Natacha… Vendredi Chapitre 1 par Natacha01

 

 


Vendredi, 11h45 quelques dossiers à boucler et je serai enfin en week-end. J’ai prévu de passer le week-end avec ma femme et mes enfants, je ferai les courses en ce vendredi après-midi, ça nous laissera plus de temps libre pour ce week-end… Mon portable vibre, un sms. Je jette rapidement un œil dessus, c’est ma femme, sans doute pour me souhaiter une bonne après-midi… je le lirai plus tard, pour l’instant il faut absolument que je boucle mes dossiers pour pouvoir partir dès 12 h si possible.

Ouf !

Voilà tous les dossiers en instance sont finalisés et je vais enfin pouvoir profiter de mon après-midi. Voyons ce que me voulait ma femme tout à l’heure…

« Mon chéri, rentre vite à la maison, tant pis pour les courses, mais ce week-end, je sors avec Natacha »…

En lisant ces lignes sur l’écran de mon smartphone, une chaleur envahit mon ventre. Natacha c’était moi, mon double féminin que ma femme fait parfois sortir… J’allais donc passer le week-end en Natacha, il fallait absolument que je rentre à la maison, ma femme aime la perfection et si elle veut passer le week-end avec mon double féminin, il faut que je sois épilée, maquillée. Elle ne tolérera aucun manquement. Je dois être la plus féminine possible. J’hésite entre l’excitation la plus totale et la crainte, car lors des dernières fois où Natacha était là, ma femme avait commencé à me dominer. C’était nouveau pour nous deux.

Arrivé chez moi, je trouve sur la table de la cuisine un petit mot me disant que ma femme envoyait nos enfants en garde chez ses parents, qu’ensuite elle faisait du shopping et qu’elle sera à la maison à 20 h. Elle me précisait que Natacha devait être prête de la tête aux pieds et qu’elle avait prévu ses vêtements dans notre chambre. Une fois dans la chambre, je contemple la tenue que m’a prévue ma chère et tendre épouse.

Ce soir (ce week-end ?) je porterai une guêpière corset noire et rouge avec des bas noirs. Ma femme m’a prévu un string noir également et mes escarpins aux semellex rouges (imitation d’une marque célèbre) mais 12 cm quand même !! « Ma » perruque au carré brune, des faux seins et par-dessus tout cela, mon épouse m’avait préparé une robe dite de soirée rouge… il y avait également un petit paquet cadeau… un mot dessus, à n’ouvrir qu’une fois Natacha prête. Bien évidemment, même si j’étais tenté, je respecterai les directives de ma femme.

Il ne me restait plus qu’à me préparer : d’abord me faire couler un bon bain bien chaud, préparer la crème dépilatoire, sortir mon maquillage, mes faux ongles, mes cils factices… ne rien oublier, être parfaite pour la femme que j’aime par-dessus tout … J’avais du temps devant moi, mais pas trop…

Une fois le bain coulé, je me glissai dedans avec volupté et fermai les yeux… me remémorant comment Natacha étais née. Notre couple s’engageait vers la voie « routine », nous nous aimions bien évidemment mais entre les enfants qui grandissaient, le boulot, notre vie intime, telle la peau de chagrin, se réduisait de plus en plus. Un soir alors que nous faisions l’amour et où je remerciai ma femme de s’être apprêtée sexy avec de la lingerie, elle me regarda fixement et me dit : « Si tu savais le temps que je passe à me préparer pour te satisfaire ». Je me souviens avoir souri, elle n’apprécia pas mon sourire et me dit le plus sérieusement du monde que la semaine prochaine, elle enverrait nos enfants chez ses parents et qu’elle verrait combien de temps je mettrai à me préparer en femme fatale. Je lui répondis :

- N’importe quoi, je suis un homme, je n’ai pas à faire ce genre de trucs
- Tu vois, tu as peur, comme tous les hommes… et ça mettrait du piment dans nos relations… Tu sais que j’aimerais faire l’amour à une femme… Tu ne voudrais pas être cette femme ? Ou alors je te trompe avec Béatrice ?? Béatrice, sa meilleure amie, son amie d’enfance, une femme superbe 1 m 71 de sex-appeal… malheureusement, pour les hommes, lesbienne…
- …
- Tu vois, tu ne dis rien, allez s’il te plait, la semaine prochaine, laisse-moi te travestir, on rigolera bien, et je te promets que j’accepterai d’être sodomisée… ça fait longtemps et je sais bien que tu adores cela…

Cette dernière promesse finit de me convaincre, allez, pourquoi pas, une fois… Voilà comment tout avait commencé il y a maintenant 4 ou 5 ans et trois, quatre fois par an, je devenais Natacha et au fil des années mon travestissement s’était amélioré, notre vie sexuelle s’était également relancée et j’avais découvert, quand Natacha était présente, du plaisir à me maquiller, me féminiser et à me faire sodomiser par ma femme par un gode-ceinture que nous avions acheté. Un bon psy aurait sans doute vu là, un certain dédoublement de personnalité, mais quand j’étais Natacha, Marc le consultant disparaissait totalement sous le mascara de Natacha.

De me remémorer mes débuts, j’avais une érection, je ne pouvais m’en occuper de suite, devant d’abord m’épiler intégralement. La crème dépilatoire fit son effet et lorsque je me rinçai, la baignoire était pleine de poils, et moi je n’en avais plus un. Hélène, ma femme serait contente… restait à me préparer. Une fois sortie du bain, il me fallut coller mes faux seins puis je passai la guêpière/corset et me rendis compte que le régime cantine n’étais pas le bon, car j’eus du mal à la fermer correctement… Après quelques minutes je réussis néanmoins, je me sentis cintrée dans cette guêpière et justement j’adorai cela,. Tendre mes bas sur mes jambes toutes douces ne fit qu’accentuer mon érection et je ne pus décemment pas passer mon string, mon érection étant trop forte. Je me décidai donc à me masturber lentement, mon éjaculation vint rapidement et mon sexe reprit sa taille normale, c’est à dire une petite taille, un petit escargot qui prit presque naturellement sa place dans le string.

Restait l’opération maquillage mais avant de me lancer dans le maquillage, il me restait la perruque à ajuster… déjà devant le miroir de la salle de bain, je ne ressemblai plus trop à un homme mais pas encore à une femme. Depuis les années, j’avais acquis une certaine aisance pour me maquiller et la pose des faux cils ne fut qu’une formalité… Je finis par un rouge à lèvres rouge sang, rouge à lèvres de la même couleur que les faux ongles longs que je collai. J’étais presque prête. Je me regardai dans le miroir de la salle de bains et je vis une belle femme un peu carrée des épaules, mais terriblement sexy dans sa guêpière, ses bas parfaitement ajustés, son maquillage soigné. Oh évidemment un œil expert aurait bien vu que cette femme n’en était pas tout à fait une… Il ne resta que ma robe à passer quand je me souvins du paquet que ma femme m’avait laissé sur notre lit. Je filai le chercher, l’ouvris et découvris un plug anal avec un bijou au bout, avec ces mots de ma femme…

 » Je veux que tu l’enfiles et que tu le gardes jusqu’à mon arrivée ce soir… et ne cherche pas la vaseline, je l’ai emportée avec moi, débrouille toi pour te l’enfoncer à sec… »

Je mis un peu de temps à introduire le plug dans mon fondement, je n’étais pas habituée sans lubrifiant et mon petit trou mit un peu de temps à s’élargir et à accepter complètement ce plug, sensation nouvelle pour moi, car si j’étais habituée à un gode qui coulissait bien dans mes fesses, d’avoir cet objet en permanence dans mes fesses me gêna au début. Je remis mon string, enfilai ma robe et mes escarpins. Je fus fin prête, il ne me resta qu’à attendre mon épouse…

J’avais 2 h 30 devant moi, je vis alors que ma femme m’avait envoyé un sms pendant que je faisais renaitre Natacha. Je devais mettre la table pour une personne et préparer à manger. Tous les ingrédients étaient dans le frigidaire. Je me mis au travail, la cuisine étant un passe-temps que j’appréciai. Par contre je m’inquiétai un peu de ne mettre le couvert que pour une personne. Nos soirées Natacha étaient chaudes sexuellement mais nous n’étions pas dans des rapports de soumission. Je sentis qu’Hélène voulait expérimenter un peu ce côté-là, mais je ne me sentis pas prête… bref, on verrait bien ce soir… Le diner fut vite prêt et je préparai également l’apéritif, ma femme ayant eu la bonne idée de mettre du champagne au frais. Je commençai à m’habituer au plug, trouvant cette présence plutôt agréable, et me doutant bien que mon anus serait dilaté, si ma femme voulait me sodomiser… et Natacha s’était toujours fait sodomiser depuis qu’elle existait.

20 h précises. On sonne à la porte… j’espère que c’est ma femme car personne ne connait Natacha. Je file à la porte d’entrée, mes talons claquent sur le carrelage, un coup d’œil à l’œilleton, c’est ma femme, ouf !!

Je lui ouvre,

- Ah Natacha ! C’est pas trop tôt, aide moi à porter mes paquets et apporte-les dans la chambre.
- Bien sûr ma chérie.

Je dépose les 4 paquets venant de marques de prêt à porter, ainsi qu’un sac venant d’une boutique de lingerie de luxe, et un sac sans aucune indication, avec un petit paquet à l’intérieur.

- Tu es très belle Natacha, tu as fait ce que je t’ai demandé ? Tourne-toi, remonte ta robe…

Je m’exécute, Hélène baisse mon string… me félicite d’avoir en moi le plug et me flatte les bourses…

Elle sort alors l’appareil photo de son sac et commence à me prendre en photo !

- Que fais-tu !!???
- J’immortalise Natacha. Tu es très belle et j’ai décidé d’ouvrir un blog, nous y mettrons des photos de nous 2…
- Je ne suis pas d’accord !! Ça ne va pas non? N’importe qui peut tomber sur ce genre de photos, j’aurais l’air de quoi ! ?
- Tu préfères un blog adulte ou ton mur Facebook ??
- Euh… évidemment…
Tu es une bonne fille Natacha… maintenant, fais-moi couler un bain, que je me prépare aussi pour notre week-end entre nanas.

Je file faire couler le bain et j’entends de la chambre Hélène qui me hèle :

- Natacha ! Que penses-tu de mes achats ?

Et de me montrer un corset en cuir ou simili, avec une paire de bottes aux talons aiguilles de 14 cm au moins !

- Je trouve cela très beau et cela t’ira à ravir!
- Tu m’aideras à serrer mon corset ?
- Bien sûr, ma chérie.
- Et une fois que tu m’auras serré mon corset, tu m’appelleras uniquement Madame Hélène ! C’est compris ?
- … Oui…
Je suis un peu décontenancée par son ton, mais je ne suis pas totalement surprise, je sens bien depuis quelques temps, qu’elle veut dominer Natacha pendant nos jeux… J’attends avec un peu d’appréhension la suite des évènements…

- Natacha ! Viens m’aider à sortir de mon bain, sèches moi et aides moi…

J’aide ma femme à sortir de son bain, la sèche et lui passe son nouveau corset, l’aide à le serrer… elle est superbe !!! Nue avec son corset… je sens mon excitation monter… mon string en dentelle devient trop étroit.

- Lèches moi !!

L’ordre claque dans la salle de bains… je me mets à genoux devant elle, je glisse ma langue dans son intimité, à la recherche de son bouton d’amour, ma lange lèche, déguste son nectar, je m’attarde sur ses lèvres, je m’applique du mieux que je peux… mon sexe est en totale érection… une bosse déforme ma robe…

- Stop ! Va dans ma chambre chercher mes bottes…
- Oui madame Hélène.
- C’est bien petite salope, tu comprends vite…

Quand je reviens dans la salle de bains avec les bottes, Hélène a enfilé ses bas, attachés à son corset, elle a remonté ses cheveux en arrière et s’est fait une queue de cheval, lui donnant un air autoritaire que je ne lui connaissais pas… Je l’aide à enfiler ses bottes. Perchée sur ses 14 cm, son corset, ses bas, elle me fait presque frissonner, d’autant plus qu’elle a surligné ses yeux d’un mascara noir…

- Natacha, petite salope, rien ne te choque dans ta tenue ??

Interloquée, je me regarde dans la glace… je me trouve plutôt féminine… j’ai réussi mon maquillage… ah zut… j’ai oublié les boucles d’oreilles et collier de perles qu’elle aime me voir porter…

Je me dirige vers la boîte à bijoux pour mettre « mes » bijoux. Ma femme, goguenarde me regarde m’apprêter. Voilà, c’est fait.

- C’est mieux ainsi Madame Hélène ?
- Petite salope, tu crois qu’une femme digne de ce nom déforme sa robe de soirée avec une érection ???
- Euh…
- Dans la chambre, vite petite salope !
- Bien madame Hélène
- Allonge-toi !

Hélène se met alors à califourchon sur moi, me donnant son sexe à lécher, soulève ma robe, baisse mon string en dentelle et commence à me sucer. Elle fait jouer sa langue sur mon gland, remonte le long de ma tige… et de sa main, fait jouer le plug que j’ai toujours dans les fesses, c’est trop bon… Je sens le plaisir monter en moi, je ne sais si c’est sa langue ou les mouvements du plug… mais je ne peux me retenir… j’en informe ma femme, qui accélère les mouvements du plug et serre fort mon gland et je jouis dans un râle et dans sa bouche… elle aime avaler…

- Humm c’était bon ma chérie… non ?
- Oui ché…
- Oui madame Hélène…
- J’ai failli jouir aussi, tu te sers merveilleusement bien de ta langue. Mais maintenant on va attendre que ton sexe de salope se rétrécisse…

Il ne faut pas longtemps pour que mon sexe retrouve sa taille minimale, et c’est alors que madame Hélène sort d’un des sacs une petite boite. Elle l’ouvre en me disant :

- En cage ton petit oiseau !
- ???
- Et oui c’est une cage de chasteté, tu vas la garder tout le week-end, comme cela, je suis sûre qu’on pourra se gouiner comme 2 petites femelles en chaleur…
- Euh…
- Tu n’as pas le choix Natacha !!

À contre cœur…

- Bien madame Hélène.

Je me laisse encager. C’est clair que je ne pourrai plus bander avec ça. Et j’ai toujours le plug dans mes fesses, je suis habillée en femme… j’ai l’impression de perdre pied…

Elle remet délicatement mon string en place, réajuste ma robe, et en me regardant droit dans les yeux…

- Reprends où tu en étais ma chérie, lèches moi, j’ai tout mon temps…

Je prends alors place entre ses jambes et j’enfouis ma langue dans sa grotte, toujours à la recherche de son bouton d’amour…

- Tes mains !! Qu’elles caressent mes seins !

Drôle de position, où je suis allongée la tête entre les jambes de ma femme, mes bras en l’air cherchant ses seins. Je les caresse, joue avec les tétons… je sens la respiration de ma femme s’accélérer, elle resserre les cuisses sur mon visage.

- Hummm petite salope, je jouis. Je jouis…

Une fois la jouissance passée, elle me repousse

- Va préparer l’apéro.
- Ok
- Pardon ?
- Oui madame Hélène

Je pars dans la cuisine, juchée sur mes talons aiguilles, je sens ma queue encagée et ce plug dans mes fesses, j’ai une chaleur dans le ventre, je ne sais pas encore si c’est de l’humiliation ou de l’excitation, un peu des deux peut être.

Je débouche la bouteille de champagne, en verse deux coupes et demande à madame Hélène où je dois les servir

- Les servir ? Mais je n’attends personne, petite salope ! Sers moi ma coupe dans le salon et va faire chauffer le diner.
- Bien, madame Hélène.

C’est la première fois que ma femme me domine comme cela. D’habitude tout était centré sur le sexe, nous nous sucions, je la prenais, elle me sodomisait. Mais là… ce n’est pas comme d’habitude, je me sens perdu.

J’apporte le repas à ma chérie et elle me demande de passer sous la table, pour que pendant qu’elle mange, je la lèche une nouvelle fois. Me voici à quatre pattes sous la table, à la lécher. Je l’entends commenter le repas que je lui ai préparé.

- Hum… les pates aux Saint-Jacques sont parfaites.

J’ai la bouche remplie de cyprine… je lèche avec ardeur. J’adore lécher ma femme,

- Bien, maintenant débarrasse la table, petite salope de Natacha, et rejoins moi dans la chambre.
- Oui madame Hélène.

Une fois la table débarrassée, la vaisselle au lave-vaisselle, je rejoins ma femme dans la chambre. Elle est allongée sur le lit, elle a mis sur elle notre gode-ceinture, elle va me sodomiser…

Harnachée ainsi, elle me fait plus penser à une maitresse dominatrice qu’à ma femme.

- Petite salope, viens sucer le gode et lubrifie le bien, car je vais te prendre tes fesses et il n’y aura aucun autre lubrifiant que ta salive.

Je n’ai d’autre choix que de prendre ce phallus artificiel dans ma bouche. C’est la première fois et j’essaie de le sucer du mieux que je peux, en y mettant beaucoup de salive.

- On dirait que tu as sucé des queues toute ta vie !
- Hummpf…
- Tu y prends goût… je sens que tu préfèrerais une vraie queue… une prochaine fois…je chercherai pour toi !

Une vraie queue !!?? Non, aucune envie!!! J’aime bien me travestir, me faire sodomiser par un gode, mais une vraie queue… non, aucune envie…

- Mets-toi en levrette !

Je m’installe à quatre pattes sur le lit. Me retrouvant face à la psyché, je me vois femme à quatre pattes attendant d’être prise. Ma femme me retire le plug… et presque aussitôt, je sens le gland du gode qui se force un passage dans mes fesses. Si le plug m’a bien dilaté, le gode, plus gros finit de me remplir entièrement. J’aimerais bander, mais ma queue, emprisonnée dans sa cage ne peut grandir comme elle souhaiterait.

Ma femme commence alors des va-et-vient lentement, puis de plus en plus rapidement, en me traitant de petite salope soumise, de gouine… je sens en moi une grosse chaleur, j’aime sentir ce gode dans mes fesses, et de ne pas bander m’ouvre de nouvelles sensations.

De mon ventre part comme une décharge électrique, qui me parcourt tout le corps. Et tandis que ma femme continue de me pilonner les fesses, je jouis comme je n’ai jamais joui, je jouis sans éjaculer, mon sexe enfermé, l’impression que mon corps éclate en mille morceaux, je crois que l’espace d’une petite seconde, je perds connaissance, je m’écroule sur le lit. Je sens que ma femme se retire de mes fesses, elle vient me caresser en me disant qu’elle m’aime, en me demandant, si j’ai aimé…

- Si j’ai aimé ? Oui chérie, jamais ressenti cela…
- Alors à toi de me prendre maintenant, mais par devant.

Elle s’installe sur le lit, sur le dos, m’ouvre ses cuisses.

-Chérie, enlève moi cette chose, dis-je en lui montrant cette cage.

Elle éclate alors de rire

- Non Natacha, toi aussi tu vas utiliser le gode. Déjà il est plus épais et long que ton sexe, et tout le week-end, tu es une femme, n’oublie pas.

Je n’ai jamais été aussi humilié(e?) de ma vie. J’ai envie de pleurer mais j’accepte ce jeu de travestissement, alors je passe le gode-ceinture, m’en harnache. Une fois équipée, elle me prend en photo une fois de plus. Je ne sais comment je vais faire. Presque naturellement, je pénètre ma femme, je commence à donner des coups de reins, comme lorsque je la pénètre « naturellement »… elle me demande d’accélérer le rythme… continue de me prendre en photo… pour son blog… Et soudain, elle m’indique qu’elle va jouir, elle me prend dans ses bras et jouis longuement… Nous nous embrassons à bouche que voilà, nos langues violent nos bouches…

- Je t’aime ma chérie…
- Moi aussi je t’aime Hélène

Nous sommes sur le lit épuisées par nos efforts, ma femme me caresse amoureusement les bourses…

- Tu sais que j’aime quand tu es Natacha, tu es plus douce, plus sensuelle…
- Oui chérie, j’aime aussi, mais pour cette nuit, enlève-moi cette cage.
- Pas question! Le week-end n’est pas fini, mais allons-nous changer pour la nuit, j’ai un cadeau pour toi.

Une fois dans la salle de bains, ma femme m’offrit un petit sac, un paquet cadeau, je l’ouvris. J’y découvris une superbe nuisette violette et il y avait le string assorti… c’est la première fois que ma femme me faisait un cadeau féminin, mes vêtements et chaussures ayant toujours été acquis ensemble… j’étais émue…

- Merci chérie… je suis émue…
- Je vois… allez petite sotte, passe-moi cela…
- Humm… ça te va à merveille, vraiment. Et tu sais, ton oiseau en cage… sur ton sexe épilé, j’adore et de le voir en transparence sous ton string… ça me refait mouiller…

Elle me prit alors pour m’embrasser à pleine bouche…

- Allez, démaquille toi, le visage pour la nuit, mais garde ta perruque et tes ongles, tu gagneras ainsi du temps pour demain matin me dit-elle malicieusement.
- ???
- Et garde exceptionnellement tes bas pour cette nuit, j’aime bien caresser tes jambes soyeuses…
- Ok chérie.
- QUOI ?
- Oui Madame Hélène
- C’est mieux, va te coucher, je te rejoins, ah n’oublie pas de remettre ça pour la nuit…

Elle me tend le plug, je vais l’avoir toute la nuit !

Je file dans ma chambre et épuisée, je commence à m’endormir, en nuisette, string, encagé, un plug dans le cul. J’avoue que j’ai éprouvé des plaisirs jamais ressentis encore. Mais que me réserve ma femme pour demain ? Je suis à moitié endormie quand ma femme me rejoins, se love contre moi et me souhaite une belle nuit ma chérie, Natacha… sa main trouve naturellement sa place entre mes cuisses. Et nous nous endormons, amoureux…

natachatrv69@gmail.com

@ suivre… épisode 2 -  Samedi

 

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Natacha… Vendredi Chapitre 1 par Natacha01

  1. Cocuforever dit :

    Très bon récit, bien écrit, mais où est la suite?

  2. Talaiguil dit :

    Voilà une aventure très excitante. Il me hâte, moi aussi, d’en lire la suite !
    Et de savoir quelles chaussures à talons hauts ton épouse t’a achetées !?

  3. galwenne dit :

    super récit prenant et tellement réel.. je remplacerais bien natacha. :) j’ai adorée.

  4. galwenne dit :

    super ce récit j’adore. soft et tellement prenant. j’attend la suite… je me mettrais bien à la place de natacha :)

  5. Bobby dit :

    Trèes beau récits très bien écrit, un peu de domination soft juste parfais pour moi, surtout pas de vulgarité ou d’insulte exagéré.

    8/10 pour moi.

    J’ai hâte à la suite.

    Bobby :)

    • Natacha dit :

      Merci bobby… cela fait tres plaisir de lire que mon recit ai plus, je me mets a ecrire la suite de ce pas..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>