La Chandelle par Joy01

J’écris cette histoire après avoir passé un moment ce matin extraordinaire
!!! D’ailleurs mes mains tremblent encore et je suis mieux assise que debout
! Oufffff .

Il était 6 h du matin et je n’avais plus sommeil… Donc comme à mon habitude
je suis venu sur le net pour lire mes messages et chatter un moment avec mes
amis… Depuis quelques temps aussi je navigue sur les deux sites qu’on m’a
gentiment fait découvrir où je trouve les textes qu’on peut publier et lire
aussi… Donc je m’excitais doucement pendant que mon copain dormait
paisiblement. Vers 8h30 j’ai quitté le net avec pour excitation intense
d’aller retrouver celui qui me faisait tant jouir… Mais il était réveillé et
déjà en train de faire sa toilette. Alors je me suis couchée seule et j’ai
continué ce que je faisais plus tôt, me masturber !!! C’est alors que mon
copain revient doucement à la chambre et en me voyant me dit :

- OH petite salope ! Mais que fais-tu donc seule ?
- Je me fais plaisir comme tu peux voir et tu n’étais pas là donc je prends
les moyens pour me satisfaire, tu vois ? Lui dis-je avec un tendre sourire :

C’est alors qu’il sortit de ses gongs !!!

- Je ne t’ai pas assez dit qu’il fallait me demander avant de faire ça ?
- Oui je sais mais je ne voulais pas te déranger et comme j’avais si envie
de jouir après mes lectures sur le net je me suis dis pourquoi pas ?

Alors j’ai vu dans ses yeux que de lui avoir désobéis, ça ne lui avait pas
plus… Il sortit quelques foulards de mon tiroir et entreprit de m’attacher
un poignet.

- NONNNNNNN je ne veux pas que tu fasses cela j’étais si près de jouir…

Vous croyez que monsieur s’est empêché de m’attacher? ohhhhh non… Ppffffff
Il a fait pire… Il a réussi à m’attacher les deux mains à la tête du lit
malgré ma franche résistance… me bâillonner tout en laissant libre mes yeux
pour qu’il puisse y voir la douce haine que j’avais.
J’étais réellement fâchée contre lui. Mais là je ne pouvais plus rien faire.
Il me maîtrisait complètement. Et lui il faisait quoi ? Il rigolait mais
noir !!!

- Je crois que tu vas comprendre ce que je voulais de toi ma tite pute
d’amour !

Il a recouvert mon corps des couvertures qui traînaient sur le lit pour en
remonter juste un peu en découvrant que ma chatte. Et toujours avec ce
sourire de guerrier il entreprit de me faire un de ces cunnilingus du
tonnerre. Déjà que j’étais sur le moment de jouir juste avant son arrivée je
sentis l’orgasme venir. C’est alors qu’il arrêta net.

J’aurais voulu lui crier que je ne voulais pas qu’il arrête mais je ne
pouvais que d’émettre des sons au travers de mon bâillon.
-
Je crois ma tite poupée que tu vas comprendre ce que je te demande. Me
dit-il…

Il continua avec ses doigts à me faire délirer. Il en mettait partout. Dans
ma chatte et dans mon tit cul aussi ouffffffffffffff bon sang, j’en pouvais
plus. Alors d’un seul bon il se leva et me dit que je resterai comme ça
jusqu’à ce qu’il en décide autrement.

- NNNNNOOOONNNNNNNN !

J’essayais de lui crier que je voulais jouir… mais je ne le pouvais pas en
mots clairs.

- Quoi ? Tu as quelque chose à dire, ma chérie? Dit-il d’un ton moqueur.
- Va te faire foutre mon amour pensais-je.

Il sortit de la chambre et me laissa comme ça. Toute seule, les mains liées.
Comme j’étais épuisée, je me suis endormie. Combien de temps avait-il passé
? Je ne le savais pas mais au milieu de mon sommeil, il est revenu doucement
pour continuer ou il avait laissé ma jouissance. Je me suis réveillée au
rythme de ses caresses. J’étais semi-consciente et j’adorais ce que ça me
faisait. Il murmurait qu’il avait une toute petite surprise pour ma tite
chatte. Je lui souriais des yeux. Il prit un coussin qu’il plaça sous mes
fesses et écarta bien les jambes qu’il attache au pied du lit. Je ne sais
pas pourquoi mais j’ai commencé à avoir peur de le voir comme ca. Je me
demandais ce qu’il voulait bien me faire. C’est alors qu’il prit la
chandelle cachée derrière lui et l’alluma.
- ???????????????????????????????? Mon dieu. Mais il va pas oser, que je me
dis !

J’essayais de défaire mes liens mais sans succès. Bon sans j’avais peur !!!

Alors il se pencha et me fit des caresses si douces avec sa langue. Elle
allait partout. De mon clito à mon anus, en passant par ma tite chatte
extrêmement mouillée. Hummmmmmm que c’était bon. Il savait si bien s’y
prendre. Sa langue pénétrait ma chatte et en ressortait pour venir lécher
mon clito et redescendre sur mon tit cul. Au moment encore une fois où
j’allais jouir, il s’arrêta.
-
Mais c’est pas vrai ! Me dis-je.!

Je le fusillais du regard et des mes gémissements enragés. Il ricanait. Il
adorait ça. Il passa un moment à caresser mon corps pour me calmer. Il
retira les couvertures et prit la chandelle.

- Ne me fais pas ça !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je hurlais encore sous le bâillon en me débattant de plus belle.

Il prit la chandelle et doucement repris possession de ma chatte avec sa
bouche en faisant couler la cire chaude sur moi.

Le mal que je ressentais me faisait peur. Mais en même temps que la cire
coulait sur moi sa bouche était d’une précision délirante. C’était comme
lorsqu’on a une crise de sucré et de salé. Comme mordre dans un bon gros
morceau de chocolat et de finir avec des croustilles ! Vivre le mal et la
douceur en même temps. J’avais mal mais j’étais dans un délire total. Et
encore une fois il me laissa juste avant de jouir. Les larmes me vinrent aux
yeux. Je le suppliais du regard. Mais rien n’y changea. Il repartit en
prenant soins de fermer la porte.

Ca m’a pris un temps fou à me calmer. Je regardais mon corps et je voyais
les traces de la cire figée sur moi. Je ne pouvais pas encore croire qu’il
avait pu faire ca. Au bout d’un moment, je me suis de nouveau endormie.
Encore une fois sans savoir combien de temps j’avais pu rester seule, mon
copain revint à la chambre. Il défit les liens qui liaient mes chevilles au
pied du lit et remonta mes genoux vers moi. Il remit un deuxième coussin
sous mes fesses et sans même crier gare, il s’introduisit dans mon cul.

- AAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

Ce son resta dans ma gorge. Il me défonçait avec un sacré plaisir. Il
introduisit trois de ces doigts en moi et me masturbait de l’autre. Et là,
sans s’arrêter enfin il me fit jouir en éjaculant lui-même dans mon cul bien
rempli de sa queue. J’en avais des soubresauts. Mon corps tremblait
d’épuisement. Il se calme enfin et doucement entreprit de défaire tous les
liens qui me maintenaient en place. Il me remercia de cette matinée
excitante par de doux baisers. Il déposait des baisers partout sur mon
corps.
- Je t’aime ma princesse me dit-il, tu es si belle dans la peur et la
jouissance mon ange.
- Je t’aime tellement aussi mon amour.

Nous sommes restés allongés longtemps tous les deux enlacés, nos cœurs
battant l’un contre l’autre.

Voilà comment c’est passé une de mes plus belles matinées depuis que je le
connais. J’espère que bien d’autres comme celle-ci suivront.

Joy
Copyright © 2001
Première publication sur Vassilia, le 09/06/2001

Ce contenu a été publié dans Confessions, Histoires, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>