1ère Orgie dans la Cuisine par FétichOdeurs

Voici en exclusivité pour ce site la suite de – Sophie une rousse sauvage -
Pour les amateurs d’odeurs de femmes rondes rousses et poilues, avec une
passion pour les odeurs et le champagne chaud.

A partir de notre première expérience uro dans la baignoire, nous avons
décidé avec Sophie qu’à tour de rôle nous devrions obéir au fantasme de
l’autre. Je vais donc vous livrer quelques-unes de nos expériences.
1ère orgie dans la cuisine
Un jour que je faisais les courses à CARREFOUR j’ai acheté un tablier de
cuisine en plastique transparent. En rentrant à la maison Sophie était dans
la cuisine ;
- Sophie ?
- Oui mon amour
- Regarde ce que je t’ai ramené des courses
- Un tablier transparent et je suppose que tu veux que je le mette sans rien
en dessous
- Exactement mon petit trésor
Sophie retira son tee-shirt dévoilant ses deux gros nichons prisonniers d’un
soutien gorge à armature pleitex. Elle vint vers moi avec un regard
d’allumeuse et me demanda de lui enlever son soutif. Elle se retourna frotta
son gros cul sur mon bas ventre et me dit
- Maintenant c’est à moi de décider, tu n’as pas le droit de me toucher sans
que je t’y autorise
Je défie son soutien gorge du bout des doigts libérant sa poitrine 105d.
- Pour te faire patienter, je t’offre un petit apéritif
Elle mit ses mains derrière sa nuque découvrant ses aisselles fournies de
poils roux
- Viens respirer et lécher mes petites touffes mon chéri
Je m’exécutais dégustant ses arômes de la journée
- Mmmm que j’aime ta langue, stop j’ai de l’eau qui boue
Elle alla vers la cuisine s’arrêta devant la porte, balança son gros cul de
gauche à droite puis enleva son pantalon et sa culotte. Et me dit
- Viens dans la cuisine maintenant
Je la rejoignis et elle mis le tablier qui ne cachait rien des ses formes
généreuses. Elle mit des spaghettis dans l’eau et enfila des gants de
cuisine bleus avant de laver un plat dans l’évier.
En frottant, elle faisait vibrer ses fesses et ses cuisses ce qui était très
excitant.
- Fous-toi à poil Bertrand
- Tout de suite Sophie
- Ça t’excite de voir mon gros cul se trémousser, hein ?
- Oh oui regarde
- En effet
Elle approcha sa main gantée et pleine de mousse de mon sexe et fit quelques
va-et-vient me laissant sur ma faim. Elle égoutta les spaghettis et prépara
une sauce crème fraîche sauce tomate..
Je repris l’initiative et lui pris le saladier des mains avant qu’elle ne le
remplisse de pattes.
- Monte sur la table et remplie le, il nous faut une boisson pour
accompagner les pattes
Sophie monta sur la table, écarta ses grosses cuisses. Je voyais ses belles
mamelles blanches collées au plastique du tablier et avais une vue
imprenable sur sa toison rousse abondante et bouclée ainsi que ses deux
grosses lèvres roses qui pendaient. Avec ses gants de vaisselle cela donnait
un érotisme torride. Je glissais le saladier sous ses fesses et Sophie se
soulagea la vessie dans un bruit de jet dru qui m’excita encore plus.
Elle avait une grosse envie et le saladier fut rempli à moitié.
Je pris une tartine de pain et lui essuya la touffe avec
- Mmm tu fais des mouillettes
- Oui ! Dis-je en dégustant le pain parfumé, tu veux goutter ?
Elle pris un morceau et le trempa carrément dans le saladier avant de
l’avaler avec un sourire de vice et cette expression de triomphe qu’on
affiche lorsque l’on sait que l’autre est surpris.
Sans un mot elle pris un verre dans le placard le remplie à raz bord et me
le tendit
- Surtout n’en renverse pas une goutte mon petit cochon
Je lui souris et avalais une première gorgée ;
- Continue dit-elle en riant
Je bus une deuxième gorgée, puis la troisième, mais je dois dire qu’au bout
d’une dizaine ça devenait plus dur mais je mis un pont d’honneur à finir.
- Voilà salope j’ai tout bu
Je me léchais les lèvres penchait la tête en arrière et retournait le verre
pour récupérer la dernière goutte.
- Bien mon gros pervers, mais on a oublié de trinquer
Elle sortit un deuxième verre, remplit le deuxième, fixa dans les yeux. Je
lui souris pris mon verre ; et lui dis
- Ok on fait la course
Elle commença à toute vitesse, mais par chance ou plutôt par inexpérience se
mis à tousser à la moitié du verre ce qui me permis de gagner. (Aujourd’hui,
nous sommes tous deux capables de boire plusieurs verres de suite sans
problèmes, c’est une question d’entraînement).
Sophie abandonna à la moitié du verre
- Ok j’ai gagné, ma chérie
- Oui désolée mais là en toussant j’ai avalé de travers je ne peux plus
- On a pas fini, désolé, tu boiras la fin tout à l’heure. Pour l’instant tu
as un gage, je veux que tu me branle avec tes gants de vaisselles
- Ok tu as gagné, monte sur la table et met toi accroupi
Je montais avec une trique d’enfer, et Sophie me caressait les fesses d’une
main pendant que l’autre astiquait doucement mon dard.
- Mmm elle est bien raide ta grosse queue
- Ta gentille Sophie va te la soulager
- Oh oui salope continue !
- Mmm je vois ton gros gland rouge qui demande qu’à cracher son yaourt bien
gras
- Oh salope, je viens recueille mon sperme !
Sophie accéléra son vas et viens et me fit jouir dans mon verre vide.
- Mmmm c’est bon ma chérie vas-y nettoie-moi le gland
Elle me suça et me donna le verre.
Je pris un couteau et fis une tartine au foutre, que je tendit à Sophie.
Elle aimait visiblement cette situation et me pris le couteau des mains pour
en couper la moitié qu’elle me tendit. C’était un peu fade alors je mis un
peu de sel, et mangea ma part.
Avec tout cela Sophie qui n’avait pas jouit n’en pouvais plus.
Mais je menais toujours le bal
- Bon maintenant je te propose une – pipi – spaghetti partie dans la
baignoire
- Oui mais viens me soulager d’abord, j’ai la moule en fusion
- Seulement si tu finis ton verre

Elle pris le verre, et bu son urine cette fois tranquillement gorgée après
gorgée.
- C’est bien mon trésor assied toi sur la table et écarte les cuisses que je
te soulage
- Oh oui viens vite bouffe-moi la chatte, elle est toute fondue !
En effet, sa chatte et ses cuisses étaient poisseuses de mouille, et son
bouton était très dur. Je lui introduis deux doigts dans la chatte tout en
lui léchant et aspirant le clito. Elle était déjà mure et il me fallut
seulement 30 secondes pour qu’elle explose sur ma bouche emprisonnant ma
tête entre ses grosses cuisses.
- Bon c’est pas tout mais les pâtes ont refroidi; je les mets au micro-onde
- Moi je vais dans la salle de bain, je prends le saladier de champagne et
les verres
- Attend moi et enlève ton tablier
- Oui ce sera plus pratique
Arrivé à la salle de bain, je dis à Sophie que j’avais une envie de pisser
énorme.
- Viens faire dans le saladier
Sophie pris ma bite et dirigea le jet qui re-remplit le saladier. Elle
égoutta les dernières gouttes sur chacun de ses tétons
- Cadeau pour tout à l’heure
Nous rentrâmes dans la baignoire et nous nous assîmes l’un en face de
l’autre, le plat de spaghettis entre nous, je pris un spaghetti et la mangea
avec mes mains. Le sexe ça creuse et ce n’est qu’au bout de 5 minutes une
fois calé, que j’attaquais. Je pris une grosse poignée de spaghettis et la
lança sur les gros nibard pendants de Sophie ; Elle ramassa les pattes
tombées au sol et se les étala sur les seins. Sophie renversa le plat
complet de spaghetti et en pris deux poignées qu’elle vint frotter sur mon
visage très vite nous n’étions plus que deux corps glissant l’un sur l’autre
dans la sauce tomate et les nouilles. Nous nous léchions, sussions,
caressions avec les pâtes. Je finis par la prendre par derrière, nos deux
corps glissant l’un sur l’autre dans uns sensations très agréables.
- Allez prend moi fort, oui je sens ton gros mandrin qui me ramone la
cheminée
- Oh Sophie ton gros cul de salope il est bon, tu sens comme je te laboure
la chatte
- Oh Bertrand je viens !
- Mmmm ohhhh ouii Sophie c’est bon
Nous nous écroulâmes dans la sauce tomate et les nouilles. Après avoir
repris nos esprits, Sophie qui ne voulait pas rester sur une défaite nous
servit 2 verres de liqueur dorée
- Tchin tchin
. Les verres étaient plus petits et Sophie gagna cette fois.
- Bertrand à genou les mains dans le dos ; et tu dois manger les spaghettis
Je m’exécutais et lui mangeais les nouilles entre les doigts de pieds.
C’est tout pour aujourd’hui

marc.marc15@voila.fr

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>