Les jeux de pipi par Helena Sevigsky

Les jeux de Pipi
par HELENA

Je parlerais d’abord des pratiques : Il y a 3 grandes catégories !
–      Les pratiques ondinistes (pipi culotte)
–      Les pratiques d’aspersions
– Les pratiques d’absorptions
– La quatrième partie sera consacrée aux questions courantes (mise à jour 01/06/03)
– Et à la fin des infos, des liens et des conneries !

L’ondinisme
On confond souvent uro et ondinisme. On peut d’ailleurs pratiquer les deux !
En gros, dans les 2 il s’agit bien de jouer avec l’urine !
Mais l’uro s’intéresse à l’urine elle-même, alors que l’ondinisme s’intéresse davantage à son résultat (le mouillé). Il peut effectivement il y avoir une sorte de plaisir trouble à se pisser dans sa culotte, et de rester de longs moments avec la culotte mouillée.

Voici mon scénario pipi-culotte préféré. A vous de l’adapter en fonction de votre personnalité…(et de votre morphologie)
Un petit jeu pipi culotte : Le mouillage progressif
La description est au féminin, mais on verra que l’on peut adapter

Pour l’habillement, en haut vous faites ce que vous voulez, mais en bas vous ne gardez que la petite culotte. (Pourquoi ? Parce que ça va finir par dégouliner !). Evitez malgré tout les tissus qui n’absorbent rien du tout..
Attendez d’avoir envie de pipi et retenez-vous le plus longtemps possible (on peut accélérer la venue de l’envie de pipi (voir cette rubrique).

Vous pouvez par exemple vous fixer une échéance horaire (tenir jusqu’à telle heure…)
A l’heure fixée, n’allez pas aux toilettes, restez ou vous êtes, et lâchez quelques gouttes dans votre culotte puis retenez-vous..

Vous devriez avoir une belle tache de la grosseur d’une orange sur votre culotte, et sentir cette merveilleuse sensation de mouillée, passez éventuellement vos doigts sur le mouillé (certaines iront alors encore plus loin…)
Retenez-vous un laps de temps (assez court, de 3 à 5 minutes), puis recommencez

La tache va s’agrandir, la sensation de mouillé va s’accentuer, il est possible qu’à ce stade le tissu ne puisse déjà plus absorber et que cela dégouline un peu sur les cuisses.
Si ce n’est pas le cas, étalez un peu avec les mains, et sinon recommencez !

A ce stade le devant est bien mouillé, mais il faut aussi mouiller complètement l’arrière. .

Mettez-vous debout (dans la salle de bain, où dans un endroit carrelé, parce que ça va dégouliner sur le sol.). Baissez votre culotte à mi-cuisses. Tirez sur la culotte de telle façon que l’arrière vienne sur la trajectoire de votre pipi. Pissez et mouillez bien la partie arrière-haute de la culotte. Retenez-vous encore une fois et remontez la culotte. Vous allez encore une fois ressentir cet intense plaisir du mouillé.
Dernier acte : Après le denier laps de temps, cette fois ci vous n’en pouvez plus. Asseyez-vous sur la toilette (sans retirer la culotte) et pissez.. Vous allez êtes tenté de la faire en une seule fois vu l’envie, mais si vous pouvez le faire par saccades, le plaisir n’en sera que plus intense.

Attendez quelques instant et levez-vous ça va dégouliner un peu sur vos cuisses, mais ça participe au plaisir.
(Une variante consiste à finir debout par exemple dans la salle d’eau !)

Après vous devriez être excitée, et suivant vos goûts passer à d’autres choses…
Malgré tout et avant je vous conseille ce petit truc, essorez éventuellement votre culotte afin que le pipi ne dégouline pas trop et baladez-vous dans l’appartement avec. Donnez-vous un laps de temps (disons ¼ d’heure avant de passer à autre chose, vous ne le regrettez pas !

Rien ne vous empêche d’ailleurs après vous êtres soulagée, et après avoir joui de rester avec votre culotte mouillée. Ah ! Passer l’aspirateur en petite culotte mouillée !

Pour les hommes, c’est exactement la même chose, il est évident que l’usage du slip sera préférable à celle de caleçon. Mais le comble de la perversité sera de faire cela dans une culotte de femme.

La pratique décrite est solitaire, mais rien n’empêche de faire cela avec quelqu’un qui partage votre passion ou à qui vous voulez la faire découvrir. On peu aussi le faire dans le cadre d’une relation SM, dans ce cas ce sera celui qui domine qui définira les phases et les laps de temps. Une variante classique dans le cadre de ce genre de relation est de placer la petite culotte mouillée sur la tête du soumis. (mais pour lui, ce ne sera pas une punition…)

Une autre variante est dans le cadre d’un couple h/f ou h/h que l’homme pisse dans la culotte de l’autre (mais bon, bof !)

Les aspersions :
Dans ces jeux le plaisir est provoqué non pas tant par la sensation de mouillé que par la sensation de se faire arroser par ce liquide chaud et parfumé !
On peut bien sûr arroser n’importe quelle partie du corps, les sensations les plus fortes se faisant sur les parties sexuelles, les seins, l’intérieur des cuisses, les fesses, le régions les plus érogènes en somme !

Il n’est pas nécessaire d’épiloguer, sauf un mot sur les aspersions solitaires, il n’y pas 36 solutions, car même si c’est moins difficile chez l’homme, il faudra bien faire un peu l’acrobate, mais dans une baignoire, c’est assez tordant (c’est le cas de le dire…)

La dégustation
Le goût du pipi
Difficile à définir parce que ça ne ressemble à rien. On parle souvent de bière chaude (légère, genre bière sans alcool ou Corona) légèrement salé, c’est encore la meilleure comparaison, avec cet espèce d’arrière goût que l’on trouve dans les rognons de veau. Ce goût est loin d’être désagréable et n’a rien de dégoûtant ou de répugnant. S’il y a dégoût, il ne peut être que psychologique. De toute façon c’est un goût que l’on apprécie d’autant plus avec l’habitude.

Les aliments qui améliorent le goût du pipi : champagne, pommes vertes, poires, cidre, tous les fruits rouges mais surtout le thé au jasmin (spécialité des geishas)

Les aliments qui rendent le goût du pipi abominable : asperges, artichauts, poireaux, oignons, endives, mais en fait ce sont surtout les asperges qui donne un goût abominable à l’urine, le reste peut passer ! (les grecs anciens le notaient déjà…)

Les aliments qui dénaturent le goût du pipi : l’eau minérale en grande quantité : Après avoir bu 3 litres d’eau , vous ne pissez pratiquement que de l’eau. Peut convenir à certains débutants.

Les aliments farceurs : la betterave rouge (colore l’urine en rouge !) le curaçao bleu (colore l’urine en bleu)…et si on mélange les deux vous pissez de l’encre violette !

Précautions :

L’’urine fraîche est parfaitement stérile, mais elle fermente assez vite, il faut le savoir !

L’urine contient un acide léger (l’acide urique). L’estomac supporte en principe, mais si vous êtes fragile de ce coté là ou si vous êtes vraiment très accro je vous conseillerais de ne pas en absorber l’estomac vide (manger un bout de pain avant ou quelques biscuits)

Goûter mais comment :
La meilleure façon de goûter se fait dans le cadre d’une relation à deux ou l’excitation est à son comble, il est évident que ça aide considérablement. Mais peut-être avez vous envie de goûter seul(e).
Il n’y a pas 40 solutions pour goûter, il faut goûter (tiens donc !)

Première méthode : en urinant, s’en mettre un peu sur un doigt, et sucer (c’est tout bête, non !)
Deuxième méthode (encore plus soft) : s’en mettre un peu sur un doigt, se caresser les lèvres et se les lécher.

Dans les deux cas vous allez probablement remarquer que ça n’a pas beaucoup de goût… mais une fois le premier pas franchi vous pourrez en prendre un peu plus !
Ecrit comme ça, ça paraît si facile… mais dans la réalité vous vous dégonflerez peut-être le premier jour, et même peut-être aussi le deuxième, cela n’a rien d’anormal, il faudra insister c’est tout…

Les cocktails :
Il ne faut pas se leurrer, c’est un gros pas à franchir et vous ne ferez pas cela le premier jour.

Pourtant boire de l’urine fraîchement tirée dans un verre en cristal…hum… (il faut quand même être dans un bon état d’excitation érotique, à mon sens !)

Mais avant vous pouvez essayer quelques mélanges :

Le plus connu est le mélange champagne-pipi, mais on peu aussi essayer le whisky-coca-pipi, ou y ajouter quelques gouttes de sperme, tout cela n’est que question d’imagination !

Les questions
Le sujet est tellement vaste que j’en ai fait un article à part !

Accélérer l’envie de pipi
Méthode du robinet : chez certaines personnes le simple fait d’entendre l’eau couler provoque un réflexe urinaire
Boire de l’eau : nous ne sommes plus habitués à boire énormément d’un coup, or si on veut un résultat rapide il faut bien trois verres. Par ailleurs l’eau va banaliser l’urine au niveau de la couleur et du goût. Autant le savoir si on veut se livrer après à d’autres jeux…
Méthode diurétique : buvez un café (ou un thé, ou une infusion) et tout de suite après une bonne bière bien fraîche. C’est la meilleure méthode !

Le pipi et le caca :
Question rabâchée ! Certains ne veulent pas être entraînés dans les jeux uro, car ils redoutent que la progression dans cette pratique les conduisent vers la scato !

Pas simple de répondre : C’est une question d’éducation chez l’enfant : chez certaines personnes la confusion est totale : « tout cela est répugnant », chez d’autre il y a une nette séparation entre les deux activités.
Or la scato et l’uro ne procèdent pas forcément des mêmes motivations, examinons-les :
– Avoir la culotte mouillée (l’ondinisme) : pipi uniquement
– Vouloir faire sur soi : pipi et/ou caca
– Vouloir faire des choses dégoûtantes : caca, mais aussi pipi si la personne les classe dans la même catégorie, à contrario certains scatophile ne font jamais d’uro…
– Vouloir jouer avec le pipi pour lui-même (urolagnie) : pipi

Dans 9 cas sur 10 (c’est une statistique en l’air évidemment) celui qui va vous entraîner dans les jeux uro n’aura aucune intention de faire de la scato… mais il vaut mieux mettre le choses au clair avant de se lancer. Car si une expérience uro non souhaitée est rarement traumatisante, il en est pas de même d’une expérience scato non désiré !
De toute façon, condamner quelque chose parce que ce serait le premier pas vers autre chose n’est rien d’autre qu’un procès d’intention (certains ne savent faire que ça !) où une généralisation abusive.. J’ai lu dans un bouquin de sexologie que l’anulingus (le léchage de l’anus) serait le premier pas vers la scato ! Bien sûr, pour certains, ce sera le cas… mais dans quelles proportions ? Quand on connaît la popularité de cette pratique, on se dit qu’il y en a qui passent leur temps à dire n’importe quoi !

Cela dit la scato existe, un certain nombre de pratiquant de l’uro (peut être 10 % allez savoir ?) s’y adonnent ! Et c’est leur droit le plus absolu…
…Mais ce n’est pas l’objet de cet article !!

NB : La pratique « pipi anus » consistant à uriner dans l’anus ouvert du partenaire, qui ensuite relâchera tout doit être assimilé à la scato (on ne s’étale pas…)

Uro et risques pour la santé

L’urine est composée d’eau et des produits de combustion des matières azotées (urée, acide urique et ammoniaque). Aucune maladie transmissible sexuellement (MTS ou MST) ne peut être communiquée si l’urine d’une autre personne est absorbée. Aucune autre maladie ne peut être transmise par l’urine du donneur à l’organisme du receveur: l’urine n’est pas un milieu propice au développement de virus et de bactéries.
Il faut malgré tout faire attention à un chose : chez l’homme le sperme et l’urine empreintent le même canal, l’urètre. Il est donc fortement déconseillé d’absorber de l’urine d’un homme qui vient d’éjaculer

Cela résume tout ce que j’ai pu trouver sur le Web et il semblerait que les avis soit unanimes ! Cependant pour être tout à fait objective j’ai lu (un seul) article ou l’auteur affirmais que le virus de l’hépatite B pourrait être le seul micro-organisme à pouvoir survivre dans l’urine !

Où pratiquer l’uro ?

Oui parce que certains on tellement d’imagination qu’il nous disent « Oui ! Mais ça va salir les draps ! »
– par terre
– dans la salle de bain
– dans la nature

Mais on peut aussi le faire au lit, il suffit de s’accroupir sur le partenaire, chatte contre bouche et de contrôler son jet ! Si c’est l’homme qui fait pipi c’est déjà plus pratique..

Terminologie
L’urologie est un terme impropre (au départ, il désigne une spécialité médicale), mais il est passé dans le langage. Les puristes parleront d’urolagnie (qui est en fait le terme exact). on parle parfois d’urophilie, et parfois d’urophagie (s’il y a absorption). Ne nous prenons pas la tête et parlons simplement d’Uro. Ce ne sont pas aux académiciens gâteux de nous dire comment se nomment nos pratiques préférées !

Les allemands appellent cela la douche dorée que les anglo saxons traduisent par « golden showers ».
Les américains (qui ne sont pas tous si pudibonds que cela ) appelle cela the watersport

Autrement dit « We make watersport after a blow job » ne se traduit pas par « on a fait du sport nautique après un travail qui nous a fait souffler » mais on s’est pissé dessus après la pipe

Diverses

Pisser en bandant… : C’est parait-il impossible : objection masculine rabâchée (les pauvres choux !). Il suffit simplement de pousser, dés que l’érection se relâche, la miction devient possible

Le blocage psychologique de niveau 2 : Vous avez des gens qui ne pourront jamais pisser devant quelqu’un (et à fortiori sur quelqu’un) alors qu’ils souhaiteraient le faire. Il n’y a pas 36 solutions, c’est au partenaire de faire preuve de patience. Il faut que le pisseur potentiel boive un maximum, ça finira bien par venir. Le déblocage est en principe définitif mais peut revenir avec un autre partenaire.

Pourquoi se laver les mains après avoir uriné ? : Habitude urbaine débile, l’eau du robinet étant moins stérile que l’urine. Par contre si vous êtes un fan d’hygiène, c’est avant qu’il faut se les laver afin de ne pas mettre vos parties génitales en contact avec des sales bêtes rencontrées dans les lieux publics…

Anecdotes et Informations
2 millions de japonais boivent chaque matin leur urine. Cette pratique guérirait (entre autre) de graves problèmes de thyroïde (?)
L’urine est en effet stérile ! Jusqu’au 19e siècle l’urine était d’ailleurs utilisée en bain de bouche pour prévenir les caries… Certains animaux urinent sur leur plaie (ça sert de sérum physiologique…)

J’ai appris qu’aux états Unis on organisait des « pee-tours » ou de superbes filles pissent en (et dans) le public, notamment la très belle et très excitante Adara Michaels (visage et poitrine de rêve !!)

il y a un forum de news super intéressant sur le sujet c’est : alt.binaries.pictures.erotica.urine

Histoires et proverbes :

Proverbe approprié :
– il ne faut jamais dire « fontaine ! je ne boirais jamais de ton eau !
Un autre, dans le genre loufoque :
– qui pisse au vent se rince les dents !

Une histoire mignonne
Le type est très inquiet parce que depuis quelque temps quand il fait pipi, ça pétille ! Il va voir son docteur qui le rassure :
– Ne vous inquiétez pas vous pissez du champagne, tout simplement, il y a environ un cas sur 1000, il n’y a rien de grave.
Rassuré le gars rentre chez lui, sa femme demande :
– Il t’as dis quoi, le docteur ? :
Il lui raconte
– Ben alors tu va pouvoir m’en offrir un verre !
– Pas question si t’en veux, t’as qu’a boire à la bouteille !

copyright 2001-2002 Hélèna Sevigsky – Reproduction même partielle interdite

2 petites surprises pour finir
Cliquez sur ADARA et vous la verrez pisser !
faites ce qu’elle vous demande :

Ce contenu a été publié dans Documentation, uro, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à Les jeux de pipi par Helena Sevigsky

  1. dumigron dit :

    Excellent article ! Merci Hélèna !

  2. Elvis dit :

    J’aime le jeu de pisse je le fait en solitaire
    Ma femme n’aime pas ça pas de chance de ce côté la
    J’adore la voir pissée

  3. angie dit :

    Et la scato, tu as essayé, Hélèna ?

    • Hélèna Sevigsky dit :

      Oui ! il n’est que lire certaines de mes histoires pour se rendre compte que je ne suis pas insensible à certains aspects de cette pratique.
      Mais ne mélangeons pas tout !

  4. Lise dit :

    Bonjour,
    Pourriez-vous me dire quelle est la limite entre produire abondamment de la cyprine et être une femme fontaine?
    Comment arriver à ne pas être surprise limite dégoûtée de trouver son homme en train de sentir voir lécher mes culottes sales?
    Merci

    • Héléna Sevigsky dit :

      Première question :
      Il s’agit de deux phénomène différents et non liés : L’émission de cyprine est l’un des phénomènes accompagnant l’excitation sexuelle (avec le gonflement des lèvres et du clitoris) c’est un phénomène naturel dont le but et la lubrification du vagin. La cyprine est blanchâtre est a un goût vaguement sucré (mielleux, je dirais). La cyprine ne s’écoule pas en jet, et son apparition ressemble plutôt au phénomène de la sueur. Le liquide provoqué par le fontainisme est transparent comme de l’eau, il n’a aucun pouvoir lubrificateur, et aucun goût (certaines femmes le confondent avec de l’urine claire) En fait (de même que pour le point G.) la biologie manque d’études fiables sur le sujet (ce qui est un comble, quand on voit ce qu’on étudie parfois)

      Deuxième question :
      Surprise : sans doute ! Parce qu’il ne vous en a jamais parlé ! La bonne question est donc de se demander pourquoi ne vous en a-t-il jamais parlé ! L’homme ne dit jamais tout, même dans les couples qui s’entendent parfaitement bien sur tout les plans y compris sexuels et qui communiquent, il arrive très souvent que celui-ci veuille conserver un » jardin secret »
      Dégoûté : Là on rentre dans le subjectif, dans les goûts et les couleurs, je dirais simplement deux choses, la première c’est que c’est beaucoup plus courant qu’on ne le pense, la seconde c’est que c’est bien innocent, comme je le dis souvent il n’y a d’anormalité en matière de sexe que lorsqu’on contraint l’autre !

  5. Freddy H dit :

    Voilà, je vous appel et vous recommande vivement de regarder si vous ne l’avez pas déjà fait le film de Roman Polanski, qui met en oeuvre jeu uro et de soumission : Lunes de Fiel.
    D’où partent certainement nombre de mes fantasmes dans l’uro et tout autres jeux.
    Bonne continuation.

  6. Laurent hfshsjdsh dit :

    salut héléna, moi c’est laurent, je suis du sud ouest (bordeaux)… je pratiquais l’uro pendant 2 ans mais malheuresement pour moi mon amie m’a quitté. Depuis j’ai rencontré des filles mais aucunes ont pu comprendre mon envie de boire du pipi en faisant l’amour. je suis accros, je trouve que c’est le meilleur liquide du monde, meilleur que le coca ou autre soda et biere.
    enfin bref tout ça pour te demander comment puis je faire pour trouver une partenaire qui aime pratiquer l’uro… tu aurais pas une adresse de forum ou de msn à me filer pour faire des rencontres. ou meme un endroit où aller dans le sud ouest pour faire ce types de rencontres…
    je suis triste et désespéré J’ai l’impression que je ne prendrai plus mon pied si je rencontre pas quelqu’un comme nous.
    Bye et merçi d’avance pour ta réponse

    • Héléna Sevigsky dit :

      Dans ta recherche il ne faut pas chercher une fille qui pratique l’uro (il n’y en a pas tant que ça et celles qui le font n’ont pas besoin de consulter les petites annonces) mais une fille que le pipi ne dégoûte pas (c’est déjà plus vaste) commence par lui demander l’autorisation de la regarder faire pipi, et progressivement le reste peut venir…

      Sinon, je ne fournis aucune adresse tu peux passer une annonce sur notre forum

      Bises

      Hélèna

  7. Phil dit :

    Bonjour, Vassilia.

    J’ai 43 ans et beaucoup de fantasmes, mais je n’avait pas essayer le pipi culotte .hier après midi j’étais seul a la maison, car je fais des travaux et ma femme travail.
    Donc il faisait très beau et chaud, après avoir galéré sur mon installation d’eau, je m’accordais un instant de répit,
    il était déjà 3 heures de l’après midi,, j’avais une énorme envie de pisser, je me suis mis en boxer noir et je suis allé marcher dans mon jardin, je desserrais l’étreinte sur ma vessie et me laissais enfin aller, quel bonheur de sentir les premières gouttes mouiller mon caleçon,je croisais les jambe pour ma pisse me mouille complètement avant de finir par terre, mais le plus incroyable, j’ai eu envie de faire caca, en me promenant dans le jardin je poussais et je sentis bientôt mon slip se remplir, je bandais très fort, j’ai enlevé le plus gros que j’ai jeté dans le champ derrière chez moi, et je suis allé prendre une douche dans laquelle je me suis masturbé et j’ai jouis très fort. j’aime votre site il m’existe beaucoup. a bientôt. phil.

  8. Carla Bicek dit :

    Bonjour je m’appelle Carla et j’ai 26 ans. Je recherche une recette imitant > parfaitement le gout du pipi. Car depuis que je me suis séparé de ma copine ( car je suis lesbienne ) je ne peux plus pratiquer l’uro. Donc j’aimerais une recette pour imiter ce gout que je n’ai plus le privilège de gouter.

    • Héléna Sevigsky dit :

      Les produits à base d’orties ont un vague goût rappelant celui de l’urine. avais trouvé en me baladant à Honfleur une épicerie qui entre autre vendait du cidre d’ortie, du potage d’ortie et d’autre produits… On trouve tout un tas de recettes à base d’orties sur le Net. Il faut savoir aussi que c’est absolument sans danger….
      Ceci dit, pourquoi n’absorber-vous pas votre propre urine ?
      Cordialement
      Helena

  9. Capitaine dit :

    Un truc qui m’excite bien, j’ai la chante d’avoir une femme qui a un très beau cul. Je lui demande de se mettre en levrette, et quand je suis derrière elle, elle pisse, je recueille l’urine dans mes paumes jointes, j’en bois éventuellement un petit peu et surtout je lui badigeonne les fesses avec, ses jolies fesses ainsi mouillées me font terriblement bandé, et après, je léche ! Mon fantasme serait d’inviter un troisième larron, homme ou femme à ce petit léchage, mais ce n’est qu’un fantasme…

  10. dugourd jean dit :

    Bonjour Helena,
    Bonne année! Bonne santé! Longue vie à votre site!
    Je vous présente aujourd’hui Yolande, environ 40 ans, que j’ai rencontrée il y a déjà quelques années sur une plage girondine, là où se côtoient en toute convivialité « textiles » et adeptes de nudité. Elle aimait le soleil, moi aussi. Elle était passionnée de planche à voile, moi aussi (ce sera pour une autre fois). Elle adorait être nue, moi aussi.
    En espérant que ce message vous apporte un peu de chaleur…
    Chaudes bises mouillées.

    PS1: peut-être pourriez-vous songer à changer les photos de votre « maison page ».
    PS2: comme chacun sait chaque grande région vinicole de France a son propre verre à dégustation. Il me semble que pour savourer une miction légèrement ambré c’est le verre à vin d’Alsace qui convient le mieux.

  11. Jerôme dit :

    Chère Hélène,

    Merci pour votre présentation très complète des jeux d’uro. Personnellement je me suis mis à suivre vos conseils que tardivement ayant découvert le site récemment.
    Depuis maitenant qq semaines je déguste mon urine régulièrement. De préférence dans une flute à champagne. Le meilleur étant d’arriver dans des coktails à emmener sa coupe au toilettes, à la remplir et à revenir trinquer innocemment avec de belles femmes (de préférence). Santé !!!
    J’aime également me pisser dessus, en revanche l’autre jour alors que je poussais avec ma vessie pour gicler dans ma bouche, une petite crotte est sortie de mon anus. Sa vue dans la baignoire m’a un peu contrarié. Vous avez raison Uro ne veut pas dire scato.
    Bizarrement, ma femme aime pisser la porte ouverte mais n’aime pas l’idée de me pisser dessus. Encore moins que je puisse boire à sa chatte. Je fais donc tout ça dans mon coin. C’est assez
    frustrant. Heureusement elle ne s’essuie pas quand je le lui demande et j’ai le droit de la nettoyer avec la langue.
    J’ai commencé discrètement et à l’insu de tous une collection de petites culottes féminines que je vais acheter dans les magasins. C’est très excitant de les porter et des sentir la ficelle du string dans la raie.
    Je m’épile soit avec une pince (c’est long) soit avec de la crème. J’ai essayé l’institut mais c’est horriblement cher pour les hommes.

    Je vous lèche tendrement et vous remercie pour ce beau site.

    Jérôme

  12. Djunete dit :

    Est ce que vous même pratiquez l’uro et c’est juste votre imagination qui est très fertile, ou les deux ?
    Bisous

    • Hélèna Sevigsky dit :

      Je pratique aussi bien comme donneuse que comme receveuse, je bois et j’adore ça, et je suis assez fière de pouvoir contribuer à démythifier l’uro. Recevoir des mails me disant que certains ont essayé, ou qu’il sont à présent déculpabilisés reste ma plus belle récompense…

      Et en ce qui concerne imagination, c’est pour mes histoires… Bisous

  13. dugourd jean dit :

    Bonjour Héléna,
    Voici quatre petites photos vous montrant Anne qui est chargée, au gré de ses envies, d’assurer le nettoyage « basse pression » de la terrasse. Pour ceux que cela intéresse le jet produit par cette jeune femme est digne d’un grand cru: saveur de bananes, légèrement citronné avec une pointe de vétiver lorsque la dégustation a lieu au petit matin.
    Bisous ambrés.
    Jean.

    pour des raison de place nous n’avons conservé qu’une seule de ces jolies photos

  14. Albert dit :

    salut helena!!! comment vas tu????
    en fait, j’aiune question a te poser.
    en fait, je voudrais savoir s’il existe dans la pisse une substance susceptible de provoquer une odeur qui excite. une odeur du genre aphrodisiaque.
    car il me semble qu’une substance de ce genre existe aussi dans l’urine des animaux, et que certain animaux comme les chimpanzés et les gorilles l’utilise pour l’excitation sexuelle!!
    je pense q’une telle substance est présente dans la pisse des humains!!! et qu’elle permet de créer une odeur aphrodisiaque!!
    qu’en pense tu
    a+

    • Héléna Sevigsky dit :

      L’urine contient effectivement des phéromones. (Bien que cette notion soit contestée par certains scientifiques bien-pensant qui veulent absolument gommer notre part d’animalité)
      Cela dit, l’homme étant un animal majoritairement culturel, si l’éducation d’un individu lui a fait rejeter cette odeur, les phéromones risques d’être inefficaces. Autrement dit c’est un peu comme les aphrodisiaques, ça marche… si on ne fait pas de blocage…

  15. Barbell dit :

    Félicitations par votre site, plein d’humour. Vous m’avez bien aidé à emmener mon compagnon vers certaines pratiques SM -version soft 🙂 qui me faisaient rêver et m’angoissaient en même temps. J’ai beaucoup apprécié vos avertissements sur les risques de certaines pratiques et les conseils pour bien reussir sans se faire mal.
    Se retenir quand on a envies de pipi mene très souvent à faire des infections des reins, parfois graves comme c’était mon cas. Chez les femmes c’est assez frequent de se retenir (oh, que c’est pratique le zizi quand on n’est pas près des toilettes!) donc plus de risques. Et si on pratique des jeux uro, les risques se multiplient.
    Hélène, ça te dirait d’inclure une petite remarque sur ce sujet?
    C’est évident que je ne suis pas française mais j’espère m’avoir expliqué (je l’ai essayé quand même!).
    Encore mes félicitations pour votre site.
    Bisous.

    • Héléna Sevigsky dit :

      Bonjour
      et merci pour ce message
      En fait, ce n’est pas si simple que ça, c’est une question d’apprentissage, il faut apprendre à se retenir à l’aide des muscles de la vessie, cela pour éviter de faire pipi toutes les cinq minutes. D’autre part je sui d’accord avec vous, se retenir de trop et trop fréquemment peut être dangereux pour le fonctionnement rénal !

      Bisous
      Hélèna

  16. Dominique dit :

    Salut.
    Bravo pour ton dossier sur la pisse. En le relisant, j’ai pensé la chose suivante. Tu dis que l’urine fermente assez vite. Il doit donc être possible de la mélanger avec du sucre, de laisser fermenter et de distiller pour obtenir de l’alcool de pisse.
    Cela se fait en Suisse en Valais (et probablement aussi en France en Savoie) avec des bourgeons de sapin, il les mettent à fermenter dans de l’eau. Le sucre est pour couper l’amertume.
    Je me demande si quelqu’un a déjà essayé avec de l’urine. Non que j’aime particulièrement les alcools forts, je préfère de loin un bon vin, mais juste par curiosité.
    Cordiales salutations.
    Dominique

    • Héléna Sevigsky dit :

      Mais pourquoi pas ? On fait bien de l’alcool avec des orties (qui contient de l’acide formique) alors pourquoi pas avec de l’urine (acide urique)

      Bisous

      Héléna Sevigsky

  17. Thomas dit :

    bonjour , bravo pour votre site !
    Etant très attiré par les jeux humides mais n’étant jamais passé a l’acte, j’aimerai savoir qu’elle est votre experience personnelle ! comment avez-vous déclare votre envie la premiere fois?
    cette pratique est elle plus pressente dans les milieux homos ?
    Thomas 33 ans
    dans l’attente de vous lire !

    • Héléna Sevigsky dit :

      Pour mon expérience personnelle, vous lirez mon récit « la flaque » qui est en partie biographique (du moins sur cet aspect là)

      Comme la plupart des fantaisies si la pratique dans les milieux homo et bi est plus courante que dans les milieux strictement hétéros, c’est tout simplement que d’une façon générale, la première catégorie est plus « ouverte » sexuellement, mais il faut bien se garder d’en faire une généralité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *