Mon premier trio bi par Mister Pascal

A l’époque, j’avais 25 ans et je venais de me séparer de ma copine. Pour  »
tuer  » le temps j’ai répondu à une annonce sur minitel. Un jeune couple
cherchait une rencontre à trois, et totalement à trois… J’avais déjà
pratiqué le trio, mais jamais fait l’expérience de la bisexualité. Je ne
cherche pas le sexe pour le sexe, suis plus libertin que ‘hardeur’, et je
leur ai donc écris. A ma surprise, ils m’ont répondu assez vite et nous nous
sommes fixés un rendez-vous dans un café à Denfert-Rochereau pour faire
connaissance.

Le jour dit, ils étaient là, elle brune, petite, très jolie, typée du sud
(j’adore), lui grand blond très doux et plutôt beau. Nous avons discuté
autour d’un verre et le feeling est très bien passé.

Une semaine après ils m’ont appelé et nous nous sommes donnés rendez-vous
chez eux, près de Champigny, un samedi soir. J’y suis allé, le coeur
battant. Ils m’ont reçu très simplement, elle habillée très sexy, jupe très
courte et chemisier semi-transparent. Nous avons discuté de choses et
d’autres en buvant un coup. La conversation s’est orientée vers nos
expériences diverses, Thierry ayant déjà eu quelques aventures bi, Christine
n’ayant jamais vécu ses fantasmes (elle en avait pourtant !). A un moment,
Thierry a suggéré que nous fassions un strip-poker. Nous avons continué à
boire pendant que se déroulait la partie. J’ai très rapidement perdu (sans
faire exprès !) et me suis retrouvé en caleçon. L’atmosphère devenait très
sensuelle… J’ai senti une pression entre mes jambes… Le pied de
Christine venait de s’y coller et me caressait doucement. Aussitôt mon sexe
a fait un bond et je me suis retrouvé raide quasi instantanément. Nous avons
continué à jouer et j’ai pu enfin découvrir la poitrine de Christine…
Petits seins, des aréoles brunes un peu larges, les tétons gonflés…
Thierry était comme moi en caleçon… plutôt beau mec, bien foutu, une voix
très douce. Elle continuait de me masser la queue par de petites pressions
avec son pied. Nos regards brillaient d’excitation. Nous avons arrêté de
jouer pour passer dans leur chambre. Thierry a mis une vidéo (un film gay).

Christine, au milieu, a empoigné nos deux queues dressées et a commencé à
nous branler doucement, regardant l’une et l’autre comme pour en apprécier
la grosseur et la rigidité. Elle s’est vite penchée vers moi et m’a embouché
d’un seul coup, tout en continuant à branler Thierry, m’a sucé avec vigueur
puis s’est tourné vers le (gros) pieu de son mari pour faire de même. Elle
prenait visiblement beaucoup de plaisir à nous goûter l’un et l’autre. Nous
la caressions, mélangions nos mains sur ses seins, son ventre, ses jambes,
sa fente qui dégoulinait de mouille. Je n’ai pas résisté et me suis penché
pour boire à sa source. Son parfum intime m’a sauté aux narines, ma langue a
joué avec ses lèvres poilues et son clito petit mais très dur, pendant
qu’elle suçait son homme en gémissant. Puis je suis remonté sur son ventre,
ses seins… Ma langue a joué avec ses tétons. Je suis remonté encore…
Nous avons mélangé nos langues et puis, avec un sourire, elle m’a tendu la
grosse queue de Thierry. J’en avais très envie et j’ai commencé à sucer
goulûment et branler mon premier membre. A entendre les gémissements de
Thierry, je me débrouillais bien. Nous l’avons pris en bouche chacun notre
tour, puis ensemble. Christine est descendue vers mon ventre et s’est
emparée de mon membre pendant que je continuais avec celui de son mari.

Après un moment ou on n’entendait plus que des gémissements, nous avons
changé de position. Christine s’est allongée, cuisses ouvertes. Je voyais sa
fente crépue ouverte, luisante. Je l’ai pénétré doucement. Elle était un peu
serrée, ce que j’ai aimé. Nous sucions Thierry ensemble. Je l’ai limé
lentement (je ne voulais pas gicler trop vite). Puis son homme est passé
derrière moi et j’ai senti une caresse dans mon dos. Un doigt humide s’est
insinué dans ma rosette. Il m’a écarté les fesses et j’ai senti quelque
chose de beaucoup plus gros qu’un doigt essayer de forcer mon cul. Son gland
me forçait par à coups. Je baisais et j’étais baisé ! Il s’enfonçait
progressivement mais, malgré sa douceur, j’avais plutôt mal, il était
vraiment trop gros pour moi (un rouleau d’au moins 20cm). Je grimaçais de
douleur, me disant que ça allait passer. Christine s’en est aperçue et d’un
regard à fait comprendre à Thierry qu’il valait mieux ne pas insister. Il
s’est donc retiré. Je leur ai dit que ça allait mais qu’on réessaierait plus
tard. Thierry et Christine m’ont embrassé pour se faire  » pardonner « . Nous
avons repris nos caresses et cette fois c’est moi qui me suis retrouvé
derrière lui. Je lui ai léché la rosette (j’aime beaucoup ça), la lubrifiant
de ma salive. Puis j’ai pointé mon dard vers son cul, j’ai appuyé doucement
mon gland et me suis enfoncé en lui… Il était à genou et se branlait en
même temps. Je sentais mes couilles battre contre les siennes. Pendant ce
temps, Christine visiblement excitée était cuisses ouvertes et se branlait
avec ardeur… Nous étions tous les trois très, très excités ! ! Je voyais
ses doigts tourner autour de son bourgeon, s’enfoncer en elle pendant que je
limais le cul de son homme. Nous avons fini par jouir tous les trois,
presque en même temps.

Nous nous sommes écroulés, enlacés, couverts de sueur. Il y avait une odeur
de sexe dans la pièce. Mais aussi de bonheur. Je n’avais jamais vécu cela.
L’entente, la montée du désir et le plaisir avaient été parfaits. Nous avons
continué nos jeux après avoir repris nos esprits. Les raconter serait un peu
long tant il y a eu de bonnes choses . Nous nous sommes revus deux ou trois
fois par la suite et, par malheur, j’ai perdu leurs coordonnées. J’aimerais
beaucoup les revoir pour parler de ces bons moments…

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>