Lettres coquines de Guy de Maupassant

Lettres coquines de Guy de Maupassant

Lettre de Gisèle d’Estoc

Mon amant,

Depuis quelques jours j’ai une idée folle, une idée de printemps, une idée d’amour. Aller nous aimer quelque part, en pleine nature. Te souviens-tu de cette véritable alcôve de verdure que nous avions découverte près de Bezons, en remontant la Seine ? Au fond, j’ai toujours eu horreur de faire l’amour dans une chambre, dans un lit, comme tout le monde. Je trouve cela affreusement banal et bourgeois et je suis obligée d’étouffer ces cris qui augmentent encore mon plaisir. J’ai toujours rêvé de faire l’amour un jour d’été en pleine campagne, couchés dans les hautes herbes, avec les odeurs de la terre, le bruit des insectes. On doit avoir vraiment l’impression de faire partie du soleil, de la terre et du vent. L’homme capable de comprendre mon désir m’a toujours manqué. Mais toi, Guy, le vrai faune, ne voudrais-tu pas partager mes sensations ? Ne sais-tu pas que je suis ta sœur en désirs  » interdits  » ?

Gisèle

Lettre à Gisèle d’Estoc

Ma chère amie,

Il faut absolument que vous veniez dîner chez moi vendredi. Vous y trouverez Catulle Mendès, plus une jeune et jolie femme, son amie, ravagée par des désirs féminins… elle n’en dort plus… et n’a jamais…

Mais par Lesbos, ne soyez pas aussi (comment dirai-je)… prompte qu’avec celle de l’Opéra. Du moment que vous jouez un rôle d’homme, soyez homme, morbleu, et réservée en public !

Hel… qui ne demandait pas mieux, comme vous avez pu le voir d’abord a reculé ensuite devant votre… violence. Comment avez-vous pu être aussi entreprenante devant ces hommes qui ont raconté partout la chose, de sorte que l’amant d’Hel… prévenu a parlé morale et l’a reconquise.

Celle de vendredi est une innocente, mais une innocente toute prête à tomber – mariée – posée. Et ce désir bouillonne en elle tellement qu’à ses heures d’amour elle crie à son amant :  » une femme, une femme, donne-moi une femme !  »

Voilà qui peut être adorable.
[…]
Mille baisers.

Lettre à la Comtesse Potocka

Ma chère amie,

(…) Quel malheur que vous ne soyez point restée l’autre jour.
Il en est venu deux autres… et… nous sommes rentrés chez moi… et… çà a été vraiment une des choses les plus drôles qu’on puisse imaginer… dans cet ordre de choses !!!

Voulez-vous être du même dîner, le mois prochain ? Il s’annonce fantastique. Rien que trois hommes .. et six femmes – Quelle audace de notre part !

Je vous baise les pieds et les mains ma chère amie – et je trouve que c’est bien peu.

 

Ce contenu a été publié dans Textes divers, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Lettres coquines de Guy de Maupassant

  1. asemir dit :

    intéressant et innatendu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>