Invitation à la minette par Albert Glatigny

 


Ton con suave, ton con rose,
Sous une forêt de poils blonds,
Doux, frisés, parfumés et longs,
A l’air d’une lèvre mi-close,

Lèvre excitant les appétits
De ma lèvre très curieuse,
D’où tant de baisers sont partis ;

Une langue mystérieuse
Sort de son con, et vient chercher
La mienne, pour gamahucher.

Car ma chère, les imbéciles
Auront beau dire ; quand on a,
Sur la fille qu’on enconna,
Fait sonner ses couilles dociles,

A moins d’être bourgeois épais
Dont la nuque indécente arbore
Un de ces fameux toupets

Aux crins roses comme l’Aurore
Il faut quand le champ se va clore,
Déposer le baiser de la paix.

(1866)

 

Albert Glatigny, né en 1839, mort en 1876 est un poète, écrivain, comédien itinérant et dramaturge français. Anatole France lui écrivit une très intéressante préface biographique lors de la réédition de ses œuvres.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Invitation à la minette par Albert Glatigny

  1. asemir dit :

    Belle poésie magnifiquement illustrée

  2. joseph dit :

    un poème qui invite au broutage de minou, renforcé par cette image bien pollue comme je les aime

  3. asiabelle dit :

    Court mais délicieux moment de poésie lubrique

  4. sapristi dit :

    En voila une belle invitation !

  5. asty dit :

    Le poème est bon, mais l’image qui l’illustre… Oh, la la ! J’en ai des frémissement derrière ma braguette !

  6. Avadon dit :

    Un delicieux poème classique dont j’ignorais l’existence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>