Comment j’ai été transformé (3ème partie) par Jan-Lou01

Plusieurs semaines s’écoulèrent après ce déplacement. J’étais rentré chez
moi et tentais de re mener une vie normale. Je faisais l’amour avec ma femme
normalement, même si chaque fois je sentais que mon cul avait besoin de
quelque chose. Je ne voulais pas demander à ma femme de me goder, j’avais
trop peur de sa réaction. Mon travail m’ennuyait et chaque fois que je
repartais en déplacement je repensais à ce qui m’était arrivé au Novotel de
P. C’était comme dans un rêve, très irréel, au point que si je ne me palpais
pas le rectum pour le sentir bien dilaté, j’aurais pu pensé que ça n’avait
jamais eu lieu.
Pourtant je n’osais pas rappeler Pierre. Je restais à contempler sa carte de
visite, puis la rerangeai dans mon porte-cartes. Lui non plus ne me refit
pas signe mais c’était normal.
Un jour je craquai. Je l’appelai à son bureau à Paris. Il ne voulut pas me
parler mais me donna rendez-vous à son bureau le lendemain à 17h. Je
planifiais mon coup : je prétextai un déplacement de façon à emporter
quelques affaires et ne pas avoir d’horaire contraignant ce soir là., bien
qu’aucun programme n’ait été précisé.
Le lendemain après midi je sonnai à 17h précises à son bureau.
C’est sa secrétaire qui m’ouvrit. Une femme superbe, brune aux yeux verts,
les cheveux tirés en arrière et des petites lunettes qui ne masquaient pas
un regard très froid… Au contraire de Karine par contre elle était plutôt
élégante. Elle me fit attendre dans son bureau et m’offrit un café. Pendant
l’attente elle n’arrêtait pas de me jeter des regards en coin, que je crus
un peu ironiques.
Pourquoi était-je venu ? Que pouvais-je attendre désormais de ce type ?
J’étais sur le point de repartir quand il fit signe par téléphone de me
faire entrer.
La secrétaire me fit entrer… et prit soin de refermer à clé derrière elle.
Pierre était derrière son grand bureau. Il me dévisageait froidement.
J’avais pris soin de ma tenue : un costard impeccable, et j’avais un peu
maigri.
- Bonjour Pierre
- Baisse ton froc, dit-il sans même répondre
Je me retrouvai le pantalon baissé , un peu grotesque et déjà en érection.
- Tu bandes déjà petite salope ?

Il avait fait le tour de son bureau et s’était approché de moi. Il saisit
ma bitte dans sa main. C’est la première fois qu’il me touchait vraiment, un
frisson me parcourut l’échine. Puis il sortit sa queue également raide, la
colla contre la mienne et sa main large commença à branler les deux bittes
ensemble.
- ….oooh, Pierre  » je gémis. Il allait déjà me faire jouir et une première
goutte perla de mon méat, mais il nous lâcha brusquement.
- Tourne toi, dit-il doucement, et baisse toi sur la table ; j’ai très envie
de te prendre à fond
- Tu…vous ne voulez pas que je vous suce d’abord, comme avant ?
- Non , aujourd’hui je t’encule. Mais comme tu vas devenir mon vide-couilles
quotidien, tu auras d’autres occasions…  »
Alors il me prit sur sa table de réunion ; j’eus un peu mal cette fois ,
mais une fois entré je me sentis bien . Il prit son temps , jouant avec mes
reins, mes fesses , sortant , entrant…Je finis par éjaculer sous moi sur
ma chemise et la table. Quand il se retira pour jouir , il eut le temps de
me retourner en grognant :  » ah, t’as salopé ma table, eh bien tu vas voir
ce que tu vas prendre !  » Et retirant sa capote, il enfourna sa queue dans
ma bouche, à fond. Je m’étranglai un peu puis sentis de gros jets venir
remplir ma gorge par saccades qui n’en finissaient pas. Je fis durer son
orgasme en enserrant doucement ses testicules dans ma main. Il poussa un cri
terrible.

La suite se précipita et je ne vais pas raconter chaque rencontre qui
suivit. Après cette séance il me renvoya aussi sèchement que les autres
fois, mais il était entendu que je devais revenir tous les soirs. Les
séances ne duraient pas et je pouvais glisser ça dans ma vie sans que cela
n’apparaisse. Son bureau disposant d’une douche , je pouvais rentrer frais
et propre à la maison. Certains soirs il me renvoyait sans rien faire. Un
soir il fit participer la secrétaire qui manifestement avait l’habitude :
apparemment elle appréciait particulièrement de me faire sucer la bite de
Pierre qu’elle me tendait comme une friandise. Ce jour là toutefois j’eus
une gâterie : Pierre lui demanda de me sucer à fond  » parce qu’il en avait
marre de me voir bander sans arrêt « .
Petit à petit les choses ont dégénéré. Ca a commencé avec les petits cadeaux
qu’il m’a fait. Un billet de temps en temps, puis à chaque fois… pas grand
chose : cent balles pour une pipe et 200 pour m’enculer. Mais je ne les
refusais pas : c’était encore plus dégradant sans doute.
Et puis le mois dernier , on a franchi un nouveau pas. Il m’a reçu dans son
bureau avec deux autres types,  » des clients « …

C’est ainsi que petit à petit il a fait de moi une espèce de prostitué
personnel. J’ai finalement tout lâché pour lui…J’ai fini par avouer à ma
femme qui n’a pas compris, évidemment. Mais je m’en fous. Aujourd’hui
j’attends toute la journée dans le studio qu’il loue pour moi qu’il
m’appelle pour lui ou un client. Souvent il me demande de venir pour des
couples mariés, ou alors une séance spéciale avec Karine-ce sont mes
préférées- ou Sophie, sa secrétaire. Mais ma récompense c’est quand , après
avoir été défoncé par un ou deux des types à qui il m’a cédé, il me laisse
m’agenouiller devant lui et le prendre tout entier dans la bouche. ..

Jan Lou
Première publication sur Vassilia, le 30/12/2001

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Comment j’ai été transformé (3ème partie) par Jan-Lou01

  1. patou dit :

    merci pour t’est histoire super excitante je me suis branler plusieurs fois en les lisant et j’aurai aimer être a ta place

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>