Comme dans un rêve… érotique… Par Léon_J-R

Note du Webmaster : en guise d’introduction, je ne résiste pas au plaisir
de copier/coller la critique qu’à fait de ce texte l’ami Niko sur le site de
Revebebe : « Ca ne bouleversa pas l’histoire de la nouvelle érotique, mais
c’est plaisant et sincère, et je proclame haut et fort le droit le plus
absolu à chacun de se mettre un stylo dans le cul s’il en a envie ! Ah, Mais
! »

Comme dans un rêve… érotique…

Après avoir passé la journée en cours, je rentre chez moi vers 4h. Ayant une
soudaine excitation et étant seul dans la maison (ma sœur ne rentrait que
dans 30 minutes et mes parents travaillaient), je décide d’aller sur
Caramail afin de trouver des filles chaudes pour parler de cul (j’avais
envie de dialogues hots plutôt qu’une vidéo) et ainsi soulager mon
excitation qui formait déjà une bosse dans mon caleçon. Coup de chance une
de mes amies très chaudes dans le même cas d’excitation que moi est
connectée, on décide donc de se donner des ordres mutuellement. Acceptant
tout d’abord, elle me dit ensuite qu’aujourd’hui, seule elle, donnera les
ordres… Vu mon état, j’accepte sans hésiter.

Elle commence par me faire enlever mes habits (je garde quand même le
pantalon aux genoux au cas où ma sœur arriverait) puis elle me demande de me
caresser la verge après m’être glissé doucement un stylo dans l’anus puis de
commencer à me masturber, ce que je fais sans broncher. Je prends ma verge
dans la main et commence de longs et lents va-et-vient, le stylo que j’avais
glissé dans mon anus, après l’avoir lubrifié avec ma salive, s’ajoutant à
mon excitation, je prenais beaucoup de plaisir à me masturber. Soudain
j’entends la porte d’entré s’ouvrir… Sûrement ma sœur, je remonte mon
pantalon à la hâte mais sans le fermer pour ne pas être pris si elle monte
et pourvoir continuer rapidement si elle ne vient pas me voir. Elle me crie
:

- Olivier je passe en vitesse j’ai besoin juste d’un truc et je repars, je
suis pressé. Au fait, je t’ai amené une surprise !

Apres avoir entendu ces quelques mots je rebaisse mon pantalon et reprend ma
masturbation, la surprise attendra plus tard. Je décalotte mon gland,
l’enduit doucement de salive avec mon doigt et reprend mes va-et-vient,
toujours un stylo dans l’anus. J’entends la porte se refermer ce qui me
rassure : de nouveau seul et pour longtemps. Au bout de quelques secondes
j’entends ma porte s’ouvrir (elle est dans mon dos) et une voix crie

- Surprise !

Mon premier réflexe a été d’éteindre mon ordi puis sans savoir pourquoi je
me retourne bêtement et j’ai vu Julie (une superbe brune de 1 m 65 avec un
jolie 95 C parfait et de mignonnes petites fesses, faisant partie de ma
classe…) Elle était là, plantée là sur le seuil de ma porte, les yeux
rivés sur ma main et mon sexe. Ne sachant pas quoi faire (j’avais
complètement oublié qu’elle devait venir et ma sœur a dû la laisser rentrer
en douce pour me faire la fameuse surprise dont elle parlait) je baisse mon
t-shirt par-dessus mon sexe (seul habit qu’il me restait, j’avais enlevé le
reste après le départ de ma sœur) Tout ça vite fait pour cacher mon sexe en
érection.

Ses yeux toujours rivés sur mon sexe caché par mon tee-shirt, elle dit en
rougissant :

- Tu sais j’ai déjà vu des sexes d’homme… Tu peux continuer de te
masturber s’il te plaît ?

Stupéfait de cette remarque je réponds oui en bégayant, rouge de honte. Je
relève mon tee-shirt doucement, puis l’enlève pour ne plus que celui ci me
gène, je me retrouve alors nu comme un ver. Je reprends alors timidement ma
masturbation sous les yeux de mon amie. Mon sexe tendu plus que jamais, je
commençais à prendre beaucoup de plaisir par cette situation. La main droite
de Julie monta doucement à sa poitrine qu’elle commença de caresser tandis
que sa main gauche descendait à son entre jambes quelle commença aussi à
caresser. Etant tout nu je proposai à Julie de se mettre à l’aise, ce
qu’elle fit aussitôt mais elle garda quand même son string en prétextant une
grande timidité…

Elle était maintenant en string rouge nuit, qui commençait à être bien
mouillé, assise par terre près de ma chaise, une main se caressant ses
superbes seins et l’autre dans son string se caressant la chatte. Voir Julie
dans cette position me fit énormément d’effet et je sentais ma sève monte ce
que je dis aussitôt a Julie. Elle arrêta aussitôt ses caresses et approcha
ses mains des miennes pour les retirer de mon sexe… Elle approcha alors sa
tête de mon sexe, elle commença par m’embrasser la verge en me caressant les
bourses puis pour ne pas perdre de temps à cause de mon plaisir, elle goba
mon sexe entièrement. Ses mains se baladaient sur mes bourses en direction
de mon anus elle arriva vite fait au stylo, ce qui ne parut pas la
surprendre. Je sentais ses douces lèvres autour de ma verge faire des
va-et-vient tandis que sa langue caressait mon gland pendant qu’elle jouait
avec le stylo dans mon anus… Avec une bouche aussi experte, je ne tardais
pas à éjaculer, elle retira d’un coup le stylo de mon anus en même temps que
mon plaisir était arrivé à son comble ce qui me fit encore plus d’effet.

J’éjaculais de longue giclée dans sa bouche ce qu’elle avala sans en perdre
une goutte. Elle continuait de me sucer pour bien me nettoyer de mon nectar
tout en reprenant ses caresses puis elle reposa par terre et après quelques
secondes eut aussi fini de se masturber.

J’étais assis sur ma chaise tout nu, mon sexe au repos et Julie était assise
par terre, prés de moi, adosse à mon bureau. On était là muet, l’un prés de
l’autre puis Julie engagea la conversation :

- Tu te masturbes souvent Olivier ???
- Bah, vu que je suis seul, oui souvent. Environ une fois tous les deux
jours et toi ?
- Moi aussi. Juste pour savoir ! Elle fait quelle taille ta bite ??

Un peu embêté, je répondis 16 cm

- Pourquoi ? Tu la trouve petite ??
- Non ça va, je la trouve très bien comme ça. C’était juste pour savoir. Au
fait, tu te mets souvent des trucs dans l’anus ?

Très embêté par cette question gênante, la seule chose que je répondis était
:

- Oui pourquoi pas toi ??

Elle répliqua aussitôt par l’affirmative en ajoutant qu’elle aimait bien se
glisser toutes sortes d’objets. Cette fille me faisait vraiment beaucoup
d’effet… Ayant une petite envie d’uriner, je me lève pour aller aux
toilettes et en profiter pour mettre un slip histoire de ne pas être le seul
tout nu. A peine je suis debout que Julie me demande ou je vais, je lui
réponds que je vais pisser et me dirige hors de ma chambre quand elle me
crie attend. Je me retourne, lui demande ce qu’il y a et elle m’explique
qu’elle aurait bien aime goûter au plaisir de l’uro car ça l’excitait
beaucoup mais elle n’avait jamais essaye… Comme c’est un truc qui me fait
aussi beaucoup d’effet je lui répondis OK en lui disant qu’elle était mon
idéal féminin. Je lui demande :

- Tu as envie d’uriner ??
- Non…
- Pas grave j’ai un truc qui va te donner envie. Tu veux qu’on fasse quoi en
uro ?
- Si tu peux me donner envie d’uriner j’aimerai bien te pisser un peu dessus
mais juste moi sur toi ok ?
- Ok mais je veux pourvoir réaliser un fantasme: te pisser dans l’anus.

Apres un petit instant elle me regarde avec un grand sourire et me dit ok.
Je lui montre alors mon sexe et lui explique qu’il faudrait que je bande
pour réaliser tout ça. Aussi tôt ma phrase terminée, elle embouche mon sexe
et commence une douce fellation. Mon sexe se met alors vite au garde à vous.
Je me retire de sa bouche et lui demande de se pencher sur mon bureau jambes
écartées afin que je réalise mon fantasme. Je lui retire doucement son
string plein de mouille et j’approche ma tête de ses fesses, sort doucement
ma langue et lui lèche l’anus pour le lubrifier. Puis, je lui insère un
doigt puis deux, histoire de pas lui faire mal et enfin je la pénètre
doucement avec mon sexe. Je commence alors à uriner en elle.

Après quelques secondes, je l’entends faire un petit gémissement, je lui
demande ce que ça lui fait et elle me répond que c’est assez agréable et
qu’elle trouve la situation très excitante. Je ne me vide pas complètement
pour pouvoir faire ma technique et lui donner à elle aussi le plaisir
d’uriner mais lui rempli quand même pas mal l’anus (enfin c’était une petite
envie…). Je me retire et lui explique que je vais maintenant lui donner
envie, je lui demande de se coucher sur mon lit ce qu’elle fait rapidement.
Je lui écarte les jambes pour admirer sa magnifique chatte rasée que je
n’avais pas encore pu voir et commence à lécher un peu sa chatte déjà pleine
de mouille. Puis, je la pénètre et me vide du reste de mon urine dans son
vagin. Elle me dit alors aussi tôt qu’elle a envie d’uriner et que c’était
son tour de se faire plaisir. Mais avant qu’elle ne se vide, je lui demande
de rester allongée ce qu’elle avait du mal à faire à cause de sa petite
envie urgente mais qu’elle fait quand même. Je me retire et reprends alors
mon cunni, ma langue glisse entre ses lèvres recollant sa mouille et mon
urine qui s’échappe goutte par goutte de sa chatte, un nectar délicieux dont
je ne loupe pas une goutte. Je fais des va-et-vient dans son petit trou et
mes lèvres virent doucement embrasser son clitoris…

N’en pouvant vraiment plus de se retenir, je me couche par terre et elle, à
quatre pattes au-dessus de moi, commence à uriner au niveau de mon sexe puis
par petits jets, elle vient mouiller mon ventre puis mon torse et les
dernières gouttes vinrent mouiller mon visage. Elle s’assied alors sur mon
visage, sa chatte et ses cuisses trempées, à quelques centimètres de ma
bouche pour que je la lèche intensément (ce que j’adore faire, ça tombe
bien). Sans me faire prier j’approche ma langue de sa chatte et commence à
l’embrasser, sa chatte étant rasée, sa peau est très douce et je prends
beaucoup de plaisir à poser mes lèvres autour de sa fente toute humide. Mes
mains se baladent pendant ce temps sur son corps et principalement sur ses
fesses que je caresse amoureusement.

Je viens glisser deux de mes doigts dans sa chatte pour le lubrifier au
maximum et je lui insert délicatement dans l’anus puis commence des
va-et-vient. Je sens mon urine toujours présente en elle couler doucement en
même temps que les mouvements de mes deux doigts. Ma langue passe rapidement
au plus profond entre ses lèvres, puis elle vient glisser sur l’intérieur de
ses cuisses. Je la lèche partout pour récolter le reste de son urine et sa
mouille qui lui tapisse l’entre jambe. Je l’embrasse et la lèche, mes lèvres
se rapprochent de son clitoris que j’embrasse tout d’abord puis que je suce
comme un petit bonbon délicieux. Pendant que je lui fais du bien je sens le
corps de Julie faire onduler pour avoir plus de plaisir et j’aperçois ses
mains caresser ses superbes seins dont les tétons pointent magnifiquement.

Je lui ai maintenant retiré mes doigts de l’anus pour lui caresser le reste
du corps et jouer avec sa chatte quand je m’aperçois qu’elle s’est mise un
marqueur (qui traînait sur mon bureau) à la place. Mon sexe tendu au maximum
par cette situation commence à me faire mal, je demande alors à Julie de se
mettre sur le lit. Une fois couché sur le lit je m’allonge sur elle, mon
sexe glissant contre son entre jambe, je l’embrasse tendrement tout en lui
caressant les seins. Mes mains glissent sur son corps de ses seins à ses
cuisses en passant par les hanches et les fesses. Après l’avoir embrassé
pendant plusieurs bonnes minutes, mes lèvres descendent sur ses tétons et
mes mains viennent caresser sa chatte. Je lui retire alors le marqueur des
fesses puis pose ses jambes sur mes épaules et commence une sodomisation. A
entendre les gémissements qu’elle pousse depuis un bout de temps et qui
s’amplifient sous mes coups de reins je conclue qu’elle apprécie ce qu’on
fait ce que j’apprécie aussi énormément. Sentant mon éjaculation arriver, je
décide de me retirer mais Julie me crie :

- Non je veux que tu viennes en moi !

Je ne me fis pas prier et me lâcha dans son anus. Apres m’être vidé comme
jamais cela ne m’était arrivé, je me retire et viens m’allonger à côté de ma
promise qui ne tarde pas à venir nettoyer les restes de mon sperme sur mon
gland encore gonflé. Voyant mon sexe se ramollir ma compagne s’approche de
moi et m’embrasse tendrement puis me dit qu’elle en veut encore… Je lui
explique alors qu’il va falloir attendre un peu le temps que je bande à
nouveau. D’un ton sec, elle me dit :


- Non je ne peux pas attendre! Je vais t’arranger ça.

Elle s’approche de mon sexe qui a presque repris sa taille de repos et
commence une fellation qui a très peu d’effet. Elle me demande alors de
relever les jambes le plus possible, ce que je fais immédiatement. Dans
cette position je ne vois plus ce qui se passe et me demande bien ce qu’elle
va faire. Je sens alors quelque chose de doux et de moite contre mon anus.
Elle me léchait doucement l’anus, sa langue tournait d’abord autour puis
elle essayait de me pénétrer au maximum, je me sentais revenir et mon sexe
suivait. Puis plus rien et je senti quelque chose de dur me pénétrer, elle
me dit de me remettre allongé et de ne pas y toucher, il s’agissait du
marqueur qu’elle avait quelques instants plus tôt au même endroit. Elle
reprit mon sexe en bouche, lequel commençait à reprendre sa taille maximum
(16 cm en érection), c’était trop bon. Elle s’arrêta, puis en me regardant
me demanda si j’avais encore envie d’uriner. Je lui répondis que je pouvais
faire quelques gouttes en me forçant mais pas plus. Elle me demanda alors de
faire ce qu’une demi-heure plus tôt, elle ne voulait pas faire: lui uriner
dessus. Elle voulait que j’urine sur ses seins et le reste en même temps
qu’elle reprendrait sa fellation. Je me positionnai au-dessus de ses seins
et après m’être forcé, quelques gouttes sortirent puis quelques jets, ses
seins étaient trempés et elle les caressait sensuellement avec mon urine. Je
me recouchai et elle reprit sa fellation.

Elle enfourna mon sexe dans sa bouche et me fit signe de me vider du reste
de mon urine ce que je fis aussitôt. Elle en avala la moitié et le reste
coula le long de ma verge et sur son visage. Ayant retrouvé tous mes moyens
elle se positionna au-dessus de moi de façon à faire un 69. Pendant qu’elle
s’appliquait à sucer mon sexe je lui mangeais le minou. Après plusieurs
coups de langue réciproques, je me positionnai derrière elle et la pénétra
d’un coup. Mon sexe était maintenant au plus profond de son rectum, puis je
me retirai et lui demandait si elle voulait quelque chose dans l’anus. Elle
me répondit par l’affirmative. Je pris un autre stylo puis après réflexion
je lui dis de se caresser deux secondes le temps que je revienne. Je parti
et revins avec une surprise (une banane que je voulais placer en elle), elle
était toujours à quatre pattes sur mon lit, je lui dis de fermer les yeux
puis je me plaçais derrière elle.

Avant de lui introduire ma surprise je lui léchai de nouveau l’anus, ma
langue lui léchait toute la raie faisant de grands passages et essayant par
moment de pénétrer son anus puis je lui introduis aussi sec la banane que
j’avais au préalablement lubrifier. Elle se contracta en poussant un petit
cri et me demanda ce que c’était. Je lui répondis que c’était une banane ce
qui avait l’air de la ravir. Nous voila maintenant tous les deux l’anus
plein. Elle se retourna sur le dos pour que je puisse la prendre et la voir
ainsi étendu sur mon lit, nue, l’entre jambe inondée de sa mouille,
complètement offerte, me donner l’envie de passer ma nuit avec elle. Je
l’embrassai amoureusement. Mon sexe remontait doucement vers sa chatte en
glissant contre ses cuisses puis je jouai un peu avec mon gland entre ses
lèvres et la pénétra doucement jusqu’a ce que je sois entièrement en elle.
Je me retire entièrement et recommence. Je fis plusieurs fois, ce qui fit la
mouille encore plus.

Elle me demandait d’arrêter et de la prendre parce qu’elle avait la chatte
en feu mais j’ai continué encore un peu, histoire de la faire languir puis
j’ai commencé par de lents va-et-vient puis des mouvements de plus en plus
rapides. Julie m’accompagnait avec des mouvements de hanche et des
gémissements de plus en plus fort, puis je finis par éjaculer en elle, elle
a joui quelques secondes après moi comme jamais elle n’avait joui, je
n’avais jamais vu autant de mouille, mon lit était trempé et nous deux
aussi. Je restai en elle, la tenant dans mes bras jusqu’à ce que mon sexe et
repris une taille normale. Puis je me suis retiré, en laissant échapper
quelques gouttes de sperme sortir de sa chatte. On est reste nu côte à côte
couché sur mon lit, main dans la main au moins une heure, jusqu’a ce que ma
mère rentre. On s’est rhabillé vite fait, Julie ne remettant pas son string
parce que je lui avais demandé et je l’ai raccompagné chez elle. La savoir
sans culotte pendant que je la raccompagnais m’a beaucoup excité et je n’ai
pas pu m’empêcher de me masturber le soir, mais cette fois au téléphone avec
Julie. Depuis nous sortons ensemble et passons beaucoup d’après midi comme
celui-là mais ça c’est une autre histoire.

Première publication sur Vassilia, le 25/11/2001

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>