Charte de publication

La charte éditoriale de VASSILIA (Conditions de publication)

 

Cette charte a été rédigée pour ce qui concerne les récits, mais son orientation est également valable pour toutes les publications demandées (poésies, contributions aux forums et petites annonces)

 

 

 

1 – Conditions thématiques

a) D’une façon générale les récits proposés doivent mettre en scène des protagonistes majeurs (+ de 18 ans), responsables, préalablement consentants, et se respectant mutuellement.

b) Ce site n’est pas un site généraliste et les textes publiés doivent illustrer et promouvoir sa thématique : « les sexualités alternatives » et ses principes fondateurs.

Tout récit proposé doit donc aborder (en quantité suffisante) au moins l’un des thèmes suivants :

- Uro – Bisexualité (masculine ou féminine) – Sado-masochisme – Travestis/Transsexuelles – Lesbos – Jeux Erotiques – Pluralité – Sex and food – Fétichisme – Exhibitionnisme – Massage érotique – Candaulisme

- La scato et la zoo sont désormais tolérées, mais nous resteront très vigilants.

- Nous acceptons aussi volontiers les récits abordant les grands thèmes débattus sur le site, pourvu que les textes en questions puissent être considérés comme des contributions (ou illustrations) à ces débats : Triolisme – Prostitution – Inceste – Femmes rondes…

Quelques précisions sur certains thèmes :

. Par Sado-masochisme (et tout autre récit de domination et/ou de soumission) nous entendons des relations dans lesquelles les soumis sont préalablement d’accord avec ce qui va leur arriver (cela exclut donc tout texte dont la finalité narrative se nourrit de sadisme pur, de forçage par contrainte, rapport de force, abus de situation dominante, de chantage et a fortiori de viol).

Rappelons qu’en matière de SM le site milite pour un SM ludique, un SM jeu, un SM où lorsqu’on a fini de jouer on passe à d’autres choses. C’est ce SM qui nous intéresse. Le SM mettant en scène des esclaves « permanents » ne nous intéresse VRAIMENT pas. Voir en bas de page pour plus de précisions

- Rappelons également que le candaulisme est aussi une situation consentie mutuellement et préalablement.

. Pour le fétichisme, étant donné la diversité de la chose nous verrons au cas par cas.

. En ce qui concerne la catégorie gay, nous ne sommes pas trop attirés par les récits homos « purs et durs » mais plutôt par ceux participant d’une certaine bisexualité (même si non explicite dans le texte)

. En matière de bizarre et d’insolite je revendique la plus entière liberté de choix.

 

2 – Refus systématiques

Uniquement par goût ou par conviction personnelle (je n’ai pas à me justifier), les textes abordant les thèmes suivants ne seront pas retenus :

- Pédophilie et/ou textes non pédophiles mais impliquant des mineurs de moins de 18 ans. Toutefois, certaines courtes évocations auto-sexuelles adolescentes pourront être tolérées. Plus de précisions en bas de page.

- Textes contenant des passages à connotation raciste, xénophobe, sexiste

- Textes discriminatoires envers des pratiques ou des minorités sexuelles.

- Proxénétisme (du moins son apologie), par contre la prostitution est tout à fait tolérée.

- Le hard-crad (récits mettant volontairement et de façon répétitive l’accent sur les aspects crades des pratiques qu’ils décrivent).

Le sexe doit rester une fête,  cela même si les pratiques sont extrêmes !

- Les textes où certaines relations ne sont obtenues que sous l’emprise de l’alcool ou d’autres substances ne sont pas non plus les bienvenus.

 

Seront acceptés sous certaines conditions :

- Inceste. Seront acceptés les incestes bilatéraux (frères, sœurs, et cousins) impliquant des adultes et se caractérisant par une certaine originalité. Ne seront pas accepté les incestes en ascendance directe.

- Enfin, si une coprolalie (foison de mots grossiers pendant l’acte) mesurée s’admet aisément, toute surenchère en la matière devra cependant être évitée.

 

3 – Conditions qualitatives

D’une manière générale, nous préférons les textes bien écrits et scénarisés. Nous apprécions l’humour, la décontraction, le naturel. Nous ne goûtons ni les tons morgues ni les récits impersonnels ou les mélodrames.

Nous admettons volontiers que les textes adressés puissent contenir des fautes… Nous les contrôlons avec les outils du bord.

Nous refuserons par contre les textes où le travail de correction s’avérerait trop fastidieux ! Nous sommes en désaccord total avec ceux qui pensent que nous pourrions publier des récits y compris bourrés de fautes.

En outre, le site se garde la possibilité de refuser un texte sans avoir à se justifier. Ce sera notamment le cas pour des textes « médiocres ».

Les textes trop courts pourront s’ils sont acceptés être reversés dans les forums.

Les séries et sagas sont les bienvenues, mais évitez les saucissonnages intempestifs… et résumez vous à chaque reprise.

 

4 – Conditions d’origine et de propriété du texte

Ce site n’est pas partagé, il m’appartient ! Par contre, les histoires restent la propriété légale de leurs auteurs
Les e-mails des auteurs de textes seront vérifiés avant publication. Je veux pouvoir communiquer avec les auteurs !

Nous ne réclamons aucune exclusivité, les récits non inédits sont donc aussi les bienvenus, mais nous serons extrêmement vigilants sur les tentatives de vol d’histoires, sachant qu’hélas il n’y a pas de sécurité absolue en ce domaine.

Les auteurs ont le droit le plus absolu de publier leurs histoires où bon leur semble. Ce sont leurs histoires !

Tout auteur a le droit de demander à retirer son texte si cela lui chante ! Dans ce cas,  je le ferai dans un délai d’un mois (j’ai aussi le droit de partir en vacances !)

Les envois se font par e-mail à eddy@vassilia.net

 

5 – Illustration des textes

Les images illustrant les textes sont de mon choix. Si un auteur a des préférences en la matière, ce n’est pas un problème, il peut nous soumettre SON illustration ! (toujours par mail)

Les « romans photos » et tout ce qui s’y assimile ne seront publiés que de façon exceptionnelle !

 

 

____________________

 

A propos des récits de SM et de domination avec esclavage permanent

A l’origine, notre site a été créé pour défendre 3 fantasmes ou plutôt trois conceptions de fantasme.

1) l’uro présentée de façon non dégradante
2) la bisexualité notamment masculine sous ses différentes formes
3) le SM en tant que jeu ! Nous disons bien en tant que jeu ! D’ailleurs l’un des leitmotiv du site en la matière est de répéter que « le SM est un jeu, un jeu auquel on est content de jouer, auquel on peut participer parfois durement, mais quand il est fini, il est fini et on passe à d’autres choses ».

Cette conception défendue dans nos éditoriaux, articles et forums est en contradiction avec l’autre SM, celui où l’on surfe avec l’esclavage permanent ou contractuel (puisque dans certains récits certains font signer des contrats plus ou moins surréalistes à leurs soumis)

Il est possible qu’il y en reste dans les histoires publiées ici, sans doute parce qu’au commencement nous nous contentions de dire que si les protagonistes étaient d’accord entre eux l’essentiel était sauf. Nous raisonnons différemment à présent, avec plus de 2000 récits. Notre ambition n’est pas de les accumuler mais de procéder au contraire à deux opérations :

- l’une sur la qualité littéraire des textes
- l’autre consistant à nous recentrer sur nos principes

Nous n’accepterons donc plus de récits faisant l’apologie de l’esclavage permanent ! Sauf évidemment des récits qui apporteraient un regard critique sur cette pratique.

Qu’on se fasse bien comprendre ! Chacun fait ce qu’il veut en matière de sexualité, du moment que cela se passe entre adultes consentants et informés. Mais tout simplement la conception esclavagiste du SM n’est pas notre truc.

Pire, cette conception popularisée par  » Histoire d’O  » a contribué à donner du récit SM un ton morgue, rituel, sans humour, déshumanisé. Il existe une ambiance dans ce genre de récits ! A ce point que certains ne comprennent pas qu’il puisse y avoir une autre conception du SM !

Pourtant, relisez par exemple Boris Vasslan où, dans l’une de ses nouvelles, le soumis rend visite à sa maîtresse avec un bouquet de fleurs. Celle-ci le remercie d’un petit bisou et de quelques mots gentils, ce qui ne l’empêchera pas de le dominer durement après. Ou alors, repassez vous la scène du film « Maîtresse » de Barbet Shroeder dans laquelle G. Depardieu passe un plat à Bulle Ogier en lui disant « Voilà Maîtresse » , ce qui provoque un éclat de rire général, Bulle étant obligée d’expliquer que la domination étant finie… et bien, il n’y a plus de maîtresse ! Et puis il y a tous les récits de Chanette… où pourtant les rapports SM sont extrêmement durs, mais qui débordent d’humanité, de tendresse et d’humour… d’amour aussi !

C’est cet état d’esprit qui nous intéresse !

Cela dit, les récits abordant le SM permanent ont le droit d’exister, mais il se trouve que Vassilia n’est pas un site d’histoires généralistes ! Nous n’en publierons plus !

Nous sommes également conscients que le SM littéraire n’est parfois qu’un prétexte. Suffit-il alors d’écrire dans un texte que le soumis est d’accord pour se faire couper les doigts en tranches fines, pour que la description devienne publiable ? Bien sûr que non ! Mais alors où est la limite, où est l’admissible ? Par simplification, nous dirons donc que ne seront pas retenus les récits où l’on fait couler le sang volontairement, ne seront pas retenus non plus les récits décrivant des pratiques entraînant des risques de perte de conscience.

A propos de contrainte, de chantage, de rapports de force, d’abus de situation dominante, de viol…

Nous ne publierons aucun récit de viol, de contrainte, de chantage, de rapports de force, d’abus de situation dominante. L’un des credo de ce site est de faire l’apologie du « libre consentement » et de « la liberté de faire ce que l’on veut de notre corps ». Et faire ce que l’on veut c’est aussi la liberté de dire non.

Cette position n’est pas négociable mais j’ajouterais deux précisions :

1) Les récits qui nous décrivent un viol, pour ensuite faire dire à la victime que c’était pas si mal que ça ou que c’était son fantasme… ne sont pas plus les bienvenus que les autres. Le consentement c’est avant, pas après !

2) Dans le cas de récit long (ou à épisodes) on peut avoir besoin d’incorporer une séquence de viol, de contrainte, de chantage, d’abus de situation dominante, et pourquoi pas de crime. Pourquoi pas, si cela participe au ressort dramatique d’un texte, qui va ensuite en dénoncer la pratique… Mais ces passages ne seront admis que s’il n’y a aucun étalage. Le critère étant que « sur ce site on ne s’excite pas à la lecture de ce genre de scènes ! »

Chacun son truc – Chacun son site

______________________

 

A propos des récits impliquant des mineurs de moins de 18 ans

Notre charte de publication est pourtant claire !

Nous refusons tout récit impliquant sexuellement des mineurs de moins de 18 ans. Nous abaissons cette limite à 15 ans pour certaines confessions de masturbations solitaires.

Mais ça ne fait rien, certains essaient à tout prix de nous imposer leur prose…

Eh bien, non, je lis tous les récits qui sont adressées au site et je les lis intégralement. Quand c’est hors charte, ça part à la poubelle…

Rappelons que la majorité sexuelle en France est de 15 ans (et non 16 comme beaucoup le pensent, pourquoi ?) … mais jusqu’à la majorité civile, elle est sujette à certaines limitations. Ainsi, les représentations pornographiques, photos, dessins mais aussi récits de mineurs sont interdits selon l’article L227-23 et 24 du code pénal.

On ne peut que regretter que certains placent la sexualité enfantine, la sexualité adolescente, la sexualité pré-adulte… et la pédophilie dans le même panier… Mais je n’y peux rien c’est comme ça !

Certes, certains en publient, mais c’est à leurs risques et périls

Je ne tiens pas à ce que mon site tombe, moi avec et mon hébergeur également suite à une décision que pourrait prendre un beau matin d’un coup de plume d’un juge suite a la dénonciation d’un redresseur de torts.

Merci de le comprendre

Webmaster_Vassilia

5 réponses à Charte de publication

  1. Vernouillet dit :

    Vous dites la scato est tolérée, mais je vous ai envoyé un texte que vous avez refusé. Je me pose des questions.

    • Eddy dit :

      Je vous ai envoyé un mail pour justifier mon refus. Or votre adresse mail n’était pas valide. J’adore ce genre de situation !
      Nous admettons la scato quand elle se déroule dans un contexte festif, ludique, consensuel et respectueux. ce n’était pas le cas de votre texte… Et puis les étalages de vomissures et de diarrhée, non merci !

  2. Mignard dit :

    Autrement dit on ne peux pas publier ce qu’on veux ?

  3. kalede dit :

    Donc ce n’est pas sur votre site que je trouverais des récits de cannibales ! ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>