Légende incomprise de l’apothicaire Danet par Tristan Corbière

 

 

 

I

Maître Danet dans sa louche officine
Cherchait un soir,
Non pas non pas sa longue carabine,
Mais son Clysoir !… (1)
Il s’agissait pour notre vieux nain-jaune
de dégraver (2)
L’anus soufflé d’une pleine matrone
près de crever,
Oui, près de crever

II

En la pointant droit au bas de l’échine
Danet cru voir
Un animal qui lui faisait la mine
Dans son trou noir !…
C’était un chat que la grosse cochonne
prise de faim
Avait lapé dans sa rage gloutonne
Comme un lapin
Oui comme un lapin !

III

Jamais encor, se dit l’apothiciare
Courbant son front
non je n’ai bu sans ma vaste carrière
pareil affront !
J’ai bien tiré sur plus d’une gouttière
Des chats tout frais…
Mais un vieux chat au fond d’un vieux derrière
Jamais jamais
Non jamais jamais !

IV

Sur le devant de ma chère boutique
Dont j’étais fou !
Qu’on place au lieu du serpent symbolique
ce vil matou !
Ah ! dit l’artiste en dévorant ses larmes
J’ai trop vécu !
Je m’en punis et… je brise mes armes
sur ce vieux cu
Oui sur ce vieux cu !

 

(1) tuyau qui sert pour les lavements
(2) débarrasser un tuyau de conduite du sédiment qui s’y est accumulé

Les anomalies ortographiques sont d’origine !

Tristan Corbière (1845-1875) est l’auteur d’un unique recueil, les amours jaunes (1860). Poète « maudit », il fut révélé par Paul Verlaine et admiré par Huysmans et HP Lovecraft.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *