Sous l’Aile de Madame et Monsieur 3 par Mondoi

Sous l’Aile de Madame et Monsieur 3 par Mondoi

Après lui avoir lavée et essuyée les fesses, Gabie l’embrasse sur la bouche en lui disant qu’elle devient femme à présent. Elle lui vaseline copieusement l’anus pendant que la cuisinière se ceinture d’une verge de latex de belle taille. Annie en porte une également, mais plus mince, elles viennent un instant autour du pot de chambre pour en contempler et commenter le contenu évacué. La femme de chambre semble la plus intéressée et friande de ce qui s’y trouve, elle en profite même pour s’accroupir au-dessus et ajouter sa touche personnelle en y déposant après quelques contractions rectales, une sculpture bien moulée…

Puis les choses s’enchaînent, la cuisinière enfile l’anus souillés d’Annie de son gros traquenard pendant que Gabie sensibilise celui de Marie en y introduisant différents jouets, chapelet de boules, plug, puis vibros et godes de différentes tailles. Marie sent qu’elle se fait élargir progressivement mais supporte la chose sans douleur car masturbée en même temps, c’est Gabie qui annonce aux deux autres que son trou est prêt, de suite, Annie vient la prendre par les fesses en levrette, après quelque va-et-vient bien sentis, elle laisse sa place à la cuisinière qui lui éclate le conduit avec sa bite énorme. Elle hurle…

Jamais, même pendant ses défécations difficiles de constipation dures et épaisses, elle n’a ressentie une telle douleur. Annie semble très excitée par sa souffrance et encourage la cuisinière à lui défoncer l’ouverture, pour en ajouter à cette domination, elle vient lui uriner au visage. Gabie vient derrière elle et lui fiste l’anus de quatre doigts en essayant de lui rentrer la main entière, maintenant Annie hurle aussi, mais la main finit par faire son chemin et c’est un avant-bras qui lui sort du cul, la cuisinière se branle sauvagement en enculant Marie qui se remet à pisser sous elle en pleurant, elle pense à Fabien…

De son côté, son amoureux vaque à ses occupations avec le jardinier sans savoir ce qui ce passe entre les femmes, prit d’une petite envie, il se débraguette et va uriner contre une haie. A peine a-t-il commencé sa miction qu’il sent une main lui caresser les fesses, il se retourne et découvre le jardinier derrière lui, le sexe à la main, il va pour protester mais l’homme lui saisit la verge en lui disant qu’il va lui la tenir, Fabien en est gêné sur le coup mais ne cherche pas à lui échapper de peur de s’arroser le pantalon lui-même. Le jardinier le branlotte légèrement tout en lui caressant l’entre fesses affectueusement…

- Tu as un bel engin dis donc… lui dit-il
- Mais… heuuu…! Je ne suis pas… Heuuu…!
- Moi non plus… Mais il n’y a pas de mal à se rendre service… lui murmure l’homme
- Ah…?! Mais quand même… ça fait bizarre…!
- Bizarre… Mais agréable… Tu ne trouves pas…? lui dit le jardinier en le décalottant
- Bin…! Heuuu…! bredouille Fabien qui commence à trouver la caresse sensitive
- Tu peux toucher la mienne aussi… Si tu veux… lui dit l’homme en approchant son bas ventre
- Mais… Heuuu… j’ai jamais fait ça…! proteste le jeune homme
- C’est pas compliqué tu sais… Fais comme moi… lui dit le jardinier en lui prenant la main

Il la guide pour la poser sur sa queue qui se dresse, une tige de chair semblable à la sienne, la chose est douce et chaude, elle durcit encore au contact de sa paume. Fabien est troublé, il n’a jamais touché un autre sexe que le sien et il revoit avec inquiétude la scène de l’autre jour avec le chauffeur. Il a fini son pipi et commence à bander sous les attouchements digitaux, les doigts effleurant son anus lui rappelle les caresses de la femme de chambre et il en ressent les mêmes sensations agréables, il sent sa volonté fléchir et se laisse faire par l’homme qui vient de se pencher pour le prendre en bouche…

- Je vais t’essuyer tes petites gouttes…Lui dit-il en lui léchant le méat urinaire

Puis il avale entièrement la hampe entre ses lèvres serrées en anneau. Fabien en frémit, mais ce n’est pas de honte, c’est parce qu’il en ressent du plaisir. Bien sûr, Marie le lui a déjà fait quelques fois, mais sans conviction, juste pour le faire, mais là, la fellation du jardinier est beaucoup plus sensitive. Cet homme sait le faire constate Fabien, et même très bien, alliée aux caresses sur son petit trou, la chose devient merveilleuse, il bande comme un âne et le jardinier le lui fait remarquer en lui disant qu’il a l’air d’aimer ça, Fabien ne répond pas, alors l’homme, prenant ça pour de la timidité, l’entraîne au cabanon.

Une fois à l’intérieur, il le fait s’adosser à l’établi puis lui baisse pantalon et caleçon. La bouche de l’homme est partout, léchant la verge, suçant le gland, happant les bourses dont il masse les boules entre ses lèvres. Des doigts humides lui caressent la raie et l’orifice anal, inconsciemment, Fabien reproduit le conseil donné par la femme de chambre pour s’ouvrir de l’anus, il pousse légèrement et un doigt saliveux le pénètre, le voilà sucé et doigté par un homme, le plaisir est plus fort que sa gêne, son hétérosexualité s’en trouve à présent modifiée. Il ne se cherche pas d’excuse, il aime ce qu’on est en train de lui faire…

Mais voilà que le jardinier se redresse en faisant comprendre au jeune gars qu’il aimerait bien quelques câlineries lui aussi, et surtout de goûter autrement à l’engin de Fabien. Il baisse son pantalon et son vieux slip kangourou blanc, du moins, anciennement blanc car un peu jaune devant, puis il s’accoude à l’établi en tendant sa croupe à Fabien. Il lui demande alors la faveur de se faire embrasser l’anus avant de se laisser sodomiser, le jeune homme pense d’abord refuser, lécher un anus est au-dessus de sa volonté, il préfère lui faire une pipe si il veut, lui mettre un doigt dans le cul, l’enculer même, mais pas ça…

Le jardinier crache dans son mouchoir, se nettoie la rondelle et s’essuie la raie…

- Voilà dit-il, comme ça c’est propre, tu peux y mettre ta langue…
- Et pense que tu vas m’enculer après… Tu as déjà enculé ta copine…?
- Heuuu… Non…. Jamais…
- Et bien je vais être ton premier trou de balle… Tu vas voir comme c’est bon de se faire un cul…
- Mais c’est sale la dedans… Vous avez fait un lavement ce matin…?
- Non… mais j’ai déjà fait caca… Tu te fais des lavements toi…?!
- Heuuu… Pas moi… on m’a fait…
- Ha ha ha…! Je suis sure que s’est Annie… pas vrai…?
- Mouiii…
- Et tu as aimé ça…! Hein…?! Petit cochon…
- C’était pour la propreté…!
- Oui…! Je connais bien Annie et ses lavements…! Elle t’a fait le cul aussi…? Avec ses doigts…?
- Heuuu… Mouiii…
- Et t’a aimé aussi hein…?
- Mouiii…
- C’est bien ça… Alors je t’enculerai aussi… Es-tu puceau des fesses…?
- Mouiii…
- Hummm… C’est bon ça… Un petit trou bien serré à dépuceler… Je te le ferai… Mais moi d’abord…

L’homme lui tend son derrière en le gigotant, exigeant le coup de langue avant le coup de bite. Fabien lui cède, maintenant que sa raie est plus propre, il s’agenouille, li écarte les fesses des deux mains, et plonge sa bouche dans le sillon velu, l’odeur est supportable, le gout aussi, il couvre l’orifice plissé de petits bisous affectueux, il ne sait quoi faire d’autre, l’homme réclame sa langue et lui dit comment faire avec ses lèvres. Fabien obéit et lui mange l’anus, le jardinier doit pousser sur son sphincter car l’orifice s’ouvre sous les caresses, la langue dedans, la langue dedans lui susurre-t-il, Fabien l’entre en lui…

Il s’évertue à lui faire plaisir pendant cinq longues minutes, puis le jardinier réclame enfin la pénétration en venant le sucer de nouveau pour qu’il soit bien dur, puis satisfait par l’érection qu’il présente, il se « réaccoude » sur l’établi en lui offrant son cul, Fabien se salive le gland et le pose contre la petite porte entrouverte, comme Fabien est hésitant, l’homme demande à être enfilé d’une traite, il le pénètre d’un coup de rein, l’étroitesse du lieu lui brule la verge…

Le jardinier exige tout le morceau, et bien au fond, Fabien lui donne ce qu’il veut, ensuite l’homme réclame d’être besogné, le jeune le défonce…

Fabien en est à une dizaine de coups de queue quand la porte du cabanon s’entrouvre, c’est le chauffeur qui les surprend en plein coït anal. Fabien tente de s’excuser, mais de quoi, il est pris en flagrant délit sodomite, sa verge plantée dans l’anus du jardinier. Le chauffeur ne crie pas au scandale non plus, c’est un cul qu’il a déjà visité plusieurs fois, il fait signe au jeune homme de continuer sa besogne et s’approche de lui, intéressé par la taille de ce qu’il met dans le cul du jardinier, mais aussi par ses fesses qu’il commence à tripoter, un doigt s’insinue dans son rectum et le fouille, il se laisse faire, continuant de limer..

A suivre

 

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Sous l’Aile de Madame et Monsieur 3 par Mondoi

  1. roger roger dit :

    L’augment est tellement faible que les cènes chaudes apparaissent comme artificielles

  2. Oufiri dit :

    Franchement ça devient n’importe quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>