Le fantasme de la boue (mud fantasy) par Amaury

Héléna m’a demandé de vous présenter le fantasme de la boue mais ce que je vais vous dire peut tout aussi bien concerner les bains d’argile ou n’importe quelle substance que l’on peut s’étaler sur le corps.

La boue exerce un attrait (ou une répulsion) sur beaucoup d’entre nous. Sans doute que comme pour l’uro, la boue est associée au sale. Et jouer avec le tabou de la saleté est une délicieuse source de plaisir.

Il y a toujours un certain plaisir à transgresser un interdit, et jouer avec de la boue, c’est tout aussi interdit que jouer avec de la nourriture ou jouer avec du pipi (si vous ne voyez pas de quoi je veux parler c’est que vous découvrez juste ce site !). Aller se vautrer dans la boue est un bon moyen de libérer le gros cochon ou la grosse cochonne qui sommeille en nous. Prendre plaisir à patauger et à en avoir plein les mains nous conduit aux joies de la régression infantile chère aux psys. La boue offre aussi les plaisirs du travestissement : se réfugier derrière une couche de boue intégrale qui va gommer notre identité sociale et nous faire glisser dans une nouvelle peau.

Pour ceux qui aimeraient franchir le pas mais qui souhaitent y être poussés, le fétichisme de la boue peut parfaitement s’inscrire dans le cadre de rapport SM. Beaucoup de maîtres ou de maîtresses se font un plaisir d’aller traîner leur soumis(e) dans la boue. (C’est à mon avis un moyen d’humiliation beaucoup plus intéressant que les extravagants appareillages des photos SM)

Tout cela ne doit pas faire oublier que dans la pratique de ce fétichisme, la boue ne doit être sale que parce que l’on veut bien voir ainsi. La boue, tout comme l’uro, n’est pas en soi sale. La boue n’est qu’un mélange de terre, de glaise (parfois de sable) et d’eau dont le contact ne constitue en rien un danger pour la santé des personnes attirées par la boue. La pratique de cette activité se fait dans un souci de l’hygiène et de l’intégrité de la personne (comme les autres pratiques de Vassilia). Il ne s’agit pas d’aller se plonger dans la boue putride d’un marais infesté de moustiques affamés et de miasmes nauséabonds, ni de toucher les boues d’épuration des stations de recyclage des eaux usagées ! La principale difficulté consiste à trouver de la boue de bonne qualité dans un endroit tranquille au moment où l’on en a envie. Le plus exaltant est bien sûr de pratiquer en plein air en communion à la nature, c’est aussi le plus difficile. Une météo défavorable ou des risques de rencontres inopportunes constituent de sérieux obstacles mais pas toujours infranchissables.

Dans le cadre d’une relation SM, quelques minutes passées sur une parcelle de terre détrempée par de fortes pluies, peuvent donc donner des souvenirs inoubliables. Autant éviter les champs d’agriculture productiviste imbibés d’engrais et de désherbants de tout genre, un jardin à l’abri des regards du voisinage fait parfaitement l’affaire.

Si vous souhaitez pratiquer en vous affranchissant des contraintes de la météo, vous pouvez toujours fabriquer votre propre mare de boue à l’aide de terre ou d’argile, ce n’est pas bien difficile à faire. Il est possible de se servir d’une piscine gonflable pour enfant et/ou d’une bâche plastique.

Une fois votre boue constituée, vous pouvez très bien l’utiliser en dehors de tout aspect SM. Le mieux est de commencer par embrasser votre partenaire en jouissant de la pensée de ce que vous allez faire, vous vous déshabillez et vous vous caressez pour vous mettre en situation d’éveil. Vous mettez vos pieds dans la couche de boue et vous vous recouvrez mutuellement le corps avec vos mains en commençant par les mollets, les cuisses pour remonter vers le haut du corps. L’un des intérêts du fétichisme de la boue c’est qu’il laisse la part libre aux caresses manuelles et aux massages de l’ensemble du corps qui sont si souvent oubliés (et oh combien à tort !) dans le cadre des rapports classiques. Il est extrêmement agréable de sentir les mains de son partenaire s’occuper de vous, parcourir votre corps et vous enduire de douces matières qui donnent aux contacts tactiles tout son sens, contact tactile qui avec le plaisir des yeux est le maître des jeux autour de la boue. Il ne s’agit pas d’atteindre l’orgasme mais d’échanger et de prendre du plaisir par le jeu et un maximum de caresses. (Un acte sexuel ne comporte pas forcément la recherche de la jouissance, cela ne veut pas dire que je suis dédaigneux, loin de là des caresses buccales ou des pénétrations. Le bain de boue n’est qu’une simple pratique dans le vaste champ que recouvre la sexualité, pratique occasionnelle mais fort agréable). En pétrissant le corps de votre partenaire, vous allez avoir l’impression de partir à sa découverte, de le sentir plus charnel, plus présent. C’est un plaisir que ceux d’entre vous qui ont déjà eu l’occasion de manier l’argile et de faire de la poterie comprendront. Prenez plaisir à laisser aller vos mains, tripotez-vous à loisir, goûtez l’étreinte de vos corps, savourez le glissement de vos enveloppes charnelles l’une sur l’autre.

Lorsque vous vous sentirez repus, il va falloir se départir de la plus petite particule de boue. C’est du boulot ! Rassurez-vous, ce n’est pas désagréable au contraire. Une fois vous et votre partenaire redevenus propres comme des sous neufs, vous pouvez passer à autre chose mais si vous ne vous vous sentez toujours pas apaisés, rien ne vous empêche de rejoindre le lit pour y poursuivre vos ébats.

Vous pourrez consulter d’autres belles images de bains de boues dans la galeries (section jeu et sports)

Ce contenu a été publié dans autres, Documentation, jeux, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>