Bompas par Olivier01

Bompas est un endroit de drague sur les bords de la Durance prés d’Avignon

Je m’aperçois que je ne t’ai même pas raconté comment ça c’est passé jeudi.
Ca fait quelques temps que j’en avais envie, mais sur minitel… alors je me
suis dis que j’allais m’arrêter à Bombas à l’occasion. J’en ai profité jeudi
où je n’avais pas grand chose à faire, sans me faire d’illusion because il
était tôt, dans les choses de 11h du matin.
J’ai traîné un peu et il y avait deux ou trois mecs dont un dont la bagnole
était loin de l’endroit habituel. Le mec traînait puis il s’est éloigné. Je
suis rentré dans la voiture pour attendre et à un moment, je l’ai vu se
rapprocher (mais il était vachement loin, du genre 300 mètres) tu
connais… il s’est approché, je suis sorti de la VL puis on s’est rapprochés
un peu, je l’ai dépassé pour descendre près de la Durance, il en a fait de
même puis s’est arrêté tout près du bord, dans une espèce de bosquet et a
commencé à se masser. Je me suis approché pour le regarder mais sans faire
rien de plus… Il a alors ouvert sa braguette et a sorti une queue
superbe, épaisse et d’environ 18 cm, qu’il a commencé à masser doucement en
vérifiant bien que je le regardais faire, le tout bien planqué le long de la
rive.
Je me suis approché, lui ai empoigné la queue et je me suis mis à genoux
pour le sucer. Il a déboutonné ma chemise pendant ce temps là pour me
triturer les seins, de l’autre main, il tentait de me toucher les fesses
mais avec le jeans.. Alors j’ai débouclé mon ceinturon et ouvert le premier
bouton et ainsi il a pu me doigter le cul.
Il a ouvert tout grand son pantalon et a tout baissé pour que j’ai plus de
facilité à le sucer.. Tu me connais, je n’ai pas mégoté o:))))
Au bout d’environ 5 minutes, il m’a demandé si j’avais une capote. J’avais
la pochette bleue, je lui en ai donné une qu’il a préparée. Je l’ai encore un
peu sucé, il a mis le préserv pendant que moi, ayant baissé mon jeans et mon
slip, je me mettais du gel. Il m’a demandé de ne pas en mettre beaucoup pour
qu’il sente bien quand il rentrerait dans mon cul:

J’en ai mis juste une noix pour que le préserv ne s’abîme pas. Je me suis
retourné et penché en avant les mains sur les genoux… et craaaaaac. Putain
le pied. Il m’a mis jusqu’aux couilles et a commencé à limer lentement, ses
coups de boutoir me projetaient en avant et j’avais du mal à rester en
équilibre.
Au bout d’un moment, il m’a pris aux hanches en me disant :
- Putain il est bon ton cul etc…
Et il a accéléré pour jouir. Il s’est retiré… en laissant le préserv qui
dépassait des fesses, je l’ai enlevé. On s’est kleenexé et bye bye…

Je le quitte, je fais dix mètres sur le chemin mais plus en arrière des
rives et je vois un type un peu plus âgé qui arrivait. Je me dirige vers
l’amont, lentement sur le chemin et le mec commence à me suivre. On fait une
vingtaine de mètres et je m’arrête dans un coin. Lui stoppe à quelques
mètres de moi et même scénario: il se masse puis sort sa queue: grosse bête
aussi grosse mais un peu plus longue 19 environ je pense. Je l’ai rejoint
près de son bosquet et… bis repetita placent.

Je me suis mis à genoux et j’ai commencé à le sucer. Lui il adorait être
sucé :
- Oui c’est bon, t’as une super bouche, tu la prends jusqu’aux couilles
continue va-y etc…

Au bout de 10 minutes, il a ouvert mon pantalon pour me masser le trou du
cul en me demandant de me pencher pour continuer à le sucer. J’ai senti deux
doigts qui rentraient. Il m’a demande une capote ou plutôt je lui ai demandé
si ça lui disait de me « prendre le cul ». Il m’a dit :
- oui, va y t’es une bonne salope toi
J’ai acquiescé…
Il a mis la capote, j’ai mis du gel et on a remis ça mais là, au bout de 2
ou 3 minutes, il m’a demandé de me mettre à quatre pattes parce que comme ça
il pourrait mieux m’enculer. Sans déculer, je me suis mis en position et il
a commencé à me bourrer le cul en me triturant les seins puis en me prenant
aux hanches. Je te passe les réflexions :
- tu es une bonne chienne, tu la sens ma queue? Tu la prends jusqu’au
couilles etc…
Enfin, il avait l’air heureux.

Au bout de 10 minutes un quart d’heure, j’ai passé ma main par-dessous pour
lui saisir les couilles que je sentais battre contre mon cul, j’ai caressé
et serré un peu et je l’ai senti grossir à l’intérieur de moi. J’ai alors
serré mes muscles anaux en plusieurs fois et il est parti immédiatement. Il
s’est retiré et essuyé… J’avoue que j’avais les jambes un peu flageolantes..
on s’est séparés, mais l’histoire ne s’arrête pas la. Je n’avais toujours
pas joui et en reprenant la voiture pour prendre l’autoroute, je te dis pas
dans quel état j’étais. Je me suis alors arrêté sur l’aire de Senas et je
suis allé dans les chiottes. Je me suis branlé comme un grand, et j’ai
décalotté au moment de jouir. Tu aurais vu le jet et la quantité… J’en ai
mis plein dans la cuvette (c’était pas un truc à la turque) et j’ai même
arrosé le mur… Ça a giclé d’une force !!! J’en revenais pas moi-même
puisque d’habitude, quand le prépuce recouvre mon gland, ça ne part pas
comme ça… enfin là c’est pour le coup que j’étais H.S.
J’ai repris la voiture et bye bye…

En y réfléchissant bien, je dois en effet être une super salope non ??????

Voilà mes tribulations du 15 juin…

Olivier
peyrard-o@rocketmail.com
Première publication sur Vassilia, le 09/09/2001

Ce contenu a été publié dans Confessions, Histoires, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>