Ma tante me soulage par Mondoi

Ma Tante me soulage
par Mondoi

Je fantasme depuis longtemps sur ma Tante Danielle, une sœur de ma mère, une belle femme de 20 ans de plus que moi, j’en ai 18 et je voudrais qu’elle me touche le sexe mais je ne sais pas comment faire pour arriver à mes fins, je me masturbe souvent en imaginant qu’elle m’initie sexuellement.

L’idée m’est venue l’autre jour au lycée en voyant un pote qui avait sa braguette coincée et une envie de pisser. Je devais passer chez elle pour lui apporter une robe à ma mère à reprendre, ma Tante est couturière.

J’ai préparé mon coup en coinçant la fermeture de mon pantalon et comme d’habitude, elle m’a offert une boisson gazeuse qui m’a donnée envie de faire pipi, je pars aux WC, me tripote un peu pour me faire durcir puis ressort en lui disant que ma braguette est coincée.

Elle râle un peu parce qu’elle a du travail à finir mais elle s’accroupie à mes pieds et tente d’ouvrir la fermeture en posant les deux mains sur le zip mais rien n’y fait, moi ça me donne une érection délicieuse qui déforme mon pantalon, elle s’en aperçoit.

- Ho mais qu’est ce donc cela ? dit elle en me regardant avec un sourire moqueur, elle tâte la bosse comme pour être sur que c’est bien ça et son visage rosit.
- Tu dois avoir mal à ton outil, coincé comme il est non ?
- Oui, un peu ma Tante.
- Attends, je vais bien réussir à ouvrir et je te ferais un massage pour calmer la douleur.

Elle tire dans tous les sens mais rien n’y fait, par contre, sans le vouloir, elle touche ma verge à travers le tissu à chaque fois et augmente ma bandaison et mon envie de me faire masturber par elle, de plus, sa bouche n’est pas loin et je me mets à imaginer qu’elle va me sucer aussi, je sens son souffle chaud.

- Et ton envie de faire pipi, tu l’as toujours ?
- Un peu moins, je me retiens Tata Danielle
- Alala, mon pauvre garçon, te voila dans un drôle d’état, ne t’en fais pas, ta Tatie va te soulager.

Enfin, elle réussit à décoincer la fermeture, la bosse de chair apparait dans l’ouverture, elle détache mon bouton de ceinture.

- Voila qui est bien, tu as moins mal maintenant, quel paquet tu as dis donc, il faut aérer tout cela et faire circuler le sang, attends voir.

Elle me baisse le pantalon et le slip, ma verge se redresse d’un coup, comme un Zébulon sortant de sa boîte, elle se recule surprise par la vitalité de mon outil.

- Ben dis donc, il en avait besoin, quelle vigueur, il faut que je le masse pour soulager la douleur, tu vas voir, Tatie sait bien faire ça.

Elle commence à me caresser la verge à deux mains, tout doucement sans la décalotter, elle descend même sur mes testicules, les tripote, les soupèse.
- Tu as de belles boules tu sais, elles doivent avoir besoin d’être vidées, tu te sentiras mieux après, Tatie va te faire ça, tu veux ?
- Heu oui Tatie, si cela fait du bien

De suite, elle humidifie ses doigts de salive et commence par me triturer le prépuce, elle me décalotte doucement et dépose des baisés sur mon gland qui apparait.

- Hummm, tu sens bon de la bite mon neveu, j’aime bien ton parfum de pipi.

Elle donne des coups de langue dessus en me branlant la verge, son autre main me masse les couilles, une femme d’expérience. Maintenant, elle me suce en avalant ma queue entièrement dans sa bouche, les va-et-vient de ses lèvres serrées autour de ma tige me procure des sensations inconnues et jouissives, la main qui me pelotait les boules est partie entre mes fesses, les doigts glissent dans ma raie en effleurant mon anus, je suis surpris par cet attouchement, c’est la première fois qu’une femme me touche de ce côté là, je me contracte par réflexe.

- Oh pardon, tu n’aimes pas me demande t’elle ?
- Je ne sais pas Tatie, on ne m’a jamais fait ça !
- J’arrête si tu veux mais tu loupes quelque chose d’agréable, ne soit pas gêné, beaucoup d’hommes apprécient d’être caressés à cet endroit

Elle a continuée à me frôler l’anus pendant que l’on parlait et effectivement je commence à trouver l’attouchement agréable, même mon petit orifice réagit en se détendant, elle l’a sentie et s’enhardit en massant le muscle anal avec plus d’insistance.

- Je continue…?
- Hummm…oui, dis-je un peu honteux de découvrir que j’aime cette caresse à tendance homo.
- Pour te détendre, tu n’as qu’à pousser un peu comme aux WC, tu vas voir, ça va glisser tout seul et sans douleur, me conseille-t-elle.

Je fais comme elle dit, elle dépose de la salive sur ses doigts et surpris, je reçois la visite d’un doigt dans l’anus, elle continue de me sucer et branler pendant qu’elle m’encule digitalement et l’association des bienfaits qu’elle me prodigue fait rapidement monter mon plaisir, je me contracte mais cette fois c’est pour retenir mon orgasme et l’amplifier jusqu’au paroxysme, Tatie l’a sentie, elle accélère son doigtage et le pompage.

- Viens me dit-elle, donnes-moi ta sève!

Je ne tiens plus et lui envoie la purée dans la bouche, un orgasme terrible comme je n’en ai jamais ressentis, comme une brûlure jouissive, je suis secoué de spasmes.

- Hummm, que c’est bon tout ce jus, tu as gâté ta Tatie dis donc, il y en a beaucoup regarde.

Elle ouvre grand la bouche pour me montrer la quantité de sperme que je lui ai envoyé, c’est vrai qu’il y en a un sacré paquet, elle le goutte, le savoure et avale le tout en une gorgée, elle a glissé une main entre ses cuisses sous sa blouse et se donne du plaisir, je la regarde faire, jamais une femme ne s’est masturbée devant moi, je la préviens que mon envie de pipi revient.

- Attends, je viens avec toi, ta Tatie va te la tenir pour ne pas en mettre partout.

Devant la cuvette, elle saisit ma verge qui ramollie d’une main et de l’autre continue à se fouiller l’entre-jambe, quand mon liquide se met à jaillir, elle se penche en avant et dirige le jet sur sa joue, elle s’asperge le visage, sa croupe est à porté de ma main et je tente une visite sous sa blouse, elle n’a pas de jupe et de suite mes doigts entre en contact avec sa grande culotte de coton trempée au niveau de la vulve, je les glisse sous l’élastique, ma main rencontre la sienne à moitié enfoncée dans son vagin, mes doigts n’ont pas de place pour s’ajouter à sa masturbation, je remonte dans sa raie et lui touche l’anus, il est trempé aussi et plus souple que le mien, j’en caresse l’ouverture en regardant la réaction de ma Tatie, elle dirige mon jet dans sa bouche et dans un gargouillis je l’entends me dire:

- Dans les fesses, viens dans mes fesses!

Je lui rentre un puis deux doigts dans la rondelle, au plus profond de son conduis rectal, je les bouge dedans, elle commence à jouir en suffoquant, la bouche remplie d’urine, elle a un orgasme fulgurent et je l’entends faire sous elle.

- Mon neveu, me dit-elle après avoir récupéré et fait un brun de toilette, tu as été très gentil avec ta Tatie, tu peux passer me voir quand tu veux, même sans braguette coincée, j’ai encore des choses à te faire connaître et à l’occasion, viens avec ta petite amie ou une copine à toi, je saurais lui faire plaisir.
- Oui ma Tatie et merci pour tout.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ma tante me soulage par Mondoi

  1. Dominique dit :

    un peu naïf, je trouve !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>