Apéritif très spécial par Paul et Julie

Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivée, à moins que ce ne soit
un fantasme, je ne sais plus

Je ne m’attarderais pas sur la présentation, je vis depuis plusieurs
semaines avec ma copine, Julie, (une belle rousse aux yeux bleus, très
délurée, très branché sexe, un rien allumeuse et exhibitionniste) nous nous
entendons plutôt bien, et elle adore parfois me dominer. Etant de nature
soumise, j’adore me laisser faire et jouer à ces jeux. Nous avions jusqu’à
présent limité ce genre de fantaisie à notre sphère intime sans y mêler
d’autres personnes, mais Julie me répétait sans cesse :

- Un jour je te dominerais devant un couple ! Tu voudras bien ? N’est ce pas
!
- Je ne sais pas !
- Tu le feras pour me faire plaisir, pour m’exciter, et parce que tu m’aimes
et que moi aussi je t’aime et puis je suis sûre que tu adoreras !
- Oui, bon, je te fais confiance !

Ce soir là, nous étions Julie et moi invités chez des amis pour prendre
l’apéro.  » Tu verras, ce sont des petits coquins, il se passera peut-être
quelque chose !  » m’avait prévenu mon amie !

Nos hôtes étaient Virginie, une belle fausse blonde avec un très joli
visage, assez mate de peau et son copain Laurent. Ils étaient très
sympathique et très décontracté. La discussion aborda assez vite des sujets
coquins et Julie cru pertinent de confier que j’avais le corps entièrement
rasé ! Cela avait l’air d’intéresser nos interlocuteurs, et ma copine sans
que j’y prenne gare demanda à Virginie s’il elle voulait me voir nu !
Celle-ci sur le ton de la plaisanterie lui répondit  » oui « . Alors d’un ton
autoritaire Julie m’ordonna :

- Alors qu’est ce que tu attends ? Lève-toi et déshabille-toi ! Tu ne vas
pas contrarier Virginie tout de même !

L’heure était donc arrivée ! Que faire ? Ne pas m’exécuter l’aurait vexé, et
ma nature soumise reprenant le dessus, j’ai donc obéi, et me suis retrouvé
nu sous les regards égrillards de Virginie et Laurent.

- Tourne-toi, montre-nous ton cul ! Dit ma copine.
- Ecarte-toi les fesses ! Ho ! Le joli trou de balle ! Mets-toi à quatre
pattes et écarte tes fesses ! surenchérit Virginie.
- Tu sais que tu as de belles miches pour un homme ! rigola Laurent

Nos amis rigolaient vraiment et se moquaient de moi

- Allez, montre-leur comme tu te branles le cul mon amour !

Les rires de nos amis redoublèrent. Moi, assez excité je l’avoue, je me suis
léché un doigt et j’ai commencé à me masser la rondelle. Quand elle fut
suffisamment lubrifiée je me la suis pénétré de l’index, et j’ai commencé à
me doigter par de petits mouvements.

- Une vraie salope mon mec hein ? (J’adore quand elle m’insulte)
- Tu l’as dit ! Reprit Virginie
- Tu as déjà enculé un mec, Virginie?

Et sans attendre de réponse, Julie sorti de son sac notre gode ceinture.

- J’avais apporté ça, au cas où… Précisa-t-elle
- Whoua ! Le super truc ! Nous aussi on a un gode, mais il n’est pas comme
ça, j’ai déjà enculé mon homme avec, mais jamais personne d’autre !
- Ça te dit, alors ?
- Hummm ! je crois bien que ça me dit !
- Ça m’étonne pas t’es une belle cochonne, tiens tu m’excites…

Julie ne termina pas sa phrase, sa bouche avait collé celle de Virginie et
nos deux coquines se roulaient un patin d’enfer avec une telle intensité que
la salive dégoulinait sur leurs mentons respectifs.

- Allez, déshabille-toi et passe-toi ce truc ! Et toi grosse chienne
prépare-toi à te faire enculer par une belle débutante !

Virginie s’exécuta et se retrouva très vite nue avec ce sexe artificiel. Je
la contemplais m’attardant sur ces seins droits comme des obus et terminés
par de larges et épais tétons rosés. Cette vue me troubla et me provoqua une
vive érection. Aussi je me dis que me faire dominer par cette femme ne
pourait être qu’un plaisir…

- Attends, laisse-moi me régaler un peu ! Intervint encore Julie qui pencha
sa bouche sur le bouts des seins de la blonde pour les sucer, les lécher,
les aspirer.

Virginie poussait des petits cris de plaisirs, puis ma copine entreprit de
passer derrière pour lui lécher les fesses. Du coup notre hôtesse m’ordonna
d’avancer :

- Tu vas sucer cette queue d’abord ! Ordonna-t-elle

Chose que je fis pendant que Julie prenait mon relais et préparait mon petit
trou à cette sodomie. Quand j’englouti le sexe au plus profond de ma gorge
tous le monde applaudi, sauf Laurent qui avait les mains prises. Forcément,
il avait sorti sa belle queue et commençait à s’astiquer.

- Bon ça suffit maintenant, tu vas de faire tringler, salope !

Virginie se plaça derrière moi et appuya le gode contre ma rosette. Puis me
pénétra de quelques centimètres

- Tu la sens bien, ma queue ? Réponds-moi !

Et sur ces mots elle m’enfonça d’un coup violent le gode entier en moi
m’arrachant un cri de douleur et de surprise.

- Oui, tu l’as senti, petite pute !

Elle commence elle aussi à m’insulter, pour mon plus grand plaisir ! Elle
n’avait pas menti et n’avait certainement jamais enculé un mec avec un gode
ceinture, (la technique étant différente qu’avec un gode ordinaire) ; car
elle ne laissa pas le temps à mon petit trou de s’habituer au gode et
commença déjà de violents va-et-vient qui me faisaient un peu mal… au
début !

- Tu aimes mes coups de queue hein ?

Et elle ponctuait chaque coup de rein par de petits cris :

- Han ! Han ! Han ! Han !
- Alors mon amour de pétasse tu te fais bien défoncer ? Demanda Julie
- Ho ! Oui ! Répondis-je sous les rires de l’assistance
- Dis donc Laurent, dit ma copine; on dirait que le spectacle te fait
l’effet, c’est bien raide tout ça ! Je suis sûr que je suis sûre que Paul
aimerait bien te faire une petite gâterie n’est ce pas ? Ça sera une
première!

Laurent, pour toute réponse s’empressa de se déshabiller entièrement et se
retrouva devant moi, sa bite à 10 centimètres de mon visage. J’hésitais un
peu, cela était un de mes fantasmes mais il fallait franchir le pas.

- Allez suce-le ! M’encouragea Julie, suce-le comme une salope !
- D’accord, approche toi, Laurent je vais bien te la sucer ta bonne queue !

Et il m’enfonça sa pine au fond de ma gorge .je commençai donc à le sucer.
Ça avait un goût et surtout une odeur un peu forte mais pas désagréable

- Quelle poufiasse ! Non content que je lui lime le fion, (et elle avait
accéléré le mouvement), il lui faut une queue dans la bouche. Hummm,
j’aimerais bien qu’il le suce bien à fond ! Tu crois qu’il va le faire ?
Demanda-t elle à Julie.
- Bien sûr ! c’est une petite salope, et il va tout avaler !

Je crois que ces mots on eut raison de Laurent qui sortit de moi et me
balança son sperme en pleine gueule. Chaque giclée atteignit une partie
différente de mon visage si bien que j’étais recouvert complètement de
foutre

- Maintenant avale ! Pétasse !

Laurent me caressait le visage de sa bite récoltant au passage un peu de
cette semence, et m’introduisit sa queue pour que je goutte. C’était un peu
amer mais sous les ordres des filles qui me demandèrent d’avaler je
m’exécutai. Laurent renouvela l’opération et me nettoya de cette façon tout
le visage

Virginie sortit de mon cul et éclata alors de rire :

- Regarde-moi ça, il est complètement dilaté, il a du mal à se refermer. Tu
vas me nettoyer ce gode! Dit-elle alors, complètement excitée et en se
frottant la chatte de ses doigts.

Voilà qui ne me disait pas grand-chose, l’engine était maculé de quelques
traces brunes qui ne me inspiraient pas vraiment. Aussi je commençais à
protester. Mais Virginie insista :

- Dis donc pédale, tu ne vas pas nous faire une comédie pour trois traces de
merde, après tout c’est la tienne ! Moi quand Laurent m’encule, je lui
nettoie la bite, alors je ne vois pas pourquoi tu ne ferais pas pareil !
- Mais…
- Mais quoi ? Tu es une petite salope, et les petites salopes ça nettoie,
n’est ce pas Julie ?
- Absolument ! confirma ma copine.

Que voulez vous faire devant de tels arguments ? Je respirais un grand coup
et introduisit le gode dans ma bouche et entrepris de le nettoyer,
heureusement le goût n’était pas très prononcé et je me surpris au bout de
quelques courtes minutes à trouver un plaisir très pervers à cette tache
bien particulière.

- Mais c’est qu’il aime ça ce gros vicelard ! Commenta Virginie. ! Alors
c’était comment ?
- J’en sais trop rien, mais ça m’excite, tout ça !
- T’es qu’un enculé, un suceur de bite, et en plus tu suce la merde, t’es
vraiment un gros porc ! Me dit ma copine !
- C’est bien vrai ça ! Répondis-je !
- Bon allez on se fait une petite pause et on va trinquer !

Je pensais bien sûr que cette pause me concernait aussi, mais Virginie assez
déchaînée ne l’entendait pas de cette oreille !

- Non toi tu restes là à quatre pattes, et le cul bien ouvert, tu boiras
plus tard, t’inquiète pas on te garde ta part !
- Quel pédé ton mec quand même ! dit Laurent !

Il disait cela sans aucun mépris, mais avec amusement et beaucoup de malice,
je compris alors que les fantaisies n’étaient pas tout à fait terminées.
C’est alors que Julie pris son air le plus vicieux possible pour lui
répondre :

- En fait, pas complètement, moi je voudrais bien mais il faudrait qu’il se
fasse enculer par un mec ! Ça te branche ?
- Pas de problème, enculer un joli petit cul de pédale, ça me convient tout
à fait !
- Nos hommes sont des gros cochons commenta Virginie !
- Et nous on est des cochonnes, rétorqua Julie qui se baissa au niveau de
son pubis et commença à lui lécher la chatte.

Virginie se laissa faire, mais jugea plus confortable de s’allonger sur le
sol, les jambes ouvertes, laissant ma copine s’installer après qu’elle se
soit déshabillée à toute vitesse… Celle ci agitait sa langue en de rapides
petits tourbillons au niveau du clitoris. Le spectacle de Virginie les yeux
fermés s’abandonnant au plaisir, la peau rougissante et les tétons dressés
était d’un érotisme très troublant et quand sa copine hurla sa jouissance la
queue de Laurent avait atteint sa raideur maximum. Je compris que j’allais y
passer !

Il commença, aidé par Julie à débarrasser la table du salon et m’y fit
allonger sur le dos les genoux relèvés sur les épaules, puis se saisit d’un
préservatif. Je bandais moi aussi comme un fou, la bite dressée, autant que
celle de Laurent qui s’approcha de mon intimité; et sous les encouragements
des filles, il me pénétra violement. Je me sentis tout à coup envahi par sa
queue qui resta quelque temps immobile dans moi.

- Je veux t’entendre dire que tu es une salope ! Tu es une salope, pas vrai
?
- Oui une grosse !
- Et tu aimes de faire enfiler ?
- Oui ! C’est bon une bonne bite dans le cul !

Et il commença des mouvements lents mais de grande amplitude tandis que tout
le monde s’amusait à m’insulter.

- Pétasse ! Regardez comme il bouge
- Et sa bite de pute est super dure ! Enculé, va !
- Ho oui, tu es un vrai enculé maintenant ! Et tu aimes ma queue dans ton
trou du cul hein?
- Hum ! Une belle bite dans mon cul de salope oui !

Julie entretenait mon érection et me branlait délicatement; et la je ne sais
ce qui passa par la tête de Virginie mais elle se dirigea vers mon visage et
commença à me cracher dessus, ce qui m’humilia davantage. Laurent commençait
à me faire mal et heureusement il dit aux deux filles qu’il n’en pouvait
plus et allait se vider

- Balance tout sur sa bite ! demanda Julie

Alors Laurent s’exécuta, ôta sa capote et me balança sa purée pour la
deuxième fois, mais ce coup ci sur la queue. Les deux filles devant le
spectacle applaudirent

J’étais allongé, la rondelle dilatée, le ventre couvert de sperme, la figure
pleine de salive !

Puis Virginie s’accroupit au dessus de mon visage !

- Suce mon trou du cul ! Nettoie le bien, je suis une vraie cochonne, je
n’ai jamais vraiment su m’essuyer à fond

Je pensais qu’elle exagérait, mais j’obéissais rencontrant une odeur assez
acre mais qui ne me dégoûtait pas, et me livrait à ce très excitant petit
nettoyage que l’on me demandait !

Julie proposa à Virginie de me terminer et elle accepta, elle se releva et
passant devant mon cul ne put s’empêcher de me le trifouiller du pied,
m’introduisant même un orteil. Elle cracha sur ma pine et commença à me
branler d’une main tandis que l’autre je vous le donne en mille, me pénétra
de deux, trois doigts et je pense même plus. Mon excitation était telle que
vingt secondes plus tard mon sperme gicla et Virginie s’amusa a le mélanger
a celui de Laurent

- Cette salope de Paul va goûter cette mixture? demanda une Virginie que je
ne reconnaissait plus. Et elle me demanda de lui nettoyer la main je
m’exécutai et franchement le goût ne changeais pas vraiment.

Julie m’embrassa

- Je t’aime ma salope ! Tu es couvert de sperme, un vrai vide couille ! Il
faut nettoyer maintenant !

Et sur ces mots elle se mit au-dessus moi et me pissa sur le corps. Quand
elle eut fini, elle fit signe à nos deux amis qui comprirent et en firent
autant. Laurent se mit debout derrière moi et me pissa de grands jets
dessus, insistant sur mon trou du cul. Virginie elle vint carrément sur mon
visage et m’inonda de pisse.

Ce fut tout pour le sexe ce soir là, nos mais se livrèrent à un petit ménage
tandis que j’allais prendre une douche, puis nous avons retrinqué ensemble
en grignotant des petits amuse gueules, (ça creuse tout ça !)

Un peu plus tard, en partant sur le pas de la porte Julie précisa
qu’évidemment elle leur rendrait l’invitation ce qui acceptèrent avec de
grands sourires

Nous sommes donc partis main dans la main et elle me dit :

- Je t’aime Paul
- Moi aussi ma chérie

On s’embrassa et l’on se demanda quand on pourrait les inviter, mais nous
savions déjà que ce serait le plus rapidement possible

Paul et Julie

(Réédition améliorée d’un texte paru anonymement sur Sophiexxx en 2000
sous le titre « un fantasme…)

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>