Noémie, ma soumise par Romain54

 

 

Je vais vous raconter comment a commencé la déchéance de ma voisine, comment elle est devenue ma soumise.

Je vis depuis quelques mois dans un grand immeuble à Nancy. Je suis un jeune cadre dynamique comme on dit, j’ai 24 ans et depuis plusieurs années déjà j’ai eu des relations sexuelles basées sous le signe de la domination avec des femmes d’âges différents et certaines de mes copines. Hélas pour moi, je n’ai jamais eu de relations vraiment suivies dans le temps avec une soumise… Mais tout cela va changer avec l’arrivée de mes nouveaux voisins.

Il y a deux appartement par étage, simplement séparés par un mur pas très épais. Jusqu’à peu j’étais seul à mon étage mais depuis deux semaines un jeune couple s’est installé à côté. Ils sont venus se présenter le soir de leur emménagement : Vincent et Noémie, lui un homme de 20 ans, un physique assez banal mais pas moche et un certain charme, mais c’est surtout elle qui m’a marqué. Noémie est une métisse de 19 ans, des cheveux bouclés, des yeux couleur caramel, un corps très mince est des formes affolantes. Je me demande comment elle peut être toute mince et avoir une aussi grosse poitrine et d’aussi belles fesses rondes et qui semblent fermes dans son jean moulant.

Après avoir échangé des banalités d’usage sur le palier, les présentations étaient faites et je ne leur ai reparlé qu’une fois, un soir où ils sont venus me demander une bouteille de lait. Mis à part ça se sont des voisins discrets et nos échanges se limitent à un  » bonjour  » lorsqu’on se croise sur le palier, même si j’en profite à chaque fois pour reluquer Noémie, qui est vraiment sublime. Mais cette après-midi tout bascule…

Alors que je travaille depuis mon ordinateur chez moi, il me semble entendre des gémissements. J’arrête de taper sur le clavier et je tends l’oreille. Mon canapé étant contre le mur qui me sépare des voisins, je comprends vite que les gémissements de plaisir que j’entends sont ceux de ma jeune voisine, qui visiblement prend son pied. J’entends Noémie crier son plaisir sans retenue et gémir sous les coups de boutoir. Cela dure quelques minutes puis plus de bruit. Je pense alors que le jeune couple a fini ses ébats. Mais à ma grande surprise quelques minutes après, j’entends la porte s’ouvrir. Curieux, je regarde par l’œilleton de ma porte et je vois un homme que je ne connais pas sortir de chez ma voisine. Je comprends donc que ma voisine trompe son copain et visiblement cette petite salope adore ça. Dès lors je n’ai plus qu’une idée en tête : qu’elle le trompe avec moi…

Une semaine plus tard à la même heure, j’entends de nouveaux Noémie crier son plaisir. J’attends que son amant finisse et parte puis, prétextant lui demander de me prêter du sucre, je vais sonner… Noémie qui pense que c’est son amant qui a oublié quelque chose m’ouvre sans regarder.

- Alors tu as oublié ton caleçon petit coquin ?
- Salut Noémie. C’est Romain, ton voisin.

Je vis ma jeune voisine rougir instantanément lorsqu’elle découvrit que c’était moi et non pas son amant.

- Salut Romain.
- Rassure toi je n’ai pas oublié mon caleçon.
- Désolé je croyais que c’était quelqu’un d’autre.

Noémie avait les joues toutes rouges et le regard baissé. Moi je jubilais et décidais de mettre en route mon plan pour tenter de la conquérir et finalement se sera plus simple que prévu…

- Tu pensais que c’était le jeune homme que je viens de voir sortir ?…

- Euh… oui. Viens entre.

A ma grande déception elle a eu le temps de se rhabiller. Elle porte un short en jean qui moule ses petites fesses rebondies, d’une rondeur parfaite et dévoile ses jambes fines à la peau couleur caramel, ainsi qu’un simple tee-shirt blanc qui moule sa forte poitrine toujours aussi surprenante sur une fille aussi mince. Rien que de marcher derrière elle dans le salon, j’ai déjà le sexe qui réagit dans mon jean. Elle s’assoit sur le canapé et je me mets à côté d’elle. Et sans que je dise quoi que ce soit, elle commence à me parler de son amant comme pour soulager sa conscience.

- Tu dois me prendre pour une vraie salope de tromper Vincent (son copain) comme ça.
- Non. Tu sais, je ne juge pas les gens sans savoir, j’imagine que tu dois avoir tes raisons.
- Ne te méprends pas, Vincent est un bon chéri, il est gentil et fait ce qu’il peut pour moi. Mais il n’est pas assez souvent à la maison et son boulot le fatigue donc il a rarement la force de me faire l’amour le soir et quand il me fait l’amour il n’ose pas me brutaliser un peu, il est toujours doux et moi je reste un peu sur ma faim… A mon âge j’ai un gros appétit sexuel alors je le trompe mais c’est passager, d’ailleurs mon amant ne me plait pas vraiment, c’est vraiment juste du sexe.

Noémie m’a raconté tout ça d’une traite, comme pour se soulager d’un coup de ce qu’elle avait sur le cœur. Je la sens honteuse, le regard baissé. Je comprends que c’est le moment de tenter ma chance.

- Je comprends, le sexe est important dans un couple, surtout à notre âge. En effet j’ai cru entendre que tu aimais être brutalisée tout à l’heure…
- Tu m’as entendu crier ?…
- Oui et tu ne faisais pas semblant. Ce n’est pas grave au contraire.

Noémie rougit encore plus, sa peau caramel tranche avec la rougeur de ses joues. Elle n’ose pas répondre, j’ai l’ascendant alors j’en profite, elle m’excite trop.

- Tu sais, j’ai trouvé ça un peu excitant de t’entendre crier. Tu es une superbe fille alors t’entendre jouir ça m’a fait de l’effet. Et puis moi, j’aime dominer les femmes sexuellement.

Puisqu’on en est aux confidences moi je cherche une soumise. Pour la dresser et pourquoi pas partager ma vie.

Noémie qui n’avait pas bougé et continuait de regarder vers le sol, posa son regard dans le mien, ses yeux bruns me traversaient puis à ma grande surprise elle me dit :

- Alors fais de moi ta soumise, je rêve d’apprendre à obéir à un bel homme. Tu me plais, dresse moi, je promets d’être une bonne soumise.

Il me faut quelques secondes pour encaisser cette phrase. Un rêve se réalise mais je me reprends.

- Et ton copain ? Attention, être ma soumise veut dire renoncer à tes limites, suivre mes ordres et mes envies. T’offrir à moi corps et âme. Bien sûr en échange je veille sur toi, ton bien être, ton bonheur et ton plaisir.
- Je sais ce que cela veut dire, je me suis beaucoup renseignée et j’ai discuté avec des maitres en cachette de Vincent. Il ne me satisfait pas, je ne suis pas amoureuse de lui, je veux le quitter.
- Ok, alors je veux bien te prendre à l’essai, un mois. Pour l’instant tu ne le quittes pas. Vu qu’il n’est pas souvent là, on aura du temps pour ton dressage. Si tu me satisfais, dans un mois tu le quittes et tu emménages chez moi. Bien sûr tu continues tes études. Ok… ma soumise ?
- Oui maitre…

Ces mots dans la bouche de cette magnifique jeune fille m’excitent. Sans hésiter, je baisse mon jean et mon caleçon et dévoile mon sexe…

- Alors commence pas sucer ton maitre, Noémie ma soumise !

A suivre

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Noémie, ma soumise par Romain54

  1. Benny dit :

    Un peu plus de subtilité dans ce récit dans lequel il se passe rien aurait été le bienvenu.
    Le dialogue entre Noémie et le narrateur est complètement irréaliste et ne tient pas debout.

    PS : j’ai vu que l’histoire était à suivre, j’ai donc lu les deux chapitres suivants (en diagonale), c’est une catastrophe. A la limite comme le dit un lecteur dans son commentaire, ce récit n’a rien à voir avec la ligne du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>