans, paraissant moins (comme toutes les asiatiques), pas très grande
1m 55, de belles rondeurs et une poitrine rare pour une asiatique.

Elle m’emmène dans une pièce, à la lumière tamisée et à la musique
relaxante, afin de m’expliquer les différentes prestations qui me sont
offertes. Cela va du massage express à 30 € jusqu’au massage maison, «
l’Angel », qui allie massage californien et body-body, en passant par
l’hawaïen (celui que j’ai choisi) alliant massage californien et massage
sous la douche ( et oui il fait chaud à Strasbourg en ce moment )

Après être passé une première fois sous la douche (superbe au demeurant) je
m’allonge sur la table de massage et laisse Tia commencer son travail.
Inutile de vous dire que ce fût un délice et que ses petites mains savent
vous détendre tout en vous excitant. De plus vous avez la possibilité de
voir le corps nue de la masseuse grâce à un miroir subtilement installé.

Après une vingtaine de minutes de massage recto verso, elle m’emmène sous la
douche pour me masser avec son corps et me laissant tout loisir de la
caresser. Caresser uniquement messieurs, car ce ne sont pas des « escorts »,
donc elle n’embrase pas, pas de fellation et évidement pas de pénétration.
Encore que je n’ai pas cherché à aller plus loin, qui sait ?

Comme vous l’avez sans doute compris, elle vous masse et lorsqu’elle sent
que c’est le moment, vous masturbe afin de terminer la séance en beauté !

Voilà, quarante cinq minutes de pur bonheur que j’avais envie de partager…

Belle-cour et Prince67

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à C’était à Strasbourg, je crois… par Belle-cour et Prince67

  1. Bussieres dit :

    Y’avait du potentiel, y’avait de l’idée mais ça ne tient pas la distance

  2. sapristi2000 dit :

    Excellent début et ça se termine en sucette. Non justement pas en sucette, en eau de boudin. Il eu au moins fallut une suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>