Melina, travesti amateur 10 – Première fessée par Mélina

 

Melina, travesti amateur
10 – Première fessée par Mélina

Suite à une de mes diverses annonces postées, un homme a pris contact avec moi. Il voulait me donner la fessée (entre autre chose), j’avais envie d’essayer. Nous avons pris rendez-vous chez lui pour un vendredi soir.

Je me suis donc préparée chez moi, comme d’habitude guêpière, bas à couture, slip de dentelles, un petit ensemble jupe et pull moulant ! Mes bijoux, un maquillage discret et me voilà parti chez lui.

Arrivée chez lui, je sonnais et René vint m’ouvrir. C’est un homme d’une cinquantaine d’année, grand (1,90 m) et pas mal.

Il me fit entrer et lorsque je le dépassais, il me claqua les fesses ! Je fus surprise, car on ne m’accueillait en général pas ainsi ! Je m’avançais donc chez lui et lui, toujours derrière moi, me demanda de m’arrêter et il m’enlaça. Il commença à ‘embrasser dans le cou, puis vint me mordiller l’oreille, avant de me mettre sa langue dedans ! J’aurai aimé me retourner pour lui rouler une belle pelle, mais il me serrait fortement contre lui. Je voyais bien que c’était lui qui dominait et que j’allais subir ses directives !

Ses mains me caressèrent lentement, puis la droite descendit, se plaqua sur mon clito, et le pressa fortement. Celui ci était gonflé de désir et il pouvait me le malaxer à travers ma jupe sans aucun problème. Puis sa main entreprit de remonter ma jupe, et je sentis ses doigts sur ma chair. J’en tremblais, sa main glissa vers mon entrejambe, j’avais bien entendu déjà écartée les jambes ! Elle vint se poser sur mon slip et recommença à me malaxer mon clito. Sa main gauche, était venue la rejoindre et elles me descendirent mon slip ! Il ne l’avait même pas regardé, à quoi bon se faire belle !

Mon slip glissa le long de mes jambes et d’un mouvement preste d’une jambe, je l’envoyais dans la pièce.

Il m’entraîna vers le canapé, mais du côté de l’appui dos, me dit de me pencher dessus afin qu’il puisse voir mes fesses. J’exécutais aussitôt cette demande et lui offrit mes fesses ! Et là il me demanda l’autorisation de me menotter.

Je refusais, je ne vais quand même pas prendre le risque insensé de me retrouver sans aucune défense face à un inconnu, il me proposa alors de m’attacher les mains avec un bandeau à cheveux, non noué de façon a ce que je puisse le retirer si le besoin s’en faisait sentir. J’acceptais

Il prit mes bras, les emmena en arrière et les immobilisa. C’est une drôle d’impression, ne plus pouvoir se servir de ses mains, être à la disposition de l’autre, mais j’en éprouvais un plaisir.
Il me caressa les fesses un moment en leur posant des bisous dessus, puis s’écartant, il commença à me fesser ! Je dois avouer que je ne fus pas très fière sur le coup, mais le réchauffement de mes fesses agit sur mon sexe, il durcit de désir. Je le laissais donc continuer tout en agitant bien mes fesses pour l’exciter. Voyant que j’y prenais du plaisir, malgré mes petits cris de vierge effarouchée ! Il me proposa d’essayer plus fort. J’acceptai et je le vis prendre un martinet !

Je lui demandai d’y aller doucement, car je ne savais pas si j’allais vraiment apprécier. Il opina et commença à me fouetter doucement. Le contact des lanières sur ma peau m’emplit de sensations agréables, j’aimais. Il le vit et ses coups furent plus appuyés, mais sans jamais dépasser le fil rouge de ma jouissance.

Après m’avoir bien fessé, il vint mettre sa queue contre mon cul et l’enfonça d’un seul coup sans aucun ménagement ! Il est vrai que des queues, j’en ai eu quelques-unes unes et qu’elles rentrent assez facilement en moi ! Je ne suis plus une petite pucelle.

Il me laboura de toute sa puissance tout en me pinçant les seins. Je criais de plaisir, mon clito était tendu contre le dossier du canapé et je ne pouvais même pas me caresser. Dans un dernier assaut, il laissa son sperme s’écouler en moi !

Il me redressa, me retourna et là je vis enfin cette queue qui m’avait déjà prise. Il me fit mettre à genoux et me présenta son pieu pour que je le lui suce. Sa queue était encore souillés de ma mouille , de son sperme et même d’un peu de merde, mais je l’avalais avec un réel plaisir, oui j’aime sucer une queue après qu’elle m’ait baisée.

Mais sans mes mains, le travail devenait un peu plus ardu, je ne pouvais plus la guider lorsque qu’elle s’échappait de ma bouche, c’est une autre manière de sucer et j’apprends vite dans ces cas là !

Sa queue reprenant des proportions agréables, il me releva, me retira ma jupe et releva mon pull et me poussa sur le canapé. Je tombais donc en arrière, les mains toujours coincées par mes liens, et me retrouvais face à lui.

Il fouilla dans un tiroir d’un meuble et revint avec des pinces. Il me les mit aux seins et commença à tirer dessus. Mes tétons commencèrent à me faire mal, je le lui dis mais il me dit que j’allais m’habituer, ce qui est vrai, mais je ne le croyais pas vraiment à ce moment là !

Il me fit relever mes jambes et il m’introduisit un bon gros gode dans le cul ! Et se mettant au-dessus de moi me donna sa queue à sucer. Nous nous suçâmes mutuellement et je laissais ma mouille lui inonder la gorge, il en fit de même avec moi, bien entendu.

Il me releva, me libéra les poignets et m’embrassa gentiment, langoureusement tout en me caressant, après la fessée, sa tendresse était très agréable !

Nous bûmes un coup et là il me demanda de lui rendre la pareille, de le fesser, de le fouetter ! Sur le coup, je fus un peu interloquée, je ne suis pas une dominante ! Plutôt soumise aux caprices de mes amants ! Mais, je me fis une douce violence et mes mains s’abattirent d’abord lentement et avec douceur sur son cul, puis y prenant du plaisir avec de plus en plus de vigueur. Ma main s’échauffant, je pris le martinet et je lui en donnai de longues giclées. Je le voyais se tortiller, comme je le faisais avant lui, et j’en éprouvais du plaisir. Mes coups tombaient régulièrement sur ses fesses et je commençais à viser ses couilles, je le fis se retourner et sa queue eut droit aussi à ce petit traitement, et il en redemandait. Il me demanda de l’enculer, mais là je ne pus le faire, je ne suis active qu’avec les femmes ! Je lui enfilais donc son gode que j’avais eu peu de temps avant ! J’avais oublié de le ligoter et il en profita pour se palucher comme une petite cochonne, jusqu’à ce qu’il jouisse. Etant rapide de nature, j’eus juste le temps de l’avaler avant que son sperme ne soit perdu ! Je ne comprends pas pourquoi il y en a qui veulent gâcher la marchandise.

Ayant jouit, il me demanda de me rhabiller et qu’il avait était content de cette soirée. J’en étais un peu frustrée ! Un coup dans le cul et une pipe, cela faisait peu. Il est vrai que j’avais eu une fessée en plus, mais cela n’avait pas éteint mon appétit.

Je le quittais donc pour aller me faire draguer sur l’aire d’autoroute assez proche, là où les routiers sont bien contents que l’on leur vident les couilles avant qu’ils puissent dormir ! Mais cela est une autre histoire.

En conclusion, grâce à lui, j’ai appris à aimer la fessée, le martinet, les pinces aux seins et les liens. J’ai eu aussi la chance, après de connaître le bondage, et ce n’est pas mal du tout non plus.

Bisous où vous aimez
Mélina

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Melina, travesti amateur 10 – Première fessée par Mélina

  1. Carantin dit :

    C’est pas mal et certains détails sentent réellement le vécu ! En revanche la sodomie avec un inconnu sans capote, c’est vraiment irresponsable ! Dommage parce qu’il y a une bonne description des faits, un certain humour, une ambiance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>