Histoire de tapettes par Verdon

Histoire de tapettes par Verdon


Histoire de tapettes.

Je connais des Nanas qu’une queue de souris
Fait grimper sur la table, mais celle d’un Monsieur
Sans les traumatiser les fait sauter au lit
Et le cul au plafond ou jambes dans les cieux
Ce n’est pas la grosseur ni même la longueur
De ce genre d’appendice qui peut bien leur faire peur.

Elles n’ont pas de tapette pour occire les bestioles
Mais savent coincer un homme entre leurs deux guibolles
Et pendu par la queue, celui qui s’y fait prendre
N’est pas prêt de vouloir aussitôt en descendre
Car il n’est pas de piège beaucoup plus efficace
Pour Dame qui veut prendre un poisson dans sa nasse.

Faut dire que les chipies ont de beaux avantages
Qui attirent les gars comme souris, le fromage,
Le but étant bien sûr de saisir au passage
Des bites disponibles pour en faire bon usage.
Et si pas de gruyère, un peu de beurre au cul
Et passe le boute-joie dans le trou de leur cul.

La méthode et semblable pour jeune homme cossu
Qui s’en va à la guerre sans avoir rien connu
Si non le doigt de dieu dans le conduit anal
Que lui foutait le diacre dans le confessionnal.
Mais un jour converti par un bon caporal,
Tapette devenu il se paye des mâles.

(19/06/2018)

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *