A propos de Gaspard (ou mes histoires d’eau) par Chloé et Damiette

Salut, Bravo pour votre site, ou je me régale de vos histoires. Voici
deux « témoignages » URO qui sont intégralement vrais. J’ai 53 ans ma femme
48. Nous sommes mariés depuis 24 ans et tjrs très amoureux.

Pendant plusieurs années j’ai travaillé loin de la maison ( 600 Km ) je ne
rentrai que le week-end. Cela avait pour avantage de nous obliger à
organiser des week-end « amoureux » très riches et arrosés. Maintenant que je
suis de retour le quotidien nous mange un peu. Bref tout cela pour vous dire
comment il m’arrivait de m’occuper certains soir seul dans mon flat.
Généralement en milieu de semaine mes besoins érotiques augmentaient, pour
me permettre d’attendre, je jouais tout seul. Au début je m’amusais
simplement à mouiller mon slip comme le font certaines dames. Mais très vite
cela ne fut plus suffisant, il m’en fallait plus. Au début après l’avoir
mouillé assis à mon bureau je m’asseyais dans la baignoire en slip et, la
tête pleine de pensées érotiques, je me laissais aller, l’arrosage était
fort plaisant, mais très vite j’estimais que je n’étais pas suffisamment
mouillé, une faible partie de mon corps profitait de mon écoulement. L’étape
suivante consistait à poser les épaules au fond de la baignoire, à cambrer
mon corps pour que mon écoulement remonte vers mon nombril, ma poitrine, et
chauffe mon cou. Cet arrosage direct était déjà plus plaisant, mais il me
fallait le rendre plus pervers, aussi je décidais de garder mon maillot de
peau. Mon sexe retourné vers mon visage, glissé sous mon maillot maculait
celui ci de son jet dru qui retombait sur ma peau. D’autres fois je coulais
par-dessus le vêtement pour bien sentir la sensation d’humidification se
répandre lentement au fur et a mesure que le vêtement collait à ma peau. Je
vous dirais aussi que parfois je me mouillais un gâteau, serré entre mes
genoux je m’amusais à le mouiller avec le moins de perte possible ( en
coulant au travers du slip! ). Il m’est même arrivé, mon sexe tourner vers
mon visage, le corps cambré dans la baignoire, ne reposant que par les pieds
et les épaules de me boire directement ! .

Voici le récit de notre dernière soirée humide.

Au cours du repas de midi nous avons d’un commun accord décidé de sortir de
l’ordinaire en jouant à nos jeux favoris au cours d’une soirée humide.
J’avais pour tache ( je suis à la maison l’après midi en question ) de
programmer le chauffage dans la salle de bain. De mon coté la tête pleine
d’idées je décidais de parfumer mon pubis. Par deux fois avant de faire
pipi, j’orientais mon sexe vers mon nombril et lâchais un petit jet dans mon
slip. Elle adore retrouver mes odeurs et apprécie beaucoup de humer mes
poils et mon prépuce délicieusement parfumés. Il faut bien se maîtriser pour
ne pas avoir à changer de sous-vêtement c’est une affaire d’entraînement. Un
peu plus tard il me vient une autre idée. Je lui rédige un petit mot qu’elle
trouvera en arrivant de son travail. Il est rédigé ainsi :
Instructions:
Tu prends une culotte classique. ( elle ne porte que des strings )
Quand tu va faire pipi, tu fais debout la culotte à mi-cuisse pour bien la
mouiller.
Avec tes mains tu recueille ton jet et te parfume tout le pubis et les
fesses, je veux qu’elles soient bien mouillées.
Tu recueille les dernières gouttes avec tes doigts que tu lèche pour te
parfumer la bouche.
Après cela tu me rejoins pour m’embrasser.

J’entends la voiture arriver, ( je travail dans un bâtiment a proximité de
notre maison ) puis moins de 20 minutes plus tard j’entends son pas alerte
et décidé. Mon cœur bat. Elle entre. Nous nous embrassons, j’ai du mal à
retrouver son parfum sur ses lèvres, mais elle porte bien une culotte
classique complètement mouillée. Elle me dit avoir suivi mes instructions
sauf la dernière car elle n’aime pas sa saveur. J’écarte sa culotte et la
lèche avec plaisir. Elle n’est pas épilée simplement rasée au niveau des
lèvres, la petite touffe du pubis reste et garde bien les odeurs.
Quand je rentre à la maison elle me dit se retenir pour me préparer un
gâteau ! J’en attrape un le pose au creux de ma main que je glisse entre ses
cuisses. C’est un régal de voir son petit jet imprécis s’écouler, je bouge
ma main pour bien humidifier le gâteau que je porte à ma bouche quand il
devient pâteux. Je me lèche les doigts avant de l’embrasser. Avant le repas
sur mon conseil elle met « Gaspard », c’est un « plug anal », simulant un sexe
normal pour le diamètre, mais assez court pour pouvoir être porté sans gêne
pour s’asseoir. Elle me dit avoir un peu froid aux fesses à cause de
l’humidité. Après le repas je me force à boire beaucoup pour préparer notre
fontaine. Il faut compter 1 h 30 avant que ne se manifeste le désir de faire
pipi si on a bu suffisamment.
Pendant l’attente elle est avachie dans un fauteuil les jambes écartées
posées sur les accoudoirs, accroupi devant elle, je branche la télécommande
de Gaspard pour le faire vibrer pendant qu’ayant écarté sa culotte je la
lèche avec plaisir et application. Elle apprécie, bien que ne jouissant pas
de cette manière. ( Est ce de ma faute ou de la sienne je n’ai jamais réussi
à la faire jouir en la léchant. – un effet de son éducation? – ) Quand je
sens que mon heure est arrivée nous nous approchons de la salle de bain, je
me mets en slip, et réchauffe la baignoire en faisant couler de l’eau chaude
pendant qu’elle se déshabille. Elle ne garde que son sous pull et ses bas.
Elle s’agenouille à mes pieds descend mon slip apprécie de humer mon sexe
parfumé, mon envie presse de plus en plus je le lui dis. Elle prend mon
gland en bouche, immobile et attentive (la position lui fait perdre
Gaspard). Je lâche un premier petit jet qu’elle avale rapidement, je
recommence aussitôt elle avale et déglutit vite pour ne rien perdre. Mon
troisième jet est plus long, un filet coule des commissures de ses lèvres,
puis elle ouvre la bouche recevant toujours mon jet qui coule sur son
menton. Prenant mon sexe en main je dirige le jet sur son cou, j’adore
couler sur sa peau et mouiller ses vêtements de l’intérieur, elle relève la
tête pour m’aider puis je dirige mon jet sur ses seins qui apparaissent de
mieux en mieux au fur et à mesure que le tissu colle à la peau, elle se
cambre un peu pour que je descende arroser son sexe. Je remonte à sa bouche
pour lui donner une nouvelle gorgée qu’elle avale avec plaisir. Elle se
tourne me présente son dos et sa croupe. ( Elle adore que je coule dans la
raie de ses fesses, elle est d’accord pour que j’essais de couler dans elle,
par derrière, l’idée me ravi. ). Je m’arrête un peu pour ne pas m’épuiser
trop vite, elle me refait face. Quand elle est bien en place, je lui tends
une gorgée qu’elle accepte et avale en souriant puis je descends mouiller sa
poitrine. Je la préviens que je souhaite lui donner les dernières gouttes.
Quand mon jet faiblit, elle avance sa bouche et me  » titoune  » une dernière
fois. Après une bonne douche nous nous retrouvons au lit pour faire l’amour.
J’adore retrouver la saveur de mon élixir dans sa bouche quand je
l’embrasse. Nos orgasmes sont plus forts après de tels préliminaires.

Chloé & Damiette

Ce contenu a été publié dans Confessions, Histoires, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>