Quelques définitions SM par Pewphid

 

 

Note du Webmaster : Ces définitions sont l’œuvre d’un de nos fidèles lecteurs. J’ai hésité, les incorporer au dictionnaire ou faire celui-ci en plus ! La réponse n’est pas définitive, mais pour l’instant elles sont là !

BAGUETTES CHINOISES: Moins brutales que le spéculum, mais plus insidieuses et plus précises, elles sont introduites une à une pour dilater l’orifice anal.

CAGE : Permet à la dominatrice d’y enfermer sous clef son esclave, pour le punir ou, tout simplement, lorsqu’elle ne s’occupe pas de lui. Bien entendu elle ne lui indique pas la durée de l’enfermement et malheur à lui s’il est claustrophobe…

CAPUCHON de MOINE: C’est un étui garni intérieurement de petites pointes, lacé sur la verge. La douleur devient intolérable dès que le gland commence à gonfler. (Je ne connais que Maîtresse Frédérique qui soumet ses esclaves à cette très sévère épreuve)
(Rq.: cet instrument nécessite un nettoyage à l’alcool à chaque usage puisqu’un préservatif serait perforé).

CARCAN: L’esclave, en position debout ou courbée, y est immobilisé par le cou et les poignets. Ou encore couché, cou et poignets dans un premier carcan et chevilles entravées dans un autre.(Comme chez Maîtresse Laure)

CHEVALET: Le soumis y est étendu à plat ventre, poignets et chevilles enchaînés aux pieds du chevalet. Son utilisation rend plus cruelle la flagellation, le corps est en extension et la peau des fesses est ainsi particulièrement tendue.

CROIX de ST-ANDRE: Matériel très classique et le plus connu pour immobiliser le sujet pendant la flagellation.

CIRE: Appliquée goutte à goutte sur les seins, le sexe ou l’anus. Très impressionnant mais sans danger.(souvent remplacée par la bougie qui fond à plus basse température)

« DOS-A-DOS »: Cette épreuve s’adresse à 2 sujets en punition. Les esclaves, à genoux et en position opposée, sont attachés l’un à l’autre par une paire de menottes dont les bracelets enserrent chacun la base des scrotum. C’est la solidarité dans la honte.

ELECTRISEUR DE MUQUEUSES: Bien que la tension dans les électrodes ne soit que de 24 volts, la haute fréquence produit des sensations intenses.(Maîtresse Messaline est experte en la matière)

ENEMA: Une canule à double flux, montée au bout des 2 tuyaux est introduite de 60 à 80 cm dans l’intestin. Généralement pratiqué sur table gynécologique, ce traitement est peut-être moins contraignant que le classique lavement, mais encore plus humiliant.

FAUTEUIL à GODE. Le patient y est attaché solidement par des sangles. Le choix du diamètre du gode dépend de l’humeur de la Maîtresse. Il est soit fixe, soit à va-et-vient et vitesse réglable (dans ce dernier cas, il est impératif de lubrifier abondamment).

GODE EXPANSEUR: Sous l’action de ressorts, le sphincter est soumis en permanence à une pression d’élargissement, d’où une gêne lancinante. C’est un moyen efficace mais sévère pour améliorer les pénétrations.

HERISSON: C’est est en quelque sorte l’inverse du « capuchon de moine » puisqu’il s’agit d’un gode évidé possédant une commande pour faire sortir à volonté des petites pointes.
(Doit être manipulé par une opératrice expérimentée et cf. même remarque que pour le capuchon)

LAVEMENT: Epreuve d’humiliation classique qui prend toute sa valeur si elle est pratiquée en public. Le matériel est plus ou moins sophistiqué, on ne saurait trop recommander la canule à double ballonnet qui ne libère le rectum du patient qu’au gré de l’opérateur. (cf. description sur www.bethtyler.com)

ORTIES: A condition qu’elles soient fraîchement cueillies, elles sont très efficaces et sans danger pour flageller. (Maîtresse Amanda en élevait sur son balcon). Ndlr: gros bémol sur l’innocuité des orties : lire à ce propos les conseils de Wanda Lee.


PINCES A SEINS: Instruments couramment utilisés en SM. A noter toutefois que les vrais sont d’autant plus serrés que l’on tire dessus, d’où les poids plus ou moins lourds qu’utilisent les dominatrices.

PINCETTES: Elles sont analogues aux pinces à seins, mais plus souples. On les applique aux rebords du sphincter anal (à éviter en cas d’hémorroïdes) ou sur le frein du prépuce. C’est une punition assez pénible.

PLANCHE DE FAKIR fixe et verticale: Le postérieur y est appuyé par deux courroies, l’une abdominale et l’autre à hauteur des cuisses.

POUCETTES: Ce sont des menottes dont les petits anneaux en acier se referment sur les pouces. Elles privent de liberté de mouvement autant que des menottes.

PRESENTE-FESSES (je ne sais s’il y a un autre terme): C’est un équipement important, l’esclave y est agenouillé jambes écartées, les fesses en l’air, à 1,20 m du sol, et la tête en bas. La Dominatrice a toutes facilités pour intervenir sur les régions anale et rectale. (était utilisé couramment par Maîtresse Amanda)

PROMENADE DISCIPLINAIRE: Le patient reçoit une injection de 2 litres, il est emmailloté dans une couche pour adulte et doit se rhabiller entièrement. C’est alors qu’elle le met à la porte avec ordre de lui faire une course dans une boutique précise et ne pas revenir avant une heure. Elle prévient que chaque minute d’avance sera sanctionnée de 10 coups de martinet. De plus, si la couche est souillée, la flagellation est appliquée avec un vrai fouet. (Maîtresse Frédérique est seule à user de cette épreuve)

Ce contenu a été publié dans Bdsm, Documentation, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Quelques définitions SM par Pewphid

  1. manacore dit :

    ça ne ferait pas un peu double emploi avec le dico du site ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>