Murmures de la forêt par Estonius

Forest murmurs – Waldweben
Crakakrak Crakatzing…
Crakakrak Crakatzong…

Je me souviens, ce drôle de bruit, comme une batterie de casseroles qui
s’entrechoquent… je ne suis guère féru en mécanique automobile, mais il
m’avait semblé plus sage de quitter l’autoroute. Je le fis, mais me perdis,
il se faisait tard, autour de vingt trois heures, je crois… Je finis par
retrouver mon chemin, quelque part une pancarte indiquait

« Janville par la forêt »
Je pris ce raccourci que je pensais providentiel…

Quand la poisse s’y met, elle ne nous lâche plus, déjà au départ de Paris
j’avais eu droit à un super embouteillage suie à un accident, j’avais
ensuite eu droit à un ralentissement sur l’autoroute suite à un camion qui
avait versé je ne sais plus quoi… Je devais me rendre à Janville afin d’y
animer la clôture de la quinzaine commerciale. On ne rigole pas, c’est un
métier !

C’était l’été… Une chaleur étouffante, moite… L’orage menaçait, mais
peut-être se contenterait-il de menacer, le vent poussait les nuages qui
régulièrement venaient masquer le disque fier et grimaçant de la pleine
lune.. Le bruit de ma bagnole ne s’arrangeait pas, bien au contraire. A ce
point que je décidais de m’arrêter un moment. Muni d’une torche électrique
je soulevais le capot, mais cet examen confirma mon incompétence. Je
décidais de repartir en vitesse minimale… Peine perdue, le véhicule ne
voulu point redémarrer !

Panne !

J’installais les warning ! Que faire d’autres ? J’ignorais où je me trouvais
de façon précise. Mon portable ne captait rien.. J’attendis quelques
dizaines de minutes qu’un éventuel automobiliste ait l’esprit suffisamment
solidaire pour me sortir de ce guêpier, mais encore aurait-il fallu qu’il y
en ait, des automobilistes. En désespoir de cause, je me mis à longer la
route dans l’espoir de rencontrer… de rencontrer quoi, une cabine
téléphonique, une habitation qui m’ouvrirait ses portes… à cette heure ci
??? L’espoir fait vivre, mais parfois les espoirs sont vains !

Je grillais cigarette sur cigarette en prenant mon mal en patience, ça me
donnait une contenance. et jouait avec une badine de bois que je m’efforçais
de libérer de ses aspérités, ça m’en donnait une autre. Cependant, au bout
d’environ deux kilomètres, un panneau indicateur, alerta mon attention :

Hôtel de la clairière : 800 mètres !
Et en plus il faisait restaurant, restais à espérer qu’ils servent encore à
cette heure. Du coup ma faim se réveillait. J’étais donc « sauvé », je
pressais donc le pas, d’autant que les nuages devenaient de plus en plus
opaques et menaçants.

Difficile d’évaluer les distances en pleine nuit, pourtant, j’étais persuadé
d’avoir accompli celle qui me séparait de ce providentiel hôtel. Je n’avais
pas remarqué d’autres panneaux, mais peut-être l’obscurité me les avait-elle
caché ? J’avançais encore un peu, avant de me persuader que j’avais du le
doubler sans le voir, je rebroussais donc chemin. Mais avant il fallait que
je me libère d’un urgent besoin. Je me fis alors une petite joie en pissant
de tout mon dû en plein milieu de cet accotement où personne ne pouvait me
voir.

C’est alors que j’entendis alors comme des éclats de voix :
Des hommes, des femmes, qui criaient de fête ou de joie !
Ce vacarme me rassura,
Et je renforçai donc mes pas.
Il me suffirait demander à ce gens ! Et puis l’espoir céda bientôt la place
au doute, à l’affreux doute ! Ces gens étaient-ils sociables ? Me
renseignerait-ils ? Ou pire, ne risquaient-ils pas de me dévaliser, de me
dépouiller, de me… On gamberge beaucoup dans ces situations là !

Je finis par apercevoir un sentier, je m’y engageai, juste un peu afin de
vérifier que les bruits venaient bien de ce côté. Je percevais maintenant de
la lumière ! La lumière est toujours rassurante ! J’avançais et bientôt je
fus à l’orée d’une assez grande clairière !

Qui étaient ces gens ? J’en dénombrais une quarantaine, des hommes, des
femmes, un feu de bois brûlait au milieu du lieu faisant crépiter ses bûches
et emplissait l’atmosphère des ses vapeurs de bois trop jeunes. Ça
discutait, ça riait, quelqu’un distribuait des petits fours à cette petite
assemblée ! Des petits fours, en plein milieu de la forêt, en pleine nuit
???

Ce qui m’intrigua tout d’abord c’est ce mélange de familiarité et de
retenue, ces gens là semblaient bien se connaître et adoptaient des
attitudes fort rapprochées. Et vas-y que je te pelote un bras, et vas-y que
je te fais une petite caresse sur la joue, vas-y, pendant qu’on y est que je
te fous la main au panier… Et pourtant il n’y avait aucun débordement…

Après quelque minutes de cette observation, je pris la décision de me
montrer afin de solliciter leur aide, je me préparais déjà é émettre le très
diplomatique raclement de gorge annonçant ma présence quand un certain
brouhaha me stoppa net dans ma décision

Une espèce de grand escogriffe à lunettes, noir de peau et d’aspect jovial
grimpa alors sur un petit rocher. Le silence s’installa et tous les regards
se fixèrent sur lui ! Il ouvrit largement les bras comme en signe de
bienvenu et ne prononça que deux mots :

- La danse !

Provoquant applaudissements et cris d’enthousiasmes de l’assemblée. Au même
moment une sono venue d’on ne sait ou se mit à cracher une musique vaguement
disco, obsédante, lancinante ! Et les gens se mirent à danser ! Que
signifiait tout ceci ? Une mini rave partie ! Mais ces gens n’en avait pas
l’âge, du moins pas la majorité d’entre eux ! La raison aurait du maintenant
me pousser à pénétrer dans la clairière et à demander à l’une de ces
personnes ou se trouvait ce fameux « hôtel de la clairière » ! Mais non je
restais planté, bouche bée ! Admiratif devant ces corps qui se donnaient
complètement à ces chorégraphies improvisées avec un exaltation non
dissimulé ! Le morceau de musique dura environ une dizaine de minutes. Quand
le silence fut rétabli les danseurs se retournèrent tous vers le même petit
rocher que tout à l’heure et l’homme aux lunettes repris la parole. Encore
une fois, il ne dit que deux mots :

- La chair !

La chair ? Quelle chair ? Je crains juste l’espace d’un instant d’être tombé
sur un bataillon de cannibales en déroute, mais non, ce n’était pas ça, et
voilà que comme un seul homme toute l’assemblée se mis à se dévêtir ! Et pas
à la barbare, s’il vous plait, pas en jetant leurs fringues sous la lune,
non ces messieurs dames s’en allait ranger bien précautionneusement leur
habits dans des sacs de sport entassés près d’un grand chêne. Le fait qu’ils
gardaient leurs chaussures m’amusa, on peut pratiquer la communion avec la
nature mais ce n’est pas une raison pour s’abîmer ses petits pieds pieds…
Mais voilà que bien malgré moi je devenais voyeur, mais il fallait être de
bois pour ne pas être troublé par ces formes magnifiques… pas toutes, non,
mais certaines femmes étaient une offrande à l’érotisme, leurs peaux
luisaient sous la lumière soulignant leurs formes… La musique reprit…
ces seins lourds qui s’agitaient, ces tétons arrogants, ces cuisses
accueillantes, ces fesses cambrées, tout cela troublait mes sens et ma verge
ne se tenait plus tranquille. Les pénis des hommes, magnifiques mats
charnus, tressautaient au rythme de la disco et certains bandaient sans
complexes. Je remarquais aussi dans l’assemblé la présence de personnes du
troisième sexe ! Le déchaînement des corps les faisant transpirer, et la
lueur de leur sueur les rendaient encore plus désirable. Mais encore une
fois la musique s’arrêta

- Les mains !

Et sous le rythme de ce nouveau morceau, les mains du groupe partirent à
l’assaut des corps offerts, les mains caressaient les poitrines et les
croupes, massaient les dos et les cuisses, pelotaient les seins,
pétrissaient les culs, pinçaient les tétons. Une femme s’offrait sous milles
mains qui lui caressaient tantôt les seins, tantôt les fesses, tantôt le
reste. Ailleurs les mains masturbaient des bites, d’autres s’en servaient
pour s’introduire dans les chattes et dans les culs. Tous les cas de figures
étaient représentes, des hommes avec des femmes, des hommes avec des hommes,
des femmes avec des femmes, de groupes composites. Je ne pouvais plus garder
mon sexe derrière ma braguette, je décidais de le libérer de sa prison de
tissus et commençais à me le caresser avec une certaine « hardeur ».

- Les bouches :

Elles furent d’abord sages les bouches, sages mais passionnées, comme ces
profonds baisers dégoulinant de salives que les danseurs s’échangeaient,
puis ce furent les seins qui furent léchés et sucés, les fesses, et puis le
reste, les vagins miaulaient sous les langues, les trous du cul se pâmaient
sous les lèvres et les bites allaient et venaient dans les palais avec une
frénésie diabolique. Le sexe devenait glouton et la salive venait d’avoir sa
fête ! Une femme s’écarta alors légèrement du groupe et vint dans ma
direction. J’eus alors peur d’être repéré, et me reculait d’instinct
écrasant sous mes chaussures des branches mortes. Apparemment la femme ne
m’avait ni vu, ni entendu. Elle s’accroupit, je compris alors qu’elle se
préparait à la miction. Ce que je ne saisissais pas, c’est pourquoi elle ne
se séparait pas davantage du groupe pour accomplir ce geste si particulier.
J’appris pourquoi quelques instants plus tard, elle ne cherchait pas à
s’isoler, mais à éviter d’être bousculée par tous ces corps en mouvements.
C’est pratiquement devant moi qu’elle libéra son petit jaillissement doré.
Une autre femme s’approcha d’elle, intercepta une partie du jet qu’elle
recueillit dan sa paume, puis comme elle l’aurait fait d’une pure eau de
source, le porta à sa bouche et s’en abreuva, se léchant les lèvres de
plaisir. D’autres scènes semblables se jouaient à la périphérie de la
clairière.

Beauté de la femme accroupie
Qui devant vos yeux vous fait pipi !
Combien de poètes ont succombés ?
Regard fixe et culotte bombée

- Les sexes :

Ce serait donc l’apothéose ! Les meilleures choses passent toujours trop
vite ! Et tandis que les premiers accouplements se formaient, j’entendis du
bruit derrière moi, le bruit des feuilles que l’on frôle, celui des
brandilles que l’on écrase ! Instant de frayeur, mais je me rassurais en
entendant les rires des nouvelles arrivantes. Trois grâces s’étaient
écartées de la fête et m’avaient donc repéré, elle s’avancèrent vers moi, la
première ne fut guère aimable :

- Tu te laisse faire ou tu te casses !

Chaud et froid ! Mais la seconde réajusta le trait :

- Mais bien sûr, qu’il va se laisser faire, ce biquet !

J’ai bien du dire oui, car c’est alors qu’on me déshabilla et qu’on se jeta
sur moi, la fraise d’un sein se retrouva sur mes lèvres, je le gobais
délicieusement, puis la seconde m’offrit le nectar de sa chatte, mon membre
était masturbé, sucé, léché. Ces trois coquines avaient trop de mains, trop
de bouches trop de langues et se retrouvaient partout à la fois ! Je
caressais aussi, agrippais ce que je pouvais, et surtout essayais de
contenir mon excitation prête à exploser comme une super novae

Dans notre coin la luminosité était faible et je ne m’aperçus pas de suite
que l’une des femmes n’en était pas une, magnifique travelo, reine du porno,
seins bien hauts et sexe majestueux.. J’eus bientôt sa verge en bouche et
m’en délectait comme je l’aurais fait d’une offrande. On me retourna, on
écarta mes globes fessiers, on humecta le futur passage, afin qu’il devienne
gluant, les langues se succédèrent, me provoquant des spasmes de plaisirs
insolites, puis le pieu s’engagea, fier et droit, sur de son fait et de son
but et m’encula comme il se doit au fond du bois.

Et tandis que mon cul se faisait dépuceler au rythme des va-et-vient de cet
impertinent travelo boosté par la musique disco, une langue agile eut raison
de mon sexe, un geyser de sperme jaillit et je jouis par le sexe en même
temps que par le cul !

Je prévins alors mes compagnons, qu’après tant d’émotions, j’avais sans
doute besoin d’un petit somme et m’endormi aussitôt.

Do do le cochon d’eau
Le cochon dormira bientôt
Zzz
Quand je me réveillais, je fus surpris de me retrouver dans le confort d’un
lit douillet aux draps fraîchement repassés, je ne reconnaissais ni le lit,
ni la chambre, mais l’agencement me persuada qu’il s’agissait d’une chambre
d’hôtel. Comment était-je arrivé ici, impossible de me souvenir. Je
recherchais ma montre, mais ne la voyais pas, je me levai, en profitai pour
pisser, et me mit à la recherche de cette foutue tocante ! Elle était dans
ma poche ! Mais je ne mets jamais ma montre dans ma poche ! J’en profitais
pour contrôler mes affaires personnelles, vérifiais que rien ne manquait. Du
coup j’en avais oublié de regarder l’heure ! Il était déjà 10 heures du
matin. Il fallait que je parte d’ici. Je devrais déjà être à Jonville
derrière mon micro ! … Et ma voiture ? Lassé de ne rien comprendre, je
sonnais la réception. Une voix me répondit qu’on m’envoyait le service
d’étage ! Service d’étage ?

C’est alors qu’un gigantesque travelo aux formes harmonieuses entra dans la
chambre, vêtu uniquement d’un mini slip rouge qu’il écarta d’un geste,
libérant son gros pénis ! Il m’interpella alors avec un sourire ensorceleur
:

- Vous avez demandé le service d’étage ?

FIN

Estonius (décembre 2002)

Je remercie l’auteur anonyme qui m’a largement inspiré ce récit, même si
je me suis considérablement éloigné du moins dans l’esprit.

estonius@hotmail.com

Ce récit a eu l’honneur d’obtenir le 2ème prix du concours des histoires
érotiques décerné par Revebebe pour Décembre 2002

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Murmures de la forêt par Estonius

  1. Darrigade dit :

    Très original, bien écrit et très excitant

  2. Roger Roger dit :

    Si les forêts se mettent à murmurer maintenant, où va-t-on ? Exellent récit

  3. Fechaud dit :

    Toute une ambiance, j’ai adoré.

  4. modesma dit :

    Ah ! si toutes les forêts pouvaient murmurer de la sorte !

  5. Dieppedale dit :

    Estonius, merci de ce témoignage, et bravo pour vos textes !

  6. Frank dit :

    En principe je n’aime les récits dans lequel on rêve, mais celui là est vraiment bon. L’exitomètre à très bien fonctionné.

  7. sapristi dit :

    Un récit onirique et fantastique très coquin et bien bandant, Bravo

  8. kevin dit :

    Rien a voir avec une autre histoire d’Estonius que j’avais lu précédemment, celle-ci est tout simplement géniale. Ah, si toutes les forêts murmuraient de la sorte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>