Gazette 465 – Cameroun

On lit parfois des choses étranges sur le web, voyez cet article disponible sur le site Camer.be :

« Une histoire de rétrécissement de sexe, insolite et gravissime défaire la chronique au quartier 5 de la ville de Nkongsamba, chef lieu du département du Moungo au Cameroun. Est-ce le retour des rétrécisseurs de sexe ? Tout porte à le croire après ce qui s’est passé jeudi dernier à Nkongsamba, précisément au quartier 5. Un individu a failli passer un sale temps avec des jeunes qui l’accusent d’être un « rétrécisseur » de sexe. L’homme, un inconnu était de passage dans ce quartier où il a trouvé un groupe de jeunes en train de deviser.

Comme cela se fait dans notre société, l’individu en question a serré la main à certains gens qui ont automatiquement selon eux senti que leur….. n’était plus à sa place, dit-on. (que leur quoi  ? pourquoi ces points de suspension ? bon on a compris, c’est leur bite !)

Tandis que d’autres constataient selon eux que leur p… (l’utilisation du mot pénis dans un article de presse est-il un délit au Cameroun ?) n’avait plus la même dimension qu’auparavant. La réaction d’une des victimes ne s’est pas fait atteindre. Cette dernière est allé chercher un gros gourdin pour intimer à l’individu de remettre son sexe à sa position initiale

La foule de curieux, déchaînée, s’est mise à tabasser le malheureux homme gentil. Heureusement pour lui, les policiers qui passaient par là ont pu mettre un terme à cette scène de tabassage. Sommés par la police de descendre leur pantalon afin de vérifier si l’information était fondée, les présumées victimes ont refusé de se soumettre à cet exercice.

Ils ont tous été conduit au poste de police pour audition et ont été libérés après leur audition

Une question qui taraude l’esprit des Nsambalais : Est ce que notre jurisprudence a t-elle prévu cette histoire de rétrécissement de sexe ? Pas du tout affirment les patriciens du droit. Cela peut être tout simplement un phénomène d’ordre psychologique affirment les sociologues rencontrés par nos soins.

Histoire vraie ou fausse? Seules les enquêtes de la police pourra nous édifier. »

Ce contenu a été publié dans Gazette, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *