Techniques de masturbation masculine par Eddy

Et d’abord, un peu d’anatomie
La finalité de la masturbation : On ne se masturbe pas toujours dans le même esprit, ce peut être afin de :

Se libérer de son excitation
Se donner un long moment de plaisir

Dans le premier cas, on recherchera la façon de se faire jouir le plus rapidement possible. C’est de la branlette à l’ancienne, on se branle parce qu’on n’en peut plus et qu’on n’a pas d’autre façon de jouir à disposition, on est un peu honteux de faire ça et on se dépêche.

Dans le second cas, le comportement est tout à fait différent : on cherche à prolonger son propre plaisir le plus longtemps possible. La notion de masturbation est complètement déconnectée de la notion d’éjaculation. Cette dernière en sera dans la plupart des cas la conclusion logique, mais ce n’est même pas obligatoire.

Notons aussi qu’il peut aussi y avoir d’autres raisons de se masturber, par exemple la volonté de ne pas jouir trop vite lors d’un rendez-vous coquin…

Les méthodes
La masturbation peut commencer alors que la verge est déjà en érection, mais également sur un organe au repos ! On fait ce qu’on veut !

Le poignet : tellement classique que ça en a engendré l’expression  » la veuve poignet « , elle convient plus particulièrement aux verges longues. Cette méthode est réputée rapide, mais c’est bien là son seul avantage. C’est de la masturbation à l’ancienne, rustre et dépourvu de toute sensualité. Ne serait-ce que pour trois raisons :
1) On choisit la simplicité, mais on risque de négliger les autres parties érogènes du pénis.
2) L’intérieur du poignet n’est pas une zone très sensible.
3) Le poignet empêche toute visibilité  » esthétique  » du sexe, or la propre vue de son pénis en excitation est un facteur érogène
Note : nous restons dans le cadre d’une masturbation solitaire, sinon le petit poignet d’une femme vous masturbant peut être très efficace…

La poignée : (après le poignet, la poignée) C’est une variante de la première mais moins simpliste, imaginez que votre pénis est une poignée de porte, mais attention une poignée de porte que l’on a graissée et que vous n’arrivez pas à saisir. Imaginez un petit peu le genre de geste que cela peut provoquer. C’est pas mal, mais cela doit juste être considéré comme une variante.

Le bout de doigts : C’est la bonne méthode, on emploie la plupart du temps trois doigts (mais certains le font avec quatre), le pouce d’un côté, les autres doigts de l’autre. Ne posez pas vos doigts trop bas sur la hampe. La bonne méthode est de les disposer de telle façon que chaque mouvement va venir frôler la couronne du gland, qui est un endroit très sensible

Le capuchon : La technique du capuchon se rencontre surtout en début de masturbation, lorsque le sexe n’est pas encore en érection. A conseiller pour les zizis ayant une longueur au repos plutôt courte, mais peut aussi convenir aux autres.. On prend trois doigts plus le pouce que l’on va disposer en corolle sur la base de la verge. Le mouvement va consister par glissement, à remonter jusqu’à ce que le prépuce recouvre le gland et ainsi plusieurs fois de suite…

On peut aussi pendant la masturbation, chercher des actions alternatives afin de ne pas faire tout le temps de la même chose, certaines ne sont tout simplement pas masturbatoires mais tellement agréables ! Se caresser tout simplement le pénis sans rien s’agiter du tout, ce n’est pas si mal que ça, surtout lorsqu’on est bien bandé. Sinon trois mouvements sont assez amusants :

La cigarette : On va prendre entre l’index et le majeur le pénis de la façon dont les français tiennent leur cigarette : ça repose la main et ça fait très joli !

Le zéro : il faut réunir le pouce et l’index de façon à dessiner un zéro. Bien sûr, votre zéro vous ne le faites pas dans le vide : vous allez faire ça près de la couronne du gland, qui va ainsi se trouver excitée sur tout son contour !

La savonnette: Les deux mains à plat de chaque côté de la verge et on astique un peu à la façon dont certaines personnes se lavent la paume des mains avec une savonnette. Assez étonnant mais il ne faut pas en abuser.

Le plat des doigts : cette méthode beaucoup plus sensuelle qu’elle ne le parait, consiste à se frotter la verge avec l’intérieur des doigts tendus sans aucun serrage ! Le mouvement s’effectue sur la partie intérieure du pénis, ce qui à l’avantage d’augmenter la pression. Elle convient très bien en début de masturbation mais peut être utilisé à n’importe quel moment (y compris lors de la période pré-éjaculatoire)

L’excitation du gland : essayez ceci : mouillez-vous l’index avec votre salive, dirigez-le plusieurs fois de suite du milieu du gland jusqu’en dessous du prépuce, en n’omettant pas d’appuyer sur la couronne. Vous m’en direz des nouvelles. On peut aussi en profiter pour effleurer le frein, zone extra sensible.

Début difficile : parfois la bandaison n’est pas facile. Pendant que l’une des mains masturbe, utilisez deux doigts de votre autre main pour comprimer la base de la verge et vous verrez, ça ira mieux ! On peut aussi y serrer un petit lacet, sinon on vend aussi des machins en cuir en sex-shop, mais bon…

La liqueur séminale : C’est un des points forts de la masturbation ; votre gland va s’enduire de quelques gouttes de liqueur avec laquelle je vous conseille vivement de jouer. Imbibez-vous en le gland, mais aussi le bout du doigt et portez-le à votre bouche. C’est délicieux !

Le changement de main : Pour quoi faire ? Ben déjà ça repose et ça évite les crampes, mais c’est aussi psychologique ! En utilisant de temps à autre votre main inhabituelle, vous aurez comme l’impression que c’est quelqu’un d’autre qui vous masturbe !

Le maintien de l’érection : Pour maintenir une érection sans se masturber (il n’est pas non plus interdit de s’arrêter un moment !) un bon truc consiste à appuyer avec le pouce assez fortement dans l’angle constitué entre le pubis et la racine de la verge.

A sec ou à l’eau
C’est comme le whisky ? Et bien non justement : la masturbation se fait d’ordinaire à sec mais peut devenir irritante ! Il faut donc soit mouiller (liquide non gras) soit lubrifier (liquide gras)
Certains éprouvent le besoin d’humidifier constamment leur sexe pendant la masturbation. La salive est ce que nous avons de plus immédiat à disposition mais l’inconvénient c’est que ça sèche très vite et qu’il faut donc constamment en remettre !
Deux solutions alors : la première c’est de faire cela dans un endroit entièrement humide (douche, bain) maisnous en reparlerons quand nous aborderons les lieux de masturbation…
La seconde c’est de lubrifier avec un corps gras, par exemple de l’huile de massage. On n’y pense pas toujours mais c’est une expérience extrêmement agréable et la sensation des mains sur cette verge devenue glissante est tout simplement voluptueuse !

Avec l’huile la technique peut changer puisqu’il n’est plus forcément nécessaire de faire bouger la peau de la verge ! Citons une confession lue sur le net « Je me masse la Verge avec des caresses amples et douces sur toute sa longueur, de lents va-et-vient de mon Gland à la racine, en tournant ma main légèrement à chaque mouvement descendant et montant le long de ma Verge. A chaque mouvement descendant, j’insiste sur les points les plus sensibles de ma Verge ; points rendus encore plus sensibles par l’huile « .

On peut aussi faire dans l’insolite ou dans le bizarre. J’ai ainsi lu une histoire où un type se branlait dans le cambouis, et un autre qui le faisai la verge emmaillotée dans une tranche de jambon…Chacun ses délires…

Risques
Le seul risque c’est une irritation de la peau de la verge. Une masturbation doit se faire les mains propres mais l’irritation peut être tout simplement mécanique. A vous d’éviter que les points de pression soient toujours les mêmes. Si vous sentez venir l’irritation, faites-vous jouir tout de suite puis enduisez-vous la verge d’un baume apaisant. Vous serez peut-être privé de masturbation pendant deux ou trois jours, ce n’est pas si grave !

Accompagnements corporels
Ça paraît évident mais une bonne masturbation est une masturbation pratiquée entièrement nu ! Et pour deux raisons : la première est d’ordre pratique, parce que tout simplement cela permettra d’avoir un accès facile à toutes les régions de notre corps ; l’autre est psychologique, la nudité ajoutant au côté coquin (je n’ose pas dire pervers) de la chose.

Alors on se tripote quoi ?
Les testicules ! C’est ce qui vient en premier à l’esprit, c’est souvent une zone érogène très sensible. Une simple caresse peut suffire mais il existe des techniques particulières comme celle décrite par cet internaute « Pour que le plaisir soit plus puissant, je tirais et maintenais mes testicules vers le bas afin de bien tendre la peau du sexe tandis que je frôlais toujours le gland »

Les Fesses, les globes fessiers, la raie des fesses, le périnée (région entre l’anus et les testicules) et l’intérieur des cuisses.

L’anus : Les avis divergent sur ce point. Oh pas sur l’érogèneïté de l’endroit mais sur justement son fonctionnement très particulier en tant que zone érogène. L’entrée de l’anus est en elle-même une zone érogène et se la caresser pendant la masturbation va participer à l’excitation. Jusque là tout le monde est d’accord.
Là où ça se complique, c’est si vous souhaitez introduire un doigt (ou un objet) dans l’anus ! A ce moment là vous allez exciter votre prostate, qui a un comportement très particulier : si la sensation est agréable pour certains, elle peut pour certains sujets entrer en contradiction avec la masturbation elle-même ! C’est ce qui explique que dans certains films, vous voyez des mecs visiblement excités comme des fous d’avoir quelque chose dans l’anus, mais qui ne bandent pas ! Pour d’autres hommes par contre, la stimulation de l’anus sera un facteur ajouté.

Les Seins : Ont gagné le concours permanent de la zone érogène masculine la moins connue ! Et pourtant… Quel plaisir de se pincer les tétons, de se les tortiller pendant la masturbation ! Certains hommes sont d’ailleurs capables de se provoquer une érection rien qu’en se pinçant le bout des seins. Pour ceux qui ne connaissent pas la pratique et qui veulent l’expérimenter, ça paraît, dit-on très agaçant au début, et puis on s’y fait et on ne peut plus s’en passer. A noter que l’aréole est également (mais à un degré moindre) une zone érogène.

Le Corps : (ou plutôt la peau) La peau réagit fortement aux caresses, notamment lorsqu’on est en état d’excitation sexuelle. Caressez-vous un peu partout avec le bout des doigts : la poitrine, le ventre, l’intérieur des cuisses,et puis, les fesses bien entendu !

Les doigts : Comment ça les doigts ? Mettez-vous l’index dans la bouche, et sucez-le avec les lèvres et la langue (très ambigu, très pervers…)

Stimulants
Le stimulant peut être entièrement fantasmatique ou peut s’accompagner d’un support, qui peut être un texte, une image, une vidéo et bien sûr Internet !
Et puisque nous en sommes à ce genre de choses et que l’occasion nous en est donnée, nous affirmons haut et fort notre droit le plus strict de nous branler devant Internet ! Ah mais ! Il ne s’agit évidemment pas d’une fin en soi mais d’un droit fondamental ! Ah mais !

Un autre stimulant moins évident est le miroir. Notre propre corps nous est renvoyé comme érotique, notamment dans les moments d’excitation, alors n’hésitez donc plus à vous masturber devant l’armoire de votre salle de bains !

Les Positions
On peut se masturber dans pratiquement toutes les positions (bien que roulé en boule, je n’ai jamais essayé !) : Debout (pour ceux qui aiment les effets de miroir), assis (pour Internet), couché (parce que ça détend) ou à genoux (pour ceux qui ont des fantasmes de domination)
Le lit cumule beaucoup d’avantages : on peut en effet changer de position de façon très rapide et très confortable, on ne se cogne ni les genoux ni les coudes, et puis au moment de l’éjaculation, quel bonheur d’être couché !

Ce qui nous amène à la question suivante :

Où ?
Nous ne reparlerons pas de la chambre à coucher puisque c’est fait, mais parlons de la salle de bains :
Il faudrait presque un chapitre entier pour parler de cet endroit particulier. Outre le fait qu’il y a des miroirs partout et qu’on va pouvoir se regarder faire, nous allons avoir de l’eau à volonté. Nous allons donc pouvoir tester comme il est agréable de se masturber mouillé, sans l’inconvénient de se demander si on ne va pas foutre des taches de gras partout. Et oui, il y a la douchette ! Ah la douchette !

Régler la température de l’eau : il faut qu’elle soit chaude mais pas brûlante. Dirigez ensuite de jet vers votre sexe, variez l’angle d’impact, variez l’intensité. Investissez dans une douchette moderne avec plusieurs positions (massage, douche…)
Et puis c’est super car après l’éjaculation, on reste propre !
Le seul inconvénient c’est que la nature mouillée de l’endroit se prête mal aux stimulants visuels.. On ne peut pas tout avoir !

Hors de chez soi et si l’on veut que la masturbation reste solitaire, il n’y a guère que la nature (super une virée en vélo avec un petit bouquin porno et un panier sandwich) ou alors les cabines de toilettes (pas très romantique, mais il y a des amateurs). Il nous faut aussi parler des cabines vidéos (ou peep) de sex-shop ! Attention à celles-ci car si dans certains endroits on fait en sorte que le client soit dans un environnent propre, d’autres n’ont pas ces scrupules et certains endroits sont carrément répugnants.

Les accessoires
Attention, deux observations :
1 – aucun accessoire n’est indispensable
2 – mais si on veut en employer, sortez-les d’avance : il n’y a rien de plus pénible que d’être en pleine action, obligé de se lever pour aller chercher quelque chose
Ces accessoires peuvent être : la bouteille d’huile parfumée, le lacet pour serrer la verge, des pinces pour stimuler les seins ou les testicules et/ou un martinet (si vous êtes un peu SM), un gode, des boules de geisha ou tout autre objet destiné à l’introduction anale (si c’est votre truc), la petite culotte que vous allez respirer (si vous êtes fétichiste), le petit bouquin porno que vous avez acheté et qui vous fait flasher, et puis bien sûr le paquet de kleenex ! Se rendre compte qu’on l’a oublié alors qu’on s’est éjaculé sur le ventre… Le détail qui tue !

Justement comment gérer l’éjaculation ?
On ne le répétera jamais assez : l’éjaculation n’est pas une fin en soi (car si c’était le cas, autant le faire à la hussarde). N’empêche que même si l’on peut faire durer la masturbation très longtemps, il y a un moment où, l’excitation étant à son paroxysme, l’envie de jouir finit par nous dominer.
A ce moment là, on accélère, la meilleure méthode étant celle du bout des doigts.
Certains se livrent au jeu de l’éjaculation retardée, qui consiste à stopper tout contact digital dès qu’on sent le plaisir monter !
Ce n’est pas mal et on peut faire ça deux ou trois fois, mais je déconseille une longue pratique de ce genre de choses : vous risquez après d’avoir très mal aux testicules !

Un truc que tout le monde ne sait pas ! Quand les premiers jets jaillissent, ne stoppez surtout pas votre éjaculation : il faut continuer pendant plusieurs secondes, votre plaisir n’en sera que meilleur. D’autre part, si vous êtes un adepte des pinces et quel que soit l’endroit du corps où elles sont posées, enlevez-les avant l’éjaculation !

Ejaculer dans un kleenex ou dans un mouchoir est assez trivial, je préfère quant à moi m’éjaculer sur le ventre et m’essuyer après !
D’autres vont se l’étaler sur le corps jusqu’à ce qu’il s’évapore, d’autres vont le recueillir et l’avaler (pas évident parce qu’à ce moment là l’excitation est complètement retombée et on n’a plus envie de faire grand chose…)

Nous n’envisagerons qu’à titre anecdotique la souplesse de certains qui arrivent à se lécher le sexe (certains contorsionnistes y parviennent, paraît-il fort bien, mais est-ce encore de la masturbation ?).

Voir aussi le dossier masturbation pour les généralités et les paragraphes communs au deux sexes !

© vassilia2 et Edvard Stokien 2002
Vous pouvez bien entendu, réagir sur ce texte, contributions, trucs et astuces, témoignages, histoires, images etc… le forum est là pour ça

 

Ce contenu a été publié dans Documentation, masturbation, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Techniques de masturbation masculine par Eddy

  1. Sandro dit :

    On croit tout savoir, on se dit « à quoi bon lire un truc pareil » et finalement j’ai découvert plein de choses, merci pour cet article, il est bien.

  2. JesMulty dit :

    Ces dames s’échange bien des astuces de cuisine, pourquoi on échangerait pas des astuces de branlette ?

  3. plzr dit :

    Bonjour
    Il est assez rare de trouver un article serieux sur ce sujet pour que je le souligne. Vive le plaisir.

  4. Arnaud dit :

    Article sympa, qui dévoile sans détour nos secrets de mecs les plus intimes…

    Dommage que rien ne soit consacré aux techniques d’auto-contrôle, qui permettent de prolonger la masturbation pendant plusieurs heures…
    En gros, le principe consiste à ménager le gland en concentrant les va-et-viens sur la racine et le corps de la verge. Cela permet de flirter avec le point de non-retour plusieurs fois de suite…

    Cela nécessite de l’entrainement, mais permet ensuite de prolonger la masturbation sur tout un tour d’horloge ! Des heures de délices masculins indescriptibles…

  5. Vigneron dit :

    la savonnette, j’ai essayé, c’est pas terrible !

  6. Raoul dit :

    On y apprend plein de choses insoupsonnées , merci pour cet article

  7. Leca dit :

    Slt moi je met un anneau sur la couronne juste sous le gland cet anneau possède une boule qui presse le frein et bien sûr mes te tons qui me font bande rien qu’en les touchant ejac et jouissances assurée

  8. Phil dit :

    Bravo pour cet article très complet !
    En ce qui me concerne j’utilise la méthode « le bout de doigt » avec les 5 doigts ( 4 d’un côté et le pouce de l’autre) et je diffère le plus possible l’éjaculation que je peux remettre au lendemain ou au surlendemain. La masturbation permet de gérer ses fantasmes sans gêner qui que ce soit, par exemple j’aime regarder des femmes poilues nues mais ne peux empêcher ma femme de s’épiler les aisselles ! Ainsi je regarde des images de femmes poilues et j’ai du plaisir qui peut durer deux heures, au bord de l’éjaculation !

  9. Philippe Tossou dit :

    Whao!!!!

  10. vikda dit :

    Vraiment complet comme exposé. Merci beaucoup.
    Je ne les ais pas toutes essayer mais sa ne vas pas tarder.

  11. kuki dit :

    Pas mal du tout toute ces méthodes, j’en ai testé quelques unes, et pour te dire, elles fonctionnent assez bien ! Ça change des méthodes classiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>